Réseau Voltaire

Déclaration de Barack Obama à propos du décès de Mouammar Kadhafi

| Washington D.C.
+
JPEG - 22.4 ko

Bonjour à tous. Aujourd’hui, le gouvernement de la Libye a annoncé la mort de Mouammar Kadhafi. Voilà qui marque la fin d’un chapitre long et douloureux pour le peuple libyen, qui a désormais la possibilité de déterminer son destin dans une Libye nouvelle et démocratique.

Pendant quatre décennies, le régime Kadhafi a régné sur les Libyens d’une main de fer. Les droits de l’homme ont été niés, des civils innocents mis en prison, battus et tués, et la richesse de la Libye gaspillée. L’énorme potentiel du peuple libyen a été refoulé, et le terrorisme érigé en arme politique.

Aujourd’hui, nous pouvons définitivement dire que le régime Kadhafi est fini. Les dernières places fortes du régime sont tombées. Le nouveau gouvernement renforce son contrôle sur le pays, et l’un des plus anciens dictateurs du monde n’est plus.

Il y a un an, la notion d’une Libye libre semblait impossible. Puis, le peuple libyen s’est dressé et a exigé ses droits. Et quand Kadhafi et ses forces ont commencé à aller de ville en ville, de village en village, pour brutaliser des hommes, des femmes et des enfants, le monde a refusé de rester les bras croisés.

Face à la possibilité d’atrocités en masse, et suite à l’appel à l’aide du peuple libyen, les États-Unis et leurs amis et alliés ont barré la route aux forces de Kadhafi. Une coalition qui regroupait les États-Unis, l’OTAN et des pays arabes a persévéré tout l’été pour protéger les civils libyens. Pendant ce temps, le peuple courageux de la Libye s’est battu pour son