Réseau Voltaire

La colère de « The Economist »

+

The Economist, l’hebdomadaire de référence de la City de Londres, titre en couverture de son édition du 16 décembre 2006 : « Don’t mess with Russia », ce que l’on pourrait traduire par « On ne badine pas avec la Russie ». Un photomontage représente le président Poutine en Al Capone, une pompe à essence lui tenant lieu de mitraillette.

Le dossier intérieur dénonce le « gangstérisme » de Vladimir Poutine qui modifie les règles du jeu de manière à empêcher les compagnies pétrolières étrangères d’exploiter les gisements de Sakhalin et utilise les ressources naturelles du pays pour développer la puissance de la Russie. Sans crainte de se contredire, The Economist reproche également à la Russie de se conformer aux lois du marché, mais dans d’autres situations : Moscou refuse de poursuivre les rabais communistes et veut faire payer son gaz au prix international aux Géorgiens et aux Moldaves qui lui tournent le dos au profit de l’OTAN. Enfin, à court d’arguments, The Economist impute au Kremlin l’assassinat d’Alexander Litvinenko.

Rappellons que The Economist ne qualifie pas l’invasion des champs pétroliers irakiens de « gangstérisme », mais de « croisade pour la liberté ».

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.