Réseau Voltaire
Vie privée, vie publique

Isabel Pisano : « Arafat, ma passion, a été assassiné »

A l’occasion du 5eme anniversaire de la mort de Yasser Arafat, les éditions Demi-lune et Timéli co-éditent le témoignage d’isabel Pisano sur sa vie avec l’homme qui incarnait le combat du peuple palestinien. Durant des années, la journaliste hispanophone et le leader de l’OLP ont vécu dans l’ombre une passion amoureuse au travers d’une tragédie historique. L’ouvrage, préfacé par Tariq Ramadan et augmenté d’annexes rédigées par Thierry Meyssan, donne une vision profondément humaine d’une personnalité qui a marqué le siècle et que ses adversaires n’ont cessé de diffamer avant de l’assassiner.

| Genève (Suisse)
+
JPEG - 24.6 ko
Isabel Pisano et Yasser Arafat.

Sandro Cruz : Isabel Pisano, vous êtres une journaliste reconnue dans votre pays d’adoption, l’Espagne [1]. Vous avez eu des contacts privilégiés avec Yasser Arafat pour des raisons professionnelles, mais aussi personnelles, jusqu’à devenir sa compagne. Pourquoi lui avez-vous consacré cette biographie, Yasser Arafat, Intime, qui vient d’être publiée en français ?

Isabel Pisano : De son vivant et plus encore après sa mort, l’irremplaçable leader que fut Yasser Arafat a été calomnié à outrance. J’ai voulu donner à tous, y compris à ceux qui martyrisent la Palestine, l’Irak, l’Afghanistan et le Liban, l’image véridique d’Abu Ammar [2]. Et rappeler à l’occasion que les projets des cinq États maîtres du monde ne passeront pas. Parce que des centaines d’enfants des territoires occupés se préparent à prendre la relève de Yasser Arafat.
Le livre peut aussi s’avérer utile aux gouvernants à la mémoire courte qui acceptent passivement la destruction du Peuple palestinien. Toutes les cartes de l’ONU reflètent, pas à pas, les spoliations qui se succèdent sous le regard impassible de la communauté internationale (…)
Yasser Arafat ne mourra jamais, et les assassins d’innocents, les criminels de guerre du type Sharon finiront comme celui-ci. Il est regrettable que le peuple dont est issu Albert Einstein comme, du reste, bien d’autres génies, se laisse leurrer par une poignée d’égoïstes avaricieux qui ne disent jamais une seule vérité, même pas dans leur sommeil. Le peuple juif ne méritait pas ça, mais c’est à lui qu’il appartient de changer les choses. Il nous faudrait beaucoup d’Ury Avnery [3], puisque ce sont les juifs, et eux seuls, qui ont le pouvoir de rendre sa dignité, sa liberté et ses terres au peuple palestinien.

Sandro Cruz : Revenons à votre livre, la biographie de Yasser Arafat, que vous avez tant aimé. Comment peut-on être objectif quand on est sous le charme de quelqu’un ?

Isabel Pisano : Quand ce qui prévaut, dans le cœur et l’esprit —deux « organes » qui à mon sens n’en font qu’un—, est la quête impérieuse de la vérité, et quand on est sûr et certain qu’il n’y a pas cent vérités mais une seule et qu’elle est juste, alors, quand on découvre cela, on peut être aussi objectif que le Créateur.
Je me suis vouée à la cause de la Palestine en sachant parfaitement que je ne dormirai plus jamais tranquille. Mais après avoir connu la tragédie de la Palestine, ce n’est qu’en vivant pour elle que ma vie prenait un sens, que ma naissance n’était pas un accident de la nature, parce que ceci était écrit au tout début des temps. Il n’est pas de combat plus sublime, plus élevé, plus honorable et, malheureusement, plus dur, que celui-ci : exiger que leurs droits inaliénables soient restitués aux Palestiniens.
Abu Ammar a tout donné, dans tous les sens, il a renoncé à la vie privée, à un exil confortable dans un quelconque pays du Proche-Orient, et en retour il en a été payé par la prison et la torture. Il m’a dit un jour : « Je connais toutes les prisons du Proche-Orient et toutes leurs méthodes de torture… » Il y avait dans son regard un halo de tristesse insoutenable. Si quelqu’un est aveugle à tant de douleur et d’injustice, mieux vaudrait pour lui et pour le monde qu’il ne soit pas né !

Sandro Cruz : Ce 11 novembre 2009 sera le cinquième anniversaire de la mort de Yasser Arafat. Vous en donnez dans votre livre votre version, dont on ose peu parler publiquement [en Europe] : l’empoisonnement qui tua Yasser Arafat ne serait pas la conséquence d’une maladie particulière, mais un meurtre. Comment êtes-vous arrivée à la conclusion qu’il aurait été assassiné ?

Isabel Pisano : Arafat a été empoisonné. Il ne s’agit en aucune manière d’une conclusion à laquelle je serais arrivée par moi-même, mais des aveux faits par Ariel Sharon à Uri Dan, son ami et confident, dans Entretiens avec Ariel Sharon, un livre qui a disparu des vitrines des librairies françaises à la vitesse de l’éclair [4]. Si Sharon et son compère George W. Bush —qui tôt ou tard devra répondre devant les tribunaux des événements du 11 septembre, mais laissons du temps au temps— ont menti, ou si, dans sa mégalomanie, Sharon s’est adjugé un crime qu’il n’a pas commis, cela, je l’ignore. Je ne fais que m’appuyer sur ce que lui-même a confié à Uri Dan et que celui-ci reproduit dans son livre. À part cela, il y a une foule de preuves énumérées dans mon livre.

Sandro Cruz : Mais pour parvenir à empoisonner Arafat, il fallait des complicités parmi ses plus proches collaborateurs politiques, ceux qui avaient accès à lui ?

Isabel Pisano : Oui, en effet. Pas seulement, peut-être quelqu’un de sa famille aussi.

JPEG - 23 ko
Yasser Arafat et le pape Jean-Paul II.

Sandro Cruz : Vous narrez des aspects peu connus des origines d’Arafat : sa mère, descendante directe du prophète Mahomet ; son père, un riche homme d’affaires. De même, vous montrez Arafat défenseur infatigable des communautés chrétiennes du Proche-Orient. Contrairement à l’image que lui a affublé la propagande, vous le montrez à la recherche de la justice et de la paix. Pourtant ses efforts n’ont pas abouti. Quels obstacles a t-il rencontré, et pour quelles raisons ?

Isabel Pisano : Ce livre fait partie d’une tétralogie. Lorsque j’ai vu les tours jumelles s’effondrer sur mon écran de télévision, j’ai compris que ce n’étaient pas des Arabes qui avaient fait cela : ils ne disposaient pas de la technologie nécessaire. Sans compter que je connaissais le projet Northwoods [5]du général Letzminzer (il le présenta à Kennedy qui le mit dehors de fort mauvaise humeur) et aussi ce bijou qu’est le rapport d’Iron Mountains, où est planifié tout ce qui arriva ensuite [6]. Je me suis mise en quête de preuves attestant de l’auto-agression, et ils en avaient laissé autant qu’un troupeau d’éléphants dans un magasin de porcelaine. Cette même année (2002), j’ai fini d’écrire La Sospecha (Le soupçon), et j’ai enchaîné avec Yo Terrorista (Moi, terroriste), un livre très dur sur le terrorisme d’État, qui a été pratiqué quotidiennement, que je sache, en Algérie, aux États-Unis et en Russie. Ensuite j’ai découvert, pas à pas, les clés du conflit palestinien et finalement, opérant un retour dans le temps en quête d’explications sur l’origine de cette violence, je suis remontée jusqu’aux sources : je me suis passionnée pour les civilisations antiques du Proche-Orient et interrogée sur ce qui poussait les armées d’Israël et des États-Unis à en détruire toutes les traces.
Après dix années de recherches j’ai écrit un quatrième livre, El Papiro de Sept (Le Papyrus de Sept).

Sandro Cruz : Septembre noir [7] était une faction du mouvement palestinien impliquée, par exemple, dans le massacre des athlètes israéliens aux Olympiades de Munich. Dans ce sens et dans ce contexte, Arafat a-t-il été impliqué dans des actes de terrorisme au long de sa longue lutte pour la libération et la reconnaissance du Peuple palestinien ?

Isabel Pisano : Non. Au début, il a eu à voir avec des actions de sabotage. L’affaire de Munich est quelque chose de monstrueux et Arafat n’y est absolument pour rien. Il a publiquement condamné les terroristes qui ont commis un acte aussi aberrant. Les Israéliens n’ont dit qu’une seule fois avoir la preuve de son implication dans cette affaire. Ils affirmaient avoir enregistré une conversation entre Arafat et les quatre preneurs d’otages à l’Ambassade d’Arabie saoudite, à Khartoum, début mars 1973. Mais à ce jour, ils n’ont jamais diffusé l’enregistrement qu’ils prétendent détenir.

Sandro Cruz : Comme le dit Tariq Ramadan, auteur de la préface de votre livre : « L’ouvrage donne, sur le plan humain, personnel et sentimental, une idée plus proche, plus intime de la personnalité de Yasser Arafat », et c’est justement cela qui captive l’attention. Arafat était quelqu’un qui cherchait constamment la paix pour son peuple et des engagements conduisant à des négociations avec son ennemi, Israël. Pourtant, la presse mondiale lui a toujours collé l’étiquette de terroriste. Comment expliquer cette distorsion ?

Isabel Pisano : La désinformation n‘est pas un phénomène fortuit, mais la condition indispensable de la domination. Mais la désinformation est mal faite, et procède même par stéréotypes. Je vous donne un exemple : Bush père a dit à Saddam Hussein : « Ma patience a des limites. » Bush fils a dit, dix ans plus tard, au même Saddam : « Ma patience a des limites. » La semaine dernière, Obama a dit à l’Iran : « Ma patience a des limites. » Et moi, je me demande si ces trois types existent ou si ce sont des robots parlants. Il y a une énorme dose de provocation là-dedans, car chacun est en droit de se demander : est-il possible que la paix du monde dépende de la patience d’un seul homme ?

Sandro Cruz : Le Peuple palestinien est encore apatride. Pensez-vous que cet échec soit imputable à Yasser Arafat, qu’il ait commis une erreur dans sa lutte ? Est-on en droit de le critiquer ?

Isabel Pisano : Israël n’a pas la volonté réelle de reconnaître un État palestinien. Quand les militaires israéliens sont entrés en Palestine après la partition, ils l’ont fait en tirant et en semant la terreur parmi ceux qui fuyaient devant eux. A Deir Yassin, le général Sharon, qui avait alors une vingtaine d’années, a cloué les portes des maisons et leur a mis le feu : les femmes, les enfants, les vieillards qui se trouvaient à l’intérieur ont été brûlés vifs. Cela, c’est l’Histoire.
Si vous observez les cartes de l’ONU de 1947 à nos jours, vous constatez une évidence : Israël a fait main basse sur presque tout le territoire palestinien. Cela se passe sous le regard impassible de l’Occident ou avec sa complicité. Le fait accompli se substitue au droit, comme l’écrit Thierry Meyssan.
Yasser Arafat a tout tenté, et nous savons tous ce qui s’est passé. Les Israéliens ont assassiné le cheik Ahmed Yassin et Abdel Aziz al Rantissi, décapitant ainsi le Hamas. Après le décès ou l’assassinat d’Arafat, il ne restait plus d’interlocuteurs représentatifs, et c’est justement ce qu’il fallait à la classe dirigeante israélienne pour continuer à assassiner des Palestiniens, à les expulser de leurs terres, comme ils le font aujourd’hui à Jérusalem Est. La force spirituelle des Palestiniens est invincible. Les dirigeants israéliens savent qu’ils devront tuer jusqu’au dernier Palestinien pour s’emparer de ces territoires, et ils s’en occupent activement.
Seul le peuple israélien peut remédier à cet état de choses en expulsant ces gouvernants corrompus, dans le meilleur des cas.

Sandro Cruz : Beaucoup de rumeurs circulent sur l’épouse de Yasser Arafat, Souha, qui a séjourné à Paris en menant grand train, puis s’est installé en Tunisie avant d’en être expulsée. On dit qu’elle a dilapidé le trésor de l’OLP et qu’elle vit avec un phalangiste libanais qui a participé aux massacres de Sabra et Chatila…

Isabel Pisano : Les sionistes ont fait circuler beaucoup de rumeurs pour accuser Yasser Arafat de détourner l’argent de la cause palestinienne. Ils s’imaginent qu’il était un homme comme eux. C’est ridicule. Il a toujours vécu frugalement tandis que ceux qui l’ont tué s’affichent dans un luxe ostentatoire.
Concernant Souha, je ne souhaite pas polémiquer à son sujet, je ne suis pas placée pour le faire.

Sandro Cruz : Quel est l’aspect de la personnalité de Yasser Arafat qui vous impressionnait le plus ?

Isabel Pisano : Sans aucun doute, son sens de l’humour. Il prisait tellement mes commentaires sarcastiques sur le pouvoir que je me sentais… comme Benigni [8] ! Mais aussi son romantisme. Plus que personne. Pour m’expliquer ses sentiments, il faisait de la poésie.

Sandro Cruz : En lisant votre livre on découvre non seulement la vie d’Arafat mais aussi l’histoire du Peuple palestinien, qui lui est intimement liée. Et cette histoire est chargée d’une violence hallucinante. On a du mal à comprendre comment le Peuple palestinien a pu faire face à tant d’acharnement. Mais le plus surprenant est que cette violence provient d’un peuple qui a lui aussi beaucoup souffert. Le Rapporteur spécial pour les droits de l’homme de l’ONU, M. Goldstone, vient justement de rendre public son rapport dans lequel il condamne Israël pour génocide et autres crimes de guerre en Palestine. La question qui me vient à l’esprit est la suivante : qu’arrive-t-il à la société israélienne de votre point de vue ? Le peuple est-il victime du pouvoir ou a-t-il simplement perdu tout repère ?

