Réseau Voltaire

Le Pentagone emploie toujours autant de mercenaires

+
JPEG - 12.1 ko

Le Service de recherche du Congrès US vient de publier une étude sur les « sous-traitants armés » du Pentagone. Il apparaît que le nombre de mercenaires en Irak a diminué de moitié, une tendance qui correspond au déplacement des troupes US hors d’Irak vers d’autres Etats du Proche-Orient. Au contraire, le nombre de ces sous-traitants a été multiplié par cinq en deux ans.

En réalité les deux phénomènes ne sont pas comparables. Les « sous-traitants armés » en Irak sont des mercenaires étrangers. Ils avaient été engagés durant l’ère Rumsfeld avec l’idée que dans un monde capitaliste, les armées aussi devaient être privatisée. Il s’agissait de faire baisser les coûts des expéditions coloniales en faisant appel à la concurrence. Cette politique est révolue, principalement parce que les militaires se sont opposés à la destruction de leur statut.
Au contraire, les « sous-traitants armés » en Afghanistan sont des Afghans qu’il n’a pas été possible d’intégrer dans des forces nationales et que le Pentagone loue auprès de chefs de guerre. Dans ce cas, il s’agit d’un échec dans la construction de l’Etat qui est temporairement masqué par la domestication des chefs de guerre.

Selon cette étude, le recours à des mercenaires a profondément perturbé les opérations de contre-insurrection et les a fait échouer. Le Service de recherche du Congrès préconise donc la limitation de leur emploi aux seules tâches habituellement dévolues aux sociétés de gardiennage et de transport de fonds dans les Etats développés.

==

The Department of Defense’s Use of Private Security Contractors in Afghanistan and Iraq : Background, Analysis, and Options for Congress, par Moshe Schwartz, Congressional Research Service, 26p., 2011 (300 Ko).

Réseau Voltaire International

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

 Incorporer le yuan aux Droits de tirage spéciaux
Le défi de la Chine face au FMI
Incorporer le yuan aux Droits de tirage spéciaux
par Ariel Noyola Rodríguez
4 millions de morts en Afghanistan, au Pakistan et en Irak depuis 1990
Les victimes ignorées des guerres de l’Occident
4 millions de morts en Afghanistan, au Pakistan et en Irak depuis 1990
par Nafeez Mosaddeq Ahmed
369. La paix en Europe en danger
« Horizons et débats », 15e année, n° 11, 20 avril 2015
La paix en Europe en danger
Partenaires
 
Escalade des USA et de l'Otan en Europe
Escalade des USA et de l’Otan en Europe
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
Entretien de Bachar el-Assad avec France2
Entretien de Bachar el-Assad avec France2
par Bachar el-Assad, Réseau Voltaire International
 
Les sanctions unilatérales violent les accords internationaux
Les sanctions unilatérales violent les accords internationaux
par Alfred de Zayas, Réseau Voltaire International
 
Résolution 2216 et débats (Yémen)
Résolution 2216 et débats (Yémen)
Réseau Voltaire International
 
Italie, 80 millions d'euros par jour de dépense militaire
« L’art de la guerre »
Italie, 80 millions d’euros par jour de dépense militaire
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
368. Les sanctions unilatérales sont illégales en Droit international
« Horizons et débats », 15e année, n° 9-10, 13 avril 2015
Les sanctions unilatérales sont illégales en Droit international
Partenaires