Réseau Voltaire

« Conférence de presse »

+

Cette opération a démontré d’après moi que l’on peut opérer sans perte humaine et c’est ce que les services spéciaux devraient réussir à faire à l’avenir. Je ne suis pas d’accord avec Zbigniew Brzezinski quand il dit que Maskhadov était un symbole du combat pour l’indépendance. Il avait déjà accepté à plusieurs reprises des négociations sans remettre en cause le statut au sein de la Fédération de Russie. Pour des raisons objectives ou subjectives, qui vont sans doute rester inconnues, il n’a respecté aucune de ses promesses. Différentes sources donnent différents chiffres concernant le nombre des partisans de l’Ichkérie indépendante, mais d’après moi leur lutte n’a plus aucun sens. Je ne peux pas garantir que la criminalité va cesser, ni que les actes terroristes vont disparaître, mais nous ne connaîtrons pas à nouveau la situation de 1996 quand Grozny est tombée. Je pense qu’il reste deux autorités après Maskhadov, d’abord Dokou Oumarov et ensuite Bassaïev. Cela ne veut pas dire que le secrétariat à la Guerre ne choisira pas quelqu’un d’autre. Il ne fait aucun doute que c’est une des trois personnes qui accompagnaient Maskhadov qui a indiqué où il se cachait. Il n’a pas encore été décidé si elle recevrait la prime de 300 millions de roubles. La mort de Maskhadov n’a rien a voir avec l’initiative du Comité des mères de soldats à Bruxelles qui est par ailleurs téléguidé et sans perspectives.
Nous aurions aimé le prendre vivant pour connaître enfin la vérité sur ceux qui ont saccagé la république, savoir qui fait quoi dans le pétrole, qui fait quoi dans le trafic d’armes et qui est à l’origine des attentats. Les principaux facteurs favorisants l’expansion du terrorisme dans le Caucase sont la criminalité, la corruption du pouvoir, la brutalité des forces de polices et avant tout, le chômage le plus total. La mort de Maskhadov ne change rien à cela, tant que les jeunes n’auront pas de travail, ils seront à la merci des prédicateurs et de la radicalisation.
Je suis Tchétchène et chez nous on ne dit pas de mal des morts. Je dirais simplement que Maskhadov était un homme politique médiocre et un président médiocre parce qu’il s’est allié à des gens qui vivent comme des loups et ont plongé la république dans le chaos. Jusqu’à la tragédie de Nord-Ost [1], le président Poutine pouvait envisager une rencontre à condition de désarmer Bassaïev, à condition que Khattab quitte le pays et que l’on ne remette pas en cause l’intégrité territoriale de la Fédération de Russie. Les négociations entre les commandants et les défenseurs de l’Ichkérie ont toujours existé sur le terrain, mais il y des bandits pour lesquels le meurtre et les enlèvements sont un mode de vie. Je ne suis pas partisan de la guerre jusqu’au dernier homme, mais du plus court chemin vers la paix. D’après ce que je sais, l’opération a été menée par le FSB uniquement, je ne sais rien de l’éventuelle participation de Kadyrov.
Je ne sais rien de la responsabilité de Maskhadov à la Doubrovka ou à Beslan, mais j’aurais aimé qu’il meure en essayant de sauver ces enfants. J’aurais pu dire qu’il avait fait des erreurs, mais qu’il était mort comme un vrai guerrier, comme un vrai Tchétchène, comme un vrai président. Il a endossé toute la responsabilité de ce qui se passait en Tchétchénie quand il a déclaré à plusieurs reprises que la situation était totalement sous son contrôle. J’aimerais que l’on nomme ces héros qui ont mis en place des régimes qui ont trahi la Russie pour de l’argent, au nom de la manne pétrolière, de ces politiques qui ont construit leur carrière sur le sang et la souffrance des peuples russes et tchétchènes. Beaucoup vivent confortablement à l’étranger pendant que leurs fils et leurs neveux se sacrifient sur le terrain aux nom de leurs idées fumeuses. Il y a des gens de ce type aussi bien du côté russe que du côté tchétchène. Je pense que le corps de Maskhadov devrait être rendu à sa famille pour être enterré selon le rite musulman, il ne faut pas suivre l’exemple des Israéliens qui enveloppent les cadavres des terroristes morts dans des peaux de cochons avant de les enterrer.

Source
RIA Novosti (Fédération de Russie)

« Пресс-конференция Аслаханова », par Aslambek Aslakhanov, RIA Novosti, 9 mars 2005. Ce texte est adapté d’une retranscription de conférence de presse.

[1] Nord-Est, du nom de la comédie musicale qui était jouée quand la prise d’otages a eu lieu dans un théâtre de Moscou.

Aslambek Aslakhanov

Aslambek Aslakhanov Aslambek Aslakhanov est l’unique député tchétchène à la Douma. Très populaire en Tchétchénie, il est aussi conseiller du président Vladimir Poutine.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.