Réseau Voltaire

« La Palestine ne sera pas pire après Arafat »

+

Le problème du « jour d’après » est particulier dans les régimes autocratiques car le dirigeant devient synonyme de l’État et l’État se confond avec le dirigeant. Le problème est rendu plus complexe encore quand la constitution de ces régimes ne prévoit rien pour permettre une transition pacifique du pouvoir. Les pays voisins craignent que le chaos ne dégénère en violence et les grandes puissances craignent de nouvelles réalités sur le terrain. Elles manœuvrent pour préserver leurs intérêts.
Après la mort de Tito en Yougoslavie, le pays a éclaté et l’Irak est au bord de la guerre civile car la chute de Saddam Hussein, qui incarnait l’État a créé un vide que les forces d’occupation n’ont pas réussi à combler. Pourtant, dans le cas de Yasser Arafat, je ne vois rien de tel se profiler. Je ne vois pas comment la situation pourrait empirer en Palestine. Il existe des règles pour assurer la succession : le conseil législatif assume la présidence jusqu’à l’élection présidentielle qui devra avoir lieu au plus tard 60 jours après le début de la vacance. En outre, le peuple palestinien, soumis à l’occupation, sait les risques qu’il encourt avec des luttes locales. Cela devrait pousser les factions à l’entente plutôt qu’à l’affrontement.
Le successeur d’Arafat devra s’appuyer sur son héritage, mais éviter ses erreurs et adopter un système vraiment démocratique.

Source
Daily Star (Liban)

« Palestine will be no worse off the day after Arafat », par Adnan Abu Odeh, Daily Star, 8 novembre 2004.

Adnan Abu Odeh

Adnan Abu Odeh Ancien conseiller du roi Hussein de Jordanie (1988-1991), représentant de la Jordanie à l’ONU (1992-1995), membre de l’US Institute of peace 1995-1996 et conseiller du roi Abdallah II de Jordanie (1998-199), Adnan Abu Odeh est membre du conseil d’administration de l’International Crisis Group.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

La « solution » pour Gaza
En 2014 comme en 1948 : une seconde nakhba ?
La « solution » pour Gaza
par Manlio Dinucci
Les fonds vautours qui dépècent l'Argentine se jettent sur l'Espagne
Les fonds vautours qui dépècent l’Argentine se jettent sur l’Espagne
par Jérome Duval,Fatima Fafatale, Réseau Voltaire
 
Gaza : de quel côté se tient l'Italie ?
Gaza : de quel côté se tient l’Italie ?
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
346. Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
« Horizons et débats », 14e année, supplément au n° 16/17, 26 juillet 2014
Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
Partenaires
 
345. Conserver la souveraineté
« Horizons et débats », 14e année, n° 16/17, 26 juillet 2014
Conserver la souveraineté
Partenaires
 
Otan, offensive mondiale
« L’art de la guerre »
Otan, offensive mondiale
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire