Réseau Voltaire
Poudre aux yeux

Nouveau traité START et vieille politique de puissance

Alors que les Etats-Unis et la Russie renforcent discrètement leurs budgets et leurs arsenaux nucléaires, ils s’apprêtent à annoncer la signature d’un nouveau traité de réduction de leurs armes stratégiques. Ce fossé entre la réalité et la communication politique n’est pas nouveau. Manlio Dinucci et Tommaso Di Francesco invitent à ne pas en être dupes. Les grandes puissances poursuivent leur ancienne politique.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 12.2 ko
Boeing vient d’annoncer qu’il était prêt à produire en 30 mois des missiles globaux hypersoniques. Le projet X-51, aurait été testé avec succès par le constructeur. Selon lui, il permettrait de frapper n’importe quel Etat dans le monde en mois d’une heure. Le Pentagone envisage de dépenser 500 millions de dollars pour en vérifier les capacités, avant d’en passer commande à grande échelle.

Avec le nouveau Traité de réduction des armes stratégiques (Strategic Arms Reduction Treaty — START), qui sera signé le 8 avril à Prague [1], les Etats-Unis et la Russie, les deux plus grandes puissances nucléaires, lancent « un message clair » : ils entendent « guider » la lutte contre la prolifération des armes nucléaires. C’est ce qu’a déclaré le président Obama qui, après avoir scellé l’accord, interviendra le 12 avril à Washington, au sommet du Conseil de sécurité de l’ONU sur la non-prolifération et le désarmement nucléaire. Là, a dit un porte-parole de la Maison Blanche, Obama « pourra montrer des faits et pas seulement des mots ». Quels sont ces faits ?

Selon le Bulletin of the Atomics Scientists, les Etats-Unis possèdent 5 200 têtes nucléaires opérationnelles, c’est-à-dire toujours utilisables ; la Russie, 4 850. En plus de celles-ci, les deux puissances possèdent au total 12 350 têtes non opérationnelles (mais non encore démantelées). Le nouveau START ne limite pas le nombre de têtes nucléaires opérationnelles contenues dans les arsenaux. Il établit seulement une limite pour les « têtes nucléaires déployées », soit celles qui sont prêtes au lancement, installées sur des vecteurs stratégiques de portée supérieure à 5 500 km : des missiles balistiques intercontinentaux avec une base à terre, des missiles balistiques lancés depuis des sous-marins, et depuis des gros bombardiers.

L’incroyable compte

Mais, tandis que les têtes de missiles sont comptées à la pièce, chaque gros bombardier est compté comme une seule pièce même s’il en transporte beaucoup plus. Un B-52 —rappelle le New York Times [2]— transporte 14 missiles de croisière et 6 bombes nucléaires. Ainsi, sur la base d’un compte partiel, le Département d’Etat estime que les USA ont actuellement 1 762 têtes nucléaires déployées sur 798 vecteurs ; la Russie, 1 741 sur 566 vecteurs. Le nouveau START permet à chacune des deux parties de conserver 1 550 têtes nucléaires déployées, soit un nombre à peine inférieur (10 % environ) à l’actuel, et un nombre de vecteurs substantiellement inchangé : 800 chacun, dont 700 prêts au lancement à tout instant. Un potentiel destructif capable de balayer l’espèce humaine et quasiment toute autre forme de vie sur la Terre.

En outre le nouveau traité n’indique aucune limite effective à l’augmentation qualitative des forces nucléaires. Aux Etats-Unis, les responsables des laboratoires nucléaires ont déjà averti le Congrès que le programme fédéral pour « l’extension de la vie de l’arsenal nucléaire » ne suffit pas à en garantir la fiabilité dans les prochaines décennies. Ils font ainsi pression pour créer une « coûteuse nouvelle génération de têtes nucléaires » [3] et le vice-président Joseph Biden leur a promis à cet effet 5 milliards de dollars de plus. On est en train de développer en même temps de nouveaux vecteurs, tel que le « missile global hypersonique » de Boeing qui pourrait devenir opérationnel en moins de trois ans : il permettrait au Pentagone de frapper en une heure n’importe quel objectif dans n’importe quelle partie du monde. Reste aussi en dehors du traité la question des armes nucléaires « tactiques », que les USA continuent à conserver dans cinq pays « non nucléaires » de l’OTAN (Belgique, Allemagne, Italie, Hollande et Turquie) et dans d’autres, en violant ainsi le Traité de non-prolifération.

Le « Bouclier » sans freins

En même temps, le nouveau START ne met aucune limite au nouveau projet de « bouclier » anti-missiles que les USA veulent étendre à l’Europe, à la frontière du territoire russe : système non pas de défense mais d’attaque qui, une fois mis au point, leur permettrait de lancer une première frappe ( first strike), en se fiant à la capacité du « bouclier » de neutraliser les effets de représailles [4]. A Washington, on assure que le « bouclier » n’est pas dirigé contre la Russie mais contre la menace de missiles iraniens. A Moscou on le prend au contraire pour une tentative de prendre un avantage stratégique décisif sur la Russie [5]. Le général Nikolaï Makarov, chef d’état major interarmes russe, a donc averti que, si les USA continuent à développer le « bouclier », cela « amènera inévitablement à une nouvelles phase de la course aux armements, en minant l’essence même du traité sur la réduction des armes nucléaires » [6]. En attendant Moscou ne reste pas les bras croisés : en mai sera lancé le nouveau sous-marin multifonctions Yasen à propulsion nucléaire, armé de 24 missiles de croisière à longue portée, y compris à tête nucléaire.

JPEG - 8.4 ko
Le premier exemplaire du Projet 885 (dit Yassen, c’est-à-dire le frêne, dans la classification OTAN) pourrait être lancé le 7 mai prochain à l’occasion de la célébration de la victoire de la Grande Guerre patriotique (c’est-à-dire de la Seconde Guerre mondiale). Ce sous-marin russe nucléaire d’attaque de 4e génération aurait une technologie plus sophistiquée encore que les Seawolf états-uniens. Il serait polyvalent et particulièrement adapté au combat littoral.

C’est avec ces faits que le président Obama se présentera le 12 avril au Conseil de sécurité, en exhibant le nouveau START qui confère aux deux plus grandes puissances nucléaires, détentrices de 95 % des plus de 23 000 armes nucléaires existant dans le monde, le droit de « guider » la lutte contre la prolifération des armes nucléaires. Le doigt accusateur sera pointé sur l’Iran (comme le confirme la rencontre Obama-Sarkozy du 31 mars), accusé de vouloir fabriquer la bombe atomique, tandis qu’on laissera à coup sûr dans l’ombre le fait qu’Israël possède un arsenal de centaines d’armes nucléaires, qu’il garde pointées sur d’autres pays de la région.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] C’est à Prague, le 5 avril 2009, que Barack Obama a énoncé son intention de parvenir à un monde dénucléarisé. Lire « Speech by Barack Obama dealing with nuclear issues », Voltaire Network. En réalité, il s’agit surtout en période de crise économique de trouver un accord avec la Russie pour freiner la course aux armements et les augmentations subséquentes des budgets de Défense. Ndlr.

[2] « Arms Control May Be Different on Paper and on the Ground », par Peter Baker, The New York Times, 30 mars 2010.

[3] « Nuclear Labs Raise Doubts Over Viability of Arsenals », par William J. Broad, The New York Times, 26 mars.

[4] Sur le bouclier, voir l’étude en trois parties de Nicolas Ténèze : « Le bouclier de l’invincibilité », « Du combat contre l’Empire du Mal à celui contre l’Axe du Mal » et « La débâcle du laser tactique à haute énergie », Réseau Voltaire, 19, 21 et 22 mars 2010. Sur le rôle de la première frappe, lire « Le bouclier antimissile et la première frappe », par Manlio Dinucci et Tommaso di Francesco, Réseau Voltaire, 12 mars 2010.

[5] Si l’Iran disposait de missiles à trés longue portée, et si il voulait les lancer contre les Etats-Unis, il choisirait le chemin le plus court pour limiter les risques d’interception. Ces missiles ne feraient donc pas le détour par l’Europe de l’Est. Il s’ensuit que les installations US dans cette région ont un autre motif. Ndlr.

[6] « Обойма Макарова. Начальник Генерального штаба : Какую армию мы строим », propos recueillis par Victor Vasenin, Rossiyskaya Gazeta, 23 mars.

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

 
Psyop : Opération Syrie
Psyop : Opération Syrie
« L’art de la guerre »
 
Les E-mails explosifs de Hillary Clinton
Les E-mails explosifs de Hillary Clinton
« L’art de la guerre »
 
La Bombe est autorisée
La Bombe est autorisée
« L’Art de la guerre »
 
Les décombres de la démocratie
Les décombres de la démocratie
« L’art de la guerre »
 
L
L’Otan et le « putsch » turc
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.