Réseau Voltaire

La France doit retirer ses troupes d’Afghanistan

Les obsèques nationales, présidées par M. Sarkozy, des parachutistes français morts en Afghanistan ne sauraient valoir approbation de la mission qu’il leur a confiée. Il est nécessaire de s’interroger sur les raisons de cette guerre et sur sa légitimité. Il est nécessaire de sortir d’un engagement auquel le président de la République n’aurait pas dû souscrire, seul, au nom de la France.

+
JPEG - 33.6 ko
Obsèques nationales des dix soldats français en l’église Saint-Louis-des-Invalides, le 21 août 2008.

Dix soldats français sont tombés au champ d’honneur, le 18 août en Afghanistan. Cette nouvelle glace le sang, car nous, Français, sommes tous responsables de leur mort. Ils avaient accepté de prendre le risque ultime lorsque, en notre nom collectif, le président de la République les avaient envoyés en mission. Ils pensaient nous défendre face à un danger, certes lointain, mais bien réel. Ils pensaient servir notre patrie.

Or, nous savons tous qu’il n’en est rien. Nicolas Sarkozy lui-même admettait lors de sa campagne électorale que la présence française en Afghanistan n’était pas essentielle pour nos intérêts. Pourtant, une fois élu, il a pris la décision, contre l’avis de l’état-major interarmes et contre celui de la majorité des Français, d’envoyer 700 hommes supplémentaires sur ce front. C’est une lourde responsabilité.

Aucune analyse nouvelle ne motive ce revirement. Le président Sarkozy a toutefois considéré que s’il n’y a aucun intérêt vital pour la France à combattre en Afghanistan, il y en a un à développer l’OTAN. C’est pour faire vivre l’Alliance que nos concitoyens sont morts.

Une guerre illégale

Pour comprendre les enjeux de ce conflit et le rôle de l’OTAN, souvenons-nous des événements précédents. En janvier 2001, le président George W. Bush entre à la Maison-Blanche. Le vice-président Dick Cheney consacre toute son énergie à la mise en place du Groupe de développement de la politique énergétique nationale (NEPD), dont il préside les débats à huis-clos. Il y est décidé d’exclure autant que faire ce peut la Russie et l’Iran de l’exploitation des hydrocarbures de la Mer Caspienne. À cette fin, un premier pipe-line transportera le pétrole jusqu’à la Méditerranée via la Géorgie (le « BTC ») et un second jusqu’à l’Océan indien via l’Afghanistan.

Au printemps 2001, l’Allemagne, en tant que présidente du Groupe de suivi de l’Afghanistan, organise des négociations multipartites à Berlin. Outre l’Émirat taliban non reconnu par la communauté internationale, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie et le Pakistan y sont conviés. Autour de la table, on discute de l’avenir du pays, mais dans les couloirs on ne parle que du pipe-line que souhaite construire la firme californienne Unocal. En définitive, selon le rapport du négociateur pakistanais Naiz Naik, les Anglo-Saxons, furieux de l’intransigeance talibane, mettent fin à la réunion et annoncent que ce sera la guerre.

En août 2001, l’OTAN achemine 40 000 hommes en Égypte, tandis que la marine britannique se déploie en mer d’Oman. Le 9 septembre, le leader du Front islamique (pro-russe) [1], Shah Massoud, est assassiné, de sorte que Moscou n’ait pas de relais locaux pour s’opposer à l’invasion anglo-saxonne.

Le 11 septembre des attentats spectaculaires frappent New York et Washington. L’administration Bush les attribue à Oussama Ben Laden, lequel vit dans l’émirat taliban. Ils exigent qu’il leur soit livré pour être jugé, ce que Kaboul accepte de faire. Mais il est trop tard, l’armada états-unienne, positionnée sur zone depuis août, est déjà en mouvement. Les ambassadeurs états-unien et britannique à l’ONU remettent chacun une lettre au président du Conseil de sécurité pour évoquer la légitime défense. Le secrétaire d’État Colin Powell, assure que les preuves de la responsabilité afghane dans les attentats seront présentées incessamment sous peu au Conseil de sécurité. Elle ne viendront jamais.

Étrangement, les États-Unis qui ont invoqué la clause 5 du Traité de l’Atlantique Nord pour mobiliser leurs alliés contre les terroristes dont ils se disent victimes, n’associent que le Royaume-Uni (puis l’Australie) à leur expédition militaire. Mais c’est bien ainsi qu’elle était planifiée avant le 11 septembre. Des groupes locaux sont enrôlés comme mercenaires pour mener les combats au sol, les Anglo-Saxons se limitant à leur fournir un appui aérien, puis liquidant sous un tapis de bombes les poches de résistance.

Après la déroute des talibans, Washington installe des institutions fantoches présidées par Hamid Karzaï (ressortissant états-unien, ex-agent de la CIA devenu cadre d’Unilocal en charge de la construction du pipe-line). La communauté internationale prend acte du fait accompli, tandis que la Russie, qui n’a toujours pas digéré l’agression de l’OTAN contre le Kosovo, avale cette nouvelle couleuvre. Toutefois, prenant date avec l’Histoire, le président Poutine observe que la légitime défense n’est pas établie et que l’invasion de l’Afghanistan est illégale.

