Réseau Voltaire
Le complexe militaro-industriel euro-US

EADS et sa filiale Airbus au service du bloc atlantique

Brisant la sacro-sainte règle selon laquelle les forces armées US s’appuient exclusivement sur leur industrie nationale, le Pentagone a conclu un gigantesque contrat avec Airbus pour renouveler ses avions ravitailleurs. Cependant à y regarder de plus près, observe Pierre Hillard, il ne s’agit pas d’une ouverture du marché états-unien, mais au contraire de la première étape de la constitution du complexe militaro-industriel atlantique. Devant nous émerge un Empire transatlantique, euro-US, appelé à prendre le relais d’États-Unis essoufflés.

| Paris (France)
+
JPEG - 63.5 ko
Thomas Enders, directeur d’Airbus, reçoit Condoleezza Rice à l’Atlantik-Brücke

L’annonce par le Pentagone de choisir EADS, maison-mère d’Airbus, pour le renouvellement de sa flotte d’avions ravitailleurs aux dépens de Boeing a fait l’effet d’une bombe. Le méga-contrat remporté par le consortium européen en liaison avec son allié états-unien Northrop Grumman permet de conclure un marché à hauteur de 35 milliards de dollars. Cette annonce a paru incroyable pour de nombreux dirigeants politiques de part et d’autre de l’Atlantique. Cependant, en étudiant certains acteurs à l’origine de cet accord, on comprend beaucoup mieux l’orientation prise par le Pentagone.

Les mondes germanique et anglo-saxon ont toujours su développer une spécialité qui échappe aux Français : le réseau. Certes, de nombreux instituts, fondations ou cercles de réflexions occupent en France des positions qui sont loin d’être négligeables ; cependant, ils n’atteignent pas le même degré d’influence que leurs homologues d’outre-Rhin, d’outre-Manche, d’outre-Atlantique ou encore israélien. L’exemple de l’institut allemand « Atlantik-Brücke » est significatif des liens profonds noués entre Berlin et les milieux israélo-anglo-saxons.

À l’origine, la création d’Atlantik-Brücke (« Pont atlantique ») en 1952 remonte à l’action déterminante de deux personnages : Eric M. Warburg (1900-1990) et Erik Blumenfeld (1915-1997). Le premier fondateur appartient à une très grande famille juive de la banque germano-US. Eric M. Warburg est le fils du banquier allemand d’Hambourg Max Warburg (1867-1946) qui finançait la Paneurope, institut mondialiste promouvant l’unité de l’Europe dans le cadre d’une organisation mondiale unifiée . Son père fut à l’origine de la première rencontre, en 1925, entre le chancelier Gustav Stresemann et le dirigeant paneuropéen, Richard de Coudenhove-Kalergi. L’influence de la famille Warburg dépassait largement le cadre allemand puisque le frère du banquier hambourgeois, Paul Moritz Warburg de nationalité états-unienne rédigea en 1903 une étude intitulée Plan pour une banque centrale qui joua un rôle déterminant dans la création en 1913 de la « Réserve fédérale » (Federal Reserve Bank), la Fed. Par la suite, ses activités se sont poursuivies en liaison avec le conseiller du président Wilson, le Colonel Edward Mandell House, dans la création du Council on Foreign Relations (CFR) [1]. C’est cet état d’esprit familial fidèle aux liens germano-US qui poussa Eric M. Warburg, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à persévérer dans cette voie en s’associant à Erik Blumenfeld fils d’un commerçant juif de Hambourg. Ce dernier fut un député actif au sein du parti politique, la CDU (Christliche-Demokratische Union). Cependant, son action se manifesta aussi en tant que président de la « Société germano-israélienne » (Deutsch-Israelische Gesellschaft) de 1977 à 1991. Son prosélytisme fut récompensé en 1980 par le titre de docteur honoris causa de l’université Ben-Gourion. Sa carrière politique consista essentiellement à améliorer les relations de l’Allemagne avec Israël et les États-Unis. Enfin, il faut remarquer la forte tradition familiale puisque un Max M. Warburg est membre du comité d’administration d’Atlantik-Brücke.

