Réseau Voltaire

Au Liban, la presse française voit des prosyriens partout

+

Au lendemain de la manifestation réclamant à Beyrouth la démission du gouvernement Siniora, la presse française est bien en peine d’expliquer ce qui se passe à ses lecteurs. En effet, elle s’acharne à présenter les partis politiques hostiles aux ingérences occidentales comme des « prosyriens ». Or, l’opposition a désigné comme porte-parole le général chrétien maronite Michel Aoun, adversaire historique de la Syrie.

Ne trouvant aucun moyen de se sortir de ses clichés mensongers, la presse française a simplement choisi de cacher à ses lecteurs que la manifestation rassemblait 800 000 Libanais et que le discours y avait été prononcé par Michel Aoun.

L’Agence France Presse cite un passage de son intervention, sans indiquer que le général Aoun s’exprimait en tant que porte-parole de l’opposition unie. Le Monde se contente d’ évoquer « un raz-de-marée » , mais ne cite pas même la présence du président du Courant patriotique libre. Seule exception notable le quotidien Le Parisien.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.