L’engrenage

Une coalition de pays se porte volontaire, lors de la conférence de Bonn sur la reconstruction, pour assurer la sécurité en Afghanistan d’abord en lien avec l’Autorité de transition, puis avec les nouvelles institutions dans le cadre de l’ONU. Tous les volontaires sont des satellites des États-Unis qui adoptent les thèses de Washington. La Russie et ses alliés, qui dénoncent une grave violation du droit international, refusent d’envoyer des hommes.

Progressivement, il s’avère que la population afghane, même opposée aux talibans, n’approuve ni le gouvernement Karzai —dont l’œuvre se limite à avoir fait du pays le premier producteur mondial de pavot—, ni la présence anglo-saxonne. En août 2003, face à l’instabilité grandissante, Washington (qui concentre alors son effort en Irak) souhaite que l’OTAN prenne le commandement de la Coalition des volontaires et lance une offensive contre-insurrectionnelle. Il ne s’agit plus de lutter contre le régime taliban, mais contre la population afghane.

Certains des États volontaires, dont la France, se sentant piégés, tentent de s’en tenir au mandat de l’ONU visant à sécuriser le pays et à le reconstruire. À l’inverse de son prédécesseur, le choix de Nicolas Sarkozy aura été de faire basculer la mission des forces françaises du mandat onusien initial vers la stratégie atlantiste de contre-inusurrection. De facto, les forces françaises se retrouvent supplétives des états-uniennes dans une guerre coloniale. Ce n’est pas pour cela que nos soldats se sont rangés sous notre drapeau.

Les forces US étant déjà surdéployées en Irak, l’OTAN ne peut augmenter ses troupes en Afghanistan qu’en mobilisant des contingents alliés. Washington espère d’abord une aide canadienne, mais le rapport Manley met en garde Ottawa : le fardeau est trop lourd et ne doit être accepté que si un autre membre de l’OTAN en partage le poids. Washington sollicite alors Paris qui prend le temps de la réflexion. En France, rien ou presque ne filtre dans la presse des analyses en cours à l’Élysée et rue Saint-Dominique, tandis qu’au Canada, le Premier ministre Stephen Harper et les leaders politiques les plus en vue rapportent leurs contacts avec le président Sarkozy et donnent des détails sur ce que sera l’engagement français. En définitive, celui-ci est annoncé par Condoleezza Rice lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre britannique aux Chequers. La nouvelle est confirmée par Nicolas Sarkozy, non pas au peuple français ou à ses représentants, mais aux députés britanniques lors de son discours de Westminster.

La mise des troupes françaises au service du projet colonial anglo-saxon et leur renforcement préfigurent la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN, prévue pour avril 2009. Le président Sarkozy a souhaité qu’elle aille le plus loin possible. C’est l’obstination du général Bruno Cuche, chef d’état-major de l’armée de terre, qui y a posé une limite, empêchant notamment le déploiement des chars Leclerc. On sait que celui-ci a refusé de se couvrir du même déshonneur que Nicolas Sarkozy et qu’il lui a présenté sa démission lorsque l’occasion s’est présentée.

Nous ignorons quelles menaces ou quelles gratifications les États-Unis ont promis au Canada et à la France pour les convaincre d’envoyer des troupes pour le seul bénéfice de l’Oncle Sam. Par contre, nous observons que les décisions de Stephen Harper et de Nicolas Sarkozy correspondent à la réintroduction par le département d’État US du pétrolier franco-canadien Total en Irak. Un accord a été signé entre Chevron (la société dont Condoleezza Rice était administratrice) et Total (dont le Canadien de Neuilly-sur-Seine Paul Desmarais, mécène des campagnes électorales d’Harper et de Sarkozy, est l’actionnaire de référence).

Ceci étant posé, nous devons songer à nos soldats morts. Ils ont fait leur devoir. Le nôtre, c’est d’éviter que d’autres jeunes gens ne soient sacrifiés comme eux à des intérêts étrangers ou privés. La France doit immédiatement retirer toutes ses troupes d’Afghanistan.

[1] Le Front islamique a été renommé par les spin doctors de la Maison-Blanche et les médias occidentaux « Alliance du Nord » pour gommer son identité religieuse.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Les partenaires de l'Otan élargie
« L’art de la guerre »
Les partenaires de l’Otan élargie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
359. Le dialogue, condition de la paix mondiale
« Horizons et débats », 14e année, n° 29, 8 décembre 2014
Le dialogue, condition de la paix mondiale
Partenaires
 
Quatre membres d'Aqmi remis en liberté contre Serge Lazarevic
Quatre membres d’Aqmi remis en liberté contre Serge Lazarevic
par Gilles Devers, Réseau Voltaire International
 
L'Italie, pôle européen des F-35
L’Italie, pôle européen des F-35
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
Pourquoi l'Italie doit sortir de l'Otan
Pourquoi l’Italie doit sortir de l’Otan
Réseau Voltaire International
 
South Stream bloqué, la « claque » des États-Unis à l'Union européenne
South Stream bloqué, la « claque » des États-Unis à l’Union européenne
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
Le Pape entre vérité et diplomatie
« L’art de la guerre »
Le Pape entre vérité et diplomatie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International