En raison des convictions des fondateurs, Atlantik-Brücke poursuit l’objectif de resserrer les liens entre l’Allemagne et les États-Unis dans tous les domaines, politique étendus au Canada depuis 1986. L’objectif consiste à favoriser des travaux entre de « hautes sommités de l’économie, de la politique et des sciences qui puissent régulièrement échanger annuellement des idées lors de conférences germano-américaines au sein de petits groupes de travail ». Les textes officiels précisent aussi qu’une « attention particulière est donnée aux organisations juives aux États-Unis ». Il est vrai qu’Atlantik-Brücke s’est lié en 1993 à l’organisation juive états-unienne, Armonk Institute (dissoute depuis), oeuvrant à l’approfondissement des liens germano-US. En raison de cette collusion, les principaux dirigeants de la haute industrie allemande ou germano-US (DaimlerChrysler, Volkswagen, Deutsche Bank, BMW, General Motors, …) ont reçu le « Prix Vernon A. Walters » . Une telle activité souligne l’imprégnation de cet institut à l’idéal mondialiste comme le prouvent les états de service de son président d’honneur, Walther Leisler Kiep. Outre son rôle de « chargé personnel » du chancelier Helmut Schmidt dans les années 1970 pour « la coordination de l’aide financière de l’occident et du Japon à la Turquie », W. L Kiep est membre de la Commission Trilatérale depuis 1985. Atlantik-Brücke navigue dans les hautes sphères de l’aristocratie mondialiste puisqu’elle octroie son « Prix Eric M. Warburg » à ceux contribuant aux renforcements des liens transatlantiques. On peut relever parmi les noms : Henry Kissinger (1992), Manfred Wörner (1994, ancien secrétaire général de l’OTAN), l’ancien chancelier Helmut Kohl (1996), Otto Graf Lambsdorff (2000, ministre de l’économie), le général Klaus Naumann (2000, ancien président du comité militaire de l’OTAN et membre du comité d’administration d’Atlantik-Brücke jusqu’en 2007) et George H. W. Bush senior (2002, pour le cinquantième anniversaire de la création de l’institut) . Enfin, Atlantik-Brücke compte environ 500 représentants occupant des postes clefs de la société constituant un réseau élitiste au sein de l’économie, de la politique, de la culture et des médias en Allemagne. Ces représentants sont les intermédiaires incontournables permettant des liens privilégiés avec les États-Unis et Israël. Comme le souligne avec raison Beate Lindemann, directrice en charge d’Atlantik-Brücke et ancienne chargée aux affaires du très atlantiste German Marshall Fund [2] : « Atlantik-Brücke peut être considérée comme un think-tank diplomatique » .

La puissance de cet institut et son influence outre-Atlantique concernent d’une manière déterminante la vie politique et économique française et européenne en raison des activités du dirigeant d’Atlantik-Brücke. En effet, son patron n’est autre que Thomas Enders. Après un passage à la DGAP (Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, institut chargé des questions internationales au service de Berlin) et à l’IISS (International Institute for Strategic Studies, chargé des questions sécuritaires [3]), Thomas Enders s’est illustré entre autres au sein du bureau de planification de la défense allemand pour ensuite diriger Atlantik-Brücke en 2005. Alors que cet institut poursuit l’objectif de resserrer les liens transatlantiques, Thomas Enders est en même temps le président d’Airbus filiale d’EADS dirigée par Louis Gallois . Airbus dont l’objectif est de rivaliser avec Boeing, présente cette particularité incroyable d’être dirigé par un homme dont les activités à la tête d’Atlantik-Brücke sont absolument opposées – du moins officiellement - à celles du consortium européen. Par conséquent, on peut comprendre que le méga-contrat obtenu auprès du Pentagone a dû combler d’aise Thomas Enders qui, à la tête d’Atlantik-Brücke et d’Airbus, a fait d’une pierre deux coups. En fait, ce contrat entre dans la volonté de renforcer l’interdépendance euro-US en faveur de l’émergence d’un bloc atlantique unifié.

[1] « Comment le Conseil des relations étrangères détermine la diplomatie US », par Réseau Voltaire, 25 juin 2004.

[2] « Le German Marshall Fund, un reliquat de la Guerre froide ? », Réseau Voltaire, 5 octobre 2004.

[3] « Les experts qui ont donné raison à la CIA », Réseau Voltaire, 4 février 2004.

Pierre Hillard

Pierre Hillard Docteur en science politique et professeur de relations internationales. Ses recherches portent principalement sur l’instrumentation de l’Union européenne en vue de la constitution d’un bloc euro-atlantique. Dernier ouvrage publié : Bertelsmann : Un empire des médias et une fondation au service du mondialisme (François-Xavier de Guibert éd., 2009).

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.