Isabel Pisano : Le peuple israélien est un grand peuple qui a donné à l’humanité ses plus grands génies. J’ai constaté la désinformation à laquelle il est soumis au quotidien. Or, un peuple désinformé devient une société en recul. Tous les jours, les Israéliens reçoivent leur dose de bourrage de crâne anti-arabe. Les maîtres du monde continuent de saccager, de faire la guerre, de déstabiliser les pays, et les peuples qu’ils harcèlent n’ont plus qu’à émigrer. Tout est calculé et programmé. Le moment est venu de se réveiller et d’aider le peuple juif à se débarrasser de ces tueurs.

Yasser Arafat, intime, par Isabel Pisano. Traduction de Gisèle Bulwa. Préface de Tariq Ramadan. Postface et annexes par Thierry Meyssan. Co-édition Demi-lune & Timéli, 416 pp. 70 illustrations et photos (2009).
Ouvrage diffusé en ligne par la librairie du Réseau Voltaire.

[1] Isabel Pisano est née en Uruguay. Après y avoir été reine de beauté, elle fit carrière comme actrice en Italie. Elle tourna avec les plus grands réalisateurs (Visconti, Fellini, Pasolini etc.). Elle épousa le compositeur portugais de musique de films Valdo de los Rios, puis elle entreprit une carrière de journaliste à la RAI. Enfin, elle s’établit en Espagne où elle travailla comme grand reporter pour El Mundo. Les lectrices françaises la connaissent à travers les nombreux reportages et interviews qu’elle réalisa pour Marie-Claire. Isabel Pisano a reçu de nombreuses distinctions, dont le titre de meilleure journaliste de l’année 2002 décerné par l’association professionnelle espagnole (ARI).

[2] « Abou Ammar » était le nom de guerre de Yasser Arafat en référence au premier martyr de l’Islam, Ammar Ben Yasser.

[3] Uri Avnery est ancien terroriste juif, membre de l’Irgun, qui a progressivement évolué jusqu’à créer le Bloc de la Paix (Gush Shalom). Journaliste et homme politique, il fut notamment parlementaire de 1965 à 1973 et de 1979 à 1981. Violant les interdictions, il rencontra plusieurs fois Yasser Arafat. En 2003, il tenta de s’opposer à son assassinat.

[4] Ariel Sharon : An Intimate Portrait par Uri Dan, Palgrave Macmillan (2006). Version française : Ariel Sharon. Entretiens intimes avec Uri Dan, Michel Lafon éditeur (2006).

[5] « Opération Northwoods. Quand l’état-major américain planifiait des attentats terroristes contre sa population », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 novembre 2001.

[6] Paru en 1967, le Report from Iron Mountain se présente comme un document rédigé par un Groupe de travail de l’administration Johnson sur la faisabilité et l’opportunité de la paix ; les noms des 15 experts qui l’auraient rédigés ayant été remplacés par des pseudonymes. L’ouvrage, qui connu un succès hors norme aux USA, suscita une violente polémique, divisant la presse. Certains magazines, comme U.S. News and World Report confirmèrent l’authenticité du document, tandis que d’autres y virent un faux fabriqué par Leonard Lewin. Après avoir énoncé une politique cynique, le rapport recommande la création d’une agence nouvelle. Celle-ci fut effectivement créée par les néo-conservateurs en 1984 sous le nom de U.S. Institute for Peace.

[7] Septembre noir était une organisation militaire créée pour venger les victimes du massacre perpétré en septembre 1970 par la monarchie jordanienne (soutenue par Israël, l’Irak et le Pakistan) pour réprimer le mouvement révolutionnaire dans les camps de réfugiés palestiniens. Le groupe assassina le Premier ministre jordanien, puis pris en otage des athlètes israéliens durant les Jeux Olympiques pour les échanger contre les militants palestiniens détenus en Israël. L’opération échoua et se termina dans un bain de sang.

[8] Roberto Benigni est un célèbre humoriste et acteur italien.

Réseau Voltaire International

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Rupture du G-20 à Brisbane
Rupture du G-20 à Brisbane
par Alfredo Jalife-Rahme
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
L’expansionnisme israélien et la balkanisation du Levant
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
par Alfredo Jalife-Rahme
Washington va-t-il confier le monde arabe à Riyad et Téhéran ?
« Sous nos yeux »
Washington va-t-il confier le monde arabe à Riyad et Téhéran ?
par Thierry Meyssan
Poutine quitte le G20
Poutine quitte le G20
par Andreï Sorokin, Réseau Voltaire International
 
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Réseau Voltaire International
 
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
« L’art de la guerre »
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
Horreur à Rakka
Horreur à Rakka
Réseau Voltaire International
 
Beijing, le crépuscule asiatique post-Bretton Woods
Beijing, le crépuscule asiatique post-Bretton Woods
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire International
 
Renzi sur le drone de l'émir
« L’art de la guerre »
Renzi sur le drone de l’émir
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International