Réseau Voltaire

« J’ai du défendre l’honneur de la Russie au tribunal de La Haye »

+

J’ai dû témoigner pendant 10 heures dans l’affaire Milosevic. Je dois encore défendre l’ancien chef d’état-major des armées yougoslaves, le général Dragoljub Oidanic. J’ai été effrayé par le sténogramme de mon audition, c’était plein d’erreurs, d’oublis, de phrases incomplètes. Avec le vocabulaire militaire et la double traduction simultanée, il ne reste pas grand-chose, j’aurais dû parler plus méthodiquement. Je suis par contre satisfait de la vidéo de mes déclarations, c’est sur cette base que nous allons publier avec Nikolaï Ryjkov (à l’époque responsable de la commission sur la Yougoslavie à la Douma) et Evguéni Primakov (Premier ministre en ce temps là), une version littéraire des sténogrammes.
Le procureur Jeffrey Nice a mis notre parole en doute. Il nous accuse d’avoir écouté illégalement des personnalités politiques alors que nous écoutions des terroristes kosovars, dont l’un d’eux se trouvait il est vrai en conversation avec Madeleine Albright (Il s’agir d’Ibrahim Taci à qui elle avait promis un référendum sur le Kosovo en échange de son accord pour l’intervention de l’OTAN). Il a aussi déformé mes propos et il s’est permis de me dire qu’il me pardonnait car j’ai grandi dans un pays socialiste et que je ne comprend pas la démocratie occidentale, que je suis un slave et que je suis obligé de défendre les Serbes. J’ai défendu mon honneur et celui de la Russie.
Il n’y a pas eu de génocide des Albanais au Kosovo. Des Albanais, parmi eux des officiers, m’ont dit qu’ils vivaient bien, qu’ils avaient des postes, mais que les boïevikis leur ont demandé de les quitter. Il est prouvé que ce sont les narcomafias albano-caucasiennes et turques qui ont commencé à déstabiliser la Yougoslavie. Le point central était Pristina. C’est le krach des pyramides financières albanaises en 1996-1997 qui a déclenché les choses. Des armes bon marché sont apparues, des explosifs. Cette narcomafia était derrière le Mouvement de libération du Kosovo. Les services secrets allemands ont utilisé la situation, aidés par les Turcs.
Il n’y avait pas de position claire du gouvernement russe au sujet de cette guerre. Le ministère de la Défense s’était catégoriquement opposé à l’embargo sur les armes en 1999, mais celui des Affaires étrangères l’a soutenu. Nous n’avons pas fait assez pour empêcher cette guerre. Nous avons pu observer les préparatifs de l’OTAN. J’avais dit à l’époque qu’il n’y aurait pas de guerre si les forces yougoslaves étaient capables d’infliger des pertes à leur futur adversaire. Seule la force peut contenir la force.

Source
Vremya Novostyey (Fédération de Russie)

« В Гаагском трибунале мне пришлось отстаивать честь России », par Léonid Ivashov, Vremya Novostyey, 28 avril 2005. Ce texte est adapté d’une interview.

Général Leonid Ivashov

Général Leonid Ivashov Le général Leonid Ivashov est vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques. Il fut chef du département des Affaires générales du ministère de la Défense de l’Union soviétique, secrétaire du Conseil des ministres de la Défense de la Communauté des États indépendants (CEI), chef du Département de coopération militaire du ministère de la Défense de la Fédération de Russie. Il était chef d’état-major des armées russes, le 11 septembre 2001. Il est membre de la conférence Axis for Peace.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
Journal du changement d’ordre mondial #14
 
415. Paix par proxys ?
Paix par proxys ?
« Horizons et débats », n°1, 9 janvier 2017
 
Deux mondes distincts
Deux mondes distincts
Journal du changement d’ordre mondial #13
 

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.