Réseau Voltaire

Pour diaboliser l’Iran, « Rue 89 » confond crimes pédophiles et homosexualité

+

LU SUR INTERNET

L’Iran s’apprête à exécuter plusieurs homosexuels
Par Pascal Riché (Rue89)

Simplement parce qu’ils sont homosexuels, plusieurs hommes pourraient de nouveau être pendus prochainement en Iran. Dans une indifférence internationale quasi générale.

Mardi, le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Alireza Jamshidi, a annoncé la mort "dans les prochaines semaines" de vingt personnes accusées de "crimes immoraux", terme sous lequel le régime amalgame viols, blasphèmes, adultères et homosexualité.

Une quinzaine des vingt personnes auraient été arrêtées pendant l’opération de "moralisation" engagée par la police en mai dernier dans les quartiers les plus pauvres de Téhéran.

Selon le correspondant de l’agence de presse italienne AKI, Ahmad Rafat, cité par le magazine homosexuel français Têtu, l’accusation de « lavaat » (homosexualité masculine) concernerait six des vingt personnes. La direction de Têtu a alerté le Quai d’Orsay, qui répond que ses services "cherchent à obtenir des précisions".

Il y a deux ans, à Mashad, deux adolescents avaient été pendus pour homosexualité. L’un était encore mineur. Il y a une semaine encore, dans le nord-ouest du pays, un homme a été lapidé pour adultère. Le chef du pouvoir judiciaire avait pourtant officiellement suspendu la peine de mort par lapidation.

REMARQUES

La peine de mort est une barbarie. La falsification d’informations aussi lorsqu’elle prépare l’opinion publique à la barbarie de la guerre.

1) Contrairement à ce qu’indique la dépêche, aucune des personnes condamnées à mort en Iran ne l’est « simplement parce qu’elle est homosexuelle ».

2) Ahmad Rafat est un journaliste né en Iran, mais ayant presque toujours vécu en Allemagne et en Italie. Il travaille principalement pour les émissions en persan de Radio Free Europe/Radio Liberty, la station du départment d’État des États-Unis.

3) Les personnes condamnées à mort le sont pour des crimes pédophiles qui seraient sanctionnés identiquement au Texas par exemple. Dans tous les cas, il s’agit de viols sur mineurs avec violences aggravées.

4) Les deux jeunes gens suppliciés le 19 juillet 2005 à Mashad, Ayaz Marhoni et Mahmoud Asgari, l’ont été non pas pour une amourette entre adolescents, mais pour viol en réunion sur un mineur de 13 ans. Cette sentence a été critiquée dans le pays. L’avocate et prix Nobel Shirin Ebadi, par exemple, l’a vivement dénoncée.

5) L’homme lapidé pour adultère la semaine dernière l’a été par un tribunal local, dans un district sunnite, en violation de la loi fédérale iranienne, laquelle prohibe la lapidation depuis 2002. C’est la première fois depuis le moratoire de 2001 qu’une lapidation est pratiquée et c’est un scandale national. Le ministère fédéral de la Justice est intervenu pour empêcher la lapidation de la femme adultère et a ouvert une enquête qui devrait déboucher sur la mise en accusation des juges locaux pour meurtre. Rappelons que l’Iran est un pays décentralisé où les lois sont appliquées de manière très différentes selon les régions.

6) La lapidation est une sinistre sanction traditionnelle de certaines régions sunnites. Elle n’existe pas dans le chiisme et n’a donc aucun rapport avec ce que l’on nomme péjorativement le « régime des mollahs » qui y est opposé.

7) L’auteur de l’article, Pascal Riché, rédacteur en chef de Rue 89, est ancien correspondant de Libération à Washington. Il est connu pour son blog À l’heure américaine, panégyrique de l’Oncle Sam. Le lecteur l’avait deviné.

Ce n’est pas la première fois que des rumeurs sont répandues pour stigmatiser l’Iran. Le 25 octobre 2004, l’écrivain français Élisabeth Badinter publiait dans Le Nouvel observateur, un appel, bientôt repris par l’association Ni putes, ni soumises de l’actuelle secrétaire d’État Fadela Amara « pour sauver Jila » : une jeune iranienne de 13 ans condamnée à la lapidation après avoir déjà reçu 55 coups de fouet. Vérifications faites, le ministère français des Affaires étrangères, chargé de transmettre des protestations officielles, avait annoncé lors des points de presse des 9 et 19 novembre 2004 que Madame Badinter se trompait et avait relayé une pure intox.

Au fait, Élisabeth Badinter continue à administrer l’agence Publicis dont le Pentagone était à l’époque de son appel un des principaux clients. Après la mobilisation ratée des féministes dans la croisade de George W. Bush, voici donc venu le moment d’essayer avec les gays.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

La Chine dresse la table de l'ordre financier mondial
Sommet de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures
La Chine dresse la table de l’ordre financier mondial
par Ariel Noyola Rodríguez
Le crépuscule de l'Otan
Le crépuscule de l’Otan
par Thierry Meyssan
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
par François Hollande, Réseau Voltaire
 
Le pacte d'acier Otan-UE
« L’art de la guerre »
Le pacte d’acier Otan-UE
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Déclaration commune OTAN-UE
Déclaration commune OTAN-UE
par Donald Tusk,Jean-Claude Juncker,Jens Stoltenberg, Réseau Voltaire