Réseau Voltaire

France-Russie : les « Mistral » font des vagues

| Moscou (Russie)
+

Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé, le 23 juillet 2010, aux ouvriers des chantiers navals franco-coréens STX de Saint-Nazaire qu’ils construiront deux navires de classe Mistral pour la Russie.

Deux autres Mistral pourraient être construits en Russie sous licence française.

Les Mistral sont des bâtiments de projection et de commandement (BPC) ultra-sophistiqués, mais inadaptés aussi bien aux besoins français que russes. En effet, leur particularité est de pouvoir embarquer deux aéroglisseurs LCAC de l’US Marine Corps, dont ni la France, ni la Russie ne disposent.

Selon le président français, le principe du contrat a été décidé par son homologue russe, Dmitry Medvedev, mais les « détails » sont en cours de négociations. En d’autres termes, le contrat n’est pas encore signé.

A Moscou, cette annonce a provoqué la fureur de Vladimir Poutine. Le Premier ministre avait tenté de s’immiscer dans la transaction et avait désigné son adjoint Igor Sechin pour la « négocier ». En fait, sa mission était de faire échouer la transaction imaginée par les présidents russe et français. Il s’appuyait d’abord sur l’état-major russe dont les budgets d’acquisition ont été considérablement réduits et pour qui les Mistral sont loin d’être des priorités. Il pouvait aussi compter sur le conglomérat public qu’il préside, OSK (Объединённая судостроительная корпорация), qui n’a aucune raison d’abandonner le monopole des constructions navales militaires russes.

Selon une source moscovite proche du dossier, M. Medvedev aurait convenu avec M. Sarkozy d’importantes commissions et rétro-commissions (de l’ordre de 8 % du montant total de la vente). M.Medvedev pourrait ainsi financer sa prochaine campagne électorale contre « son ami de trente ans » et désormais rival M. Poutine, tandis que M. Sarkozy pourrait financer sa réélection.

La Direction française des constructions navales a été impliquée au cours des dernières années dans plusieurs affaires de corruption : des frégates vendues à Taïwan, d’autres vendues à l’Arabie saoudite (« Sawari »), et des sous-marins vendus au Pakistan ont fait l’objet de commissions et de rétro-commissions au profit d’hommes politiques jamais publiquement identifiés. Dans ces trois affaires, les noms d’Edouard Balladur et Nicolas Sarkozy ont été cités sans preuves.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

Les Français se sabordent
Les Français se sabordent
par Thierry Meyssan
La fin du système des partis
« Il faut que tout change pour que rien ne change »
La fin du système des partis
par Jean-Claude Paye
Les chaînes d' « ancrage » aux États-Unis
« L’art de la guerre »
Les chaînes d’ « ancrage » aux États-Unis
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
423. L'analyse militaire de la guerre en Syrie
« Horizons et débats », n°9, 18 avril 2017
L’analyse militaire de la guerre en Syrie
Partenaires
 
Trump : deux pas en avant, un pas en arrière
Trump : deux pas en avant, un pas en arrière
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire
 
De la Fondation Saint-Simon à Emmanuel Macron
Comment faire du neuf avec du vieux
De la Fondation Saint-Simon à Emmanuel Macron
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire
 
12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
Journal du changement d’ordre mondial #14
12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire