Réseau Voltaire

Déclaration de la « troïka » pour le Soudan

+
JPEG - 18.6 ko

Déclaration de la « troïka » sur l’interruption du dialogue entre le Parti du Congrès national et le Mouvement populaire de libération du Soudan

On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite au nom de la troïka pour le Soudan par la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, le ministre norvégien des affaires étrangères Jonas Støre et le ministre britannique des affaires étrangères William Hague.

Les membres de la troïka pour le Soudan expriment leur profonde préoccupation à la suite de l’annonce de la rupture du dialogue entre le Parti du Congrès national (NCP) et le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) ce week-end.

En cette période sensible, il est crucial que le NCP et le SPLM poursuivent leur dialogue et accomplissent de nouveaux progrès vers la mise en place d’accords durables entre les deux parties, portant sur l’économie, la politique et la sécurité. À cette fin, nous exhortons le président El-Béchir et le premier vice-président Kiir à prendre des mesures pour prévenir d’éventuelles actions qui pourraient déstabiliser les territoires et gouvernements respectifs, et à jeter les bases d’une coopération mutuelle dont le but est la création de deux États viables en juillet.

Au vu de la récente violence et de la recrudescence des tensions dans la région d’Abyei, et compte tenu de la nécessité critique de conclure des arrangements de sécurité durables pour la population d’Abyei, nous demandons aux parties de prendre des mesures immédiates en vue de retenir les groupes armés sous leur influence et de reprendre les discussions bilatérales sur les conditions de leur retrait. Nous rappelons aux deux parties leur obligation d’assurer le libre accès de la région d’Abyei à la Mission des Nations unies au Soudan (MINUS) et condamnons les actions d’éléments armés visant à restreindre la capacité de la MINUS d’exécuter son mandat dans cette région.

Nous condamnons en outre la violence du 12 mars à Malakal, au Sud-Soudan. L’Accord de paix global (CPA) exclut l’existence de groupes armés en dehors des deux forces établies des parties. Les allégations de soutien à des intermédiaires sont graves et devront faire l’objet d’enquêtes par le biais des mécanismes agréés du CPA et des bons offices de la MINUS. Les membres de la troïka se tiennent prêts à leur prêter assistance.

Par le succès du référendum sur le Sud-Soudan et par l’acceptation de ses résultats, le NCP et le SPLM ont donné la preuve de leur désir de choisir la voie de la paix et de la coopération mutuelle. Les membres de la troïka continueront de soutenir les deux parties à mesure qu’elles avanceront dans cette voie. Durant cette période de tensions accrues, à l’intérieur du Soudan et dans la région, nous appelons vivement les parties à éviter toute action susceptible de compromettre les chances de paix, et à réaffirmer leur attachement à la pleine application du CPA, à l’aboutissement des arrangements post-CPA et à une période post-CPA pacifique.

Jonas Gahr Støre

Jonas Gahr Støre Ambassadeur de Norvège aux Nations Unies (Genève) (1998-2000). Ministre des Affaires étrangères (depuis 2005).

 
William Hague

William Hague Membre de la Chambre des Communes (depuis 1989). Chef du Parti conservateur (1997-2001). Ministre du Commomwealth et des Affaires étrangères (depuis 2010).

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.