Réseau Voltaire

Manifestations à Tbilissi contre la dictature des roses

+

En novembre 2003, le peuple géorgien se soulevait pour renverser Edouard Chevardnadze, persuadé que le père de la Géorgie post-sovétique avait truqué les élections. Les héros de la « révolution des roses » s’intéressaient moins aux équipes qui s’installaient au pouvoir qu’à fêter la « démocratie » tant attendue.

Quatre ans plus tard, les hommes liges de Washington contrôlent tous les rouages de l’État et ont imposé une dictature sans rapport avec le gouvernement personnel de Chevardnadze. Les prisons sont pleines et les responsables qui s’opposent à cette dérive sont prestement écartés.

Ainsi, Irakli Okrouachvili, le ministre de la Défense, a fait défection en novembre 2006. Après être de venu le chou-chou des sondages et avoir créé son propre parti, il est sorti de sa réserve le mois dernier pour dénoncer les crimes du gouvernement de Mikheil Saakachvili et des sbires de la CIA. Il a notamment révélé que le président Saakachvili avait ordonné de faire assassiner l’homme d’affaires et président du comité olympique géorgien Badri Patarkatsichvili et que des plans étaient prêts pour lancer des commandos à l’assaut de la capitale d’Ossetie du Sud.

Surtout, il a indiqué que, le 3 février 2005, l’ancien Premier ministre Zourab Jvania et le vice-gouverneur Raoul Youssoupov, qui avant lui s’opposaient déjà à la dérive du régime, n’étaient pas morts asphyxiés à leur domicile par une chaudière défectueuse, mais que leurs corps avaient été apportés dans l’appartement après leur mort. La version de l’accident avait pourtant été authentifiée par des agents du FBI états-unien venus enquêter sur place à la demande du président Saakachvili.

Les accusations d’Irakli Okrouachvili pourraient être examinées par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe lors de sa prochaine session.

La réaction ne s’est pas faite attendre : jeudi, 27 septembre, M. Okrouachvili a été inculpé d’abus de pouvoir à l’époque où il était ministre et arrêté. Son domicile et celui de ses parents ont été perquisitionnés. Le matériel informatique et des documents personnels ont été saisis sans dresser d’inventaire. Les locaux de son parti ont été saccagés par la police.

10. 000 personnes ont manifesté vendredi soir à Tbilissi pour réclamer la libération de M. Okrouachvili et le départ du président Saakachvili. Un message de l’ancien ministre de la défense, écrit en prison, a été lu. Il y appelle les Géorgiens à « poursuivre la lutte pour instaurer la légalité ». Craignant d’être renversé, le président Saakachvili est rentré précipitamment samedi de New York, où il participait à l’Assemblée générale de l’ONU. L’opposition a annoncé qu’elle allait constituer une sorte de gouvernement provisoire.

Silence dans les médias occidentaux : depuis que la Géorgie a basculé dans le camp atlantique, aucune critique ne doit être émise contre Mikheil Saakachvili, grand ami du président Bush.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

La Chine dresse la table de l'ordre financier mondial
Sommet de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures
La Chine dresse la table de l’ordre financier mondial
par Ariel Noyola Rodríguez
Le crépuscule de l'Otan
Le crépuscule de l’Otan
par Thierry Meyssan
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
par François Hollande, Réseau Voltaire
 
Le pacte d'acier Otan-UE
« L’art de la guerre »
Le pacte d’acier Otan-UE
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Déclaration commune OTAN-UE
Déclaration commune OTAN-UE
par Donald Tusk,Jean-Claude Juncker,Jens Stoltenberg, Réseau Voltaire