Réseau Voltaire

Xavier Lemoine (UMP) : « les musulmans ont déclaré la guerre à la France, c’est eux ou c’est nous »

+
JPEG - 3.9 ko
Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil

Le journal israélien de gauche Ha’aretz revient sur la provocation anti-sémite montée par le groupuscule Tribu KA dans la Rue des Rosiers et en profite pour dresser un état des lieux , très orienté, des questions d’immigration en France, vues essentiellement à travers les émeutes des banlieues et les revendications des descendants d’esclaves « qui veulent obtenir le même statut que les survivants de l’Holocauste ».

Pour illustrer son article, le correspondant local de Ha’aretz, Daniel Ben Simon, a rendu visite à Xavier Lemoine, le maire UMP de Montfermeil. Celui-ci a déjà plusieurs fois présenté ses idées de « guerre des civilisations« dans la presse française, mais s’était visiblement à chaque fois auto-censuré pour ne pas tomber sous le coup de la loi anti-raciste. Par contre, comme l’avait déjà fait Alain Finkielkraut - également à un journal israélien, quand il parle à la presse étrangère, Xavier Lemoine prend moins de précautions.

Pour Xavier Lemoine, les « musulmans » ont déclaré la guerre à la France et cherchent à la soumettre. Pour les Français (sous-entendu, les musulmans ne sont pas Français) c’est une question de vie ou de mort. La France doit prendre exemple sur Israël pour s’occuper des musulmans sur son sol.

Il est intéressant de noter que Daniel Ben Simon est tellement occupé à communier avec Xavier Lemoine dans leur détestation commune des « Arabes« qu’il ne se rend pas compte que le discours de Lemoine reprend l’imagerie nazie des années 1930 sur le complot juif mondial.

Comme le dit le sociologue Didier Cavin dans Le Journal de Quebec : « Car, si les musulmans ne sont pas compatibles avec la France, que faut il en faire ? Les forcer à se convertir comme le firent les rois catholiques d’Espagne en 1492 ? Les expulser ? Mais que faire des millions de Français musulmans ? Les déchoir de leur citoyenneté comme le firent les allemands avec les juifs dans les années 30 ? Les parquer dans des camps de concentration comme le firent les États-unis avec les citoyens d’origine japonaise pendant la Deuxième Guerre mondiale ? Si la France est en guerre avec les musulmans, faut il envoyer l’armée « pacifier » les ghettos comme elle a pacifié les Aurès et la Mitidja, en Algérie, dans les années 50 ? Les guerriers de la civilisation occidentale se gardent bien de répondre publiquement à ces questions, qui découlent pourtant directement de leur argumentation. »

Morceaux choisis :

« Regardez », dit-il, debout devant la fenêtre de son bureau et pointant du doigt le voisinage peuplé d’immigrés. « C’est eux ou c’est nous. S’ils gagnent, nous sommes morts. Je suis fier d’être Français et catholique et je n’ai pas l’intention de vivre comme un ’dhimmi’ [1] dans mon propre pays. Nous sommes différents d’eux et ces gens ne sont pas compatibles avec la France. Nous sommes pris au beau milieu d’une guerre islamique menée sur tous les fronts - Irak, Iran, Pakistan et Afghanistan. Tout ce qui se passe là-bas a des répercussions ici en France et influence les immigrés. »

Au départ il pensait que la « rébellion » était causée par la pauvreté et les problèmes d’intégration dans une nouvelle société. Mais il a vite réalisé que les musulmans représentent un défi culturel pour son pays. Un incident, par exemple, continue à le hanter.

« C’était deux mois après le 11 Septembre » se souvient-il. « Nous avions fait un concours de dessin dans nos jardins d’enfant et nos écoles maternelles. J’ai été abasourdi de découvrir que 20 % des enfants, tous musulmans, avaient dessiné Ousama ben Laden sous la figure d’un héros culturel. Cette découverte continue à me faire froid dans le dos. »

Suite aux récentes émeutes à Montfermeil, il a été poursuivi par des cauchemars ces dernières nuits. En rêve, il voit les immigrés sortir de leurs maisons et brûler la ville. Il est persuadé que les immigrés musulmans ont déclaré la guerre à la France et ont l’intention de la mettre à genoux. Il considère que, dans cette guerre, les juifs sont des alliés. « Je souffre de penser que mon pays a honte de sa culture et de ses valeurs. Quand la France nie sa propre histoire et ne cesse de demander pardon pour l’esclavage, pour la conquête et pour la colonisation, comment alors s’étonner que les immigrés se dressent contre elle et ne montrent plus aucun respect pour elle ? Malheureusement, en les accueillant, la France n’a pas exigé d’eux qu’ils changent. Elle les a autorisés à parler Arabe et à cultiver leur culture aux dépens de la culture française. »

À Montfermeil va bientôt commencer le chantier d’une mosquée dotée d’un minaret de 12 mètres de haut. Aux dires de Lemoine, il a cédé à la pression et accordé le permis de construire afin de lutter contre la pénurie de lieux de culte musulmans. La nouvelle mosquée servira les 25 000 musulmans du secteur. Il espère que les prières et les activités culturelles offertes permettront de calmer les esprits ; mais il ne se fait pas d’illusions. « C’est une lutte entre deux cultures » soupire-t-il. « C’est une guerre entre l’islam et la culture occidentale. La France et toute l’Europe sont en danger. Si nous refusons de voir l’étendue de la menace musulmane, nous sommes gravement en péril. »

« Either them or us » par Daniel Ben Simon, Ha’aretz, Israël, 15 juin 2006. Traduit de l’anglais par Grégoire Seither.

[1] un non-Musulman vivant sous un statut spécial dans un pays musulman Ndlr.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.