Réseau Voltaire

L’ancien secrétaire à l’Énergie de l’administration Bush, Spencer Abraham, est nommé directeur de la filiale états-unienne d’Areva

| Paris
+

Lors de la nomination de Christine Lagarde au poste de ministre du commerce extérieur du gouvernement Villepin, le Réseau Voltaire s’était indigné du fait que l’industrie U.S. entre au gouvernement français. Cette fois c’est le clan Bush qui entre dans l’industrie française, de manière spectaculaire qui plus est.
Celui qui fut secrétaire à l’Énergie de l’administration Bush de 2001 à 2005, Spencer Abraham(en photo avec George W. Bush), vient en effet d’être nommé directeur d’Areva Inc., la filiale U.S. de l’entreprise nationale française du nucléaire.
Les sociétés états-unienne et française sont pourtant concurrentes. Dans les jours précédents, les présidents Jacques Chirac et George W. Bush s’étaient succédés à New Delhi pour vendre leurs matériels nucléaires respectifs.

Co-fondateur de la Federalist Society, un think-tank d’extrême-droite qui porta George W. Bush au pouvoir malgré la volonté des électeurs, et patron de l’un des services secrets les plus discrets au monde pendant 4 ans, Spencer Abraham va donc être immergé dans les affaires de l’entreprise française la plus stratégique. Il sera ainsi chargé de faire avancer les intérêts de cette dernière alors que les projets de construction de nouveaux réacteurs fleurissent en raison de la crise énergétique qui secoue le continent nord-américain. Depuis les années 70 et l’incident de Three-Mile Island, le développement du nucléaire civil y était au point mort, ce qui n’empêchait pas la technologie de réacteurs états-unienne Westinghouse de faire sérieusement concurrence à son équivalente française sur le plan international.
Pour dissiper toute crainte d’ingérence, Spencer Abraham assure qu’il ne sera qu’un directeur « non-exécutif », alors qu’Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, vante sa « connaissance et son autorité uniques » en tant que principal avocat du renouveau nucléaire aux États-Unis.

Arthur Lepic

Arthur Lepic Journaliste et traducteur, basé en Extrême-Orient. Il s’est spécialisé dans l’étude des stratégies énergétiques et des guerres de ressources, dans le contexte de l’épuisement progressif des principaux gisements exploités d’hydrocarbures.

 
Tiraspol, base avancée de l
Tiraspol, base avancée de l’armée russe ?
Pridnestrovie - 2e partie
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Extension de la guerre du gaz au Levant
« Sous nos yeux »
Extension de la guerre du gaz au Levant
par Thierry Meyssan
Un djihad mondial contre les BRICS ?
Le nouveau « califat » du XXIe siècle
Un djihad mondial contre les BRICS ?
par Alfredo Jalife-Rahme
Ukraine, objectif centré
« L’art de la guerre »
Ukraine, objectif centré
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Barack Obama sur la situation en Ukraine et à Gaza
Barack Obama sur la situation en Ukraine et à Gaza
par Barack Obama, Réseau Voltaire
 
Gaza : le gaz dans le viseur
« L’art de la guerre »
Gaza : le gaz dans le viseur
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Discours inaugural du président Bachar el-Assad
Discours inaugural du président Bachar el-Assad
par Bachar el-Assad, Réseau Voltaire
 
Le « Kurdistan », version israélienne
« Sous nos yeux »
Le « Kurdistan », version israélienne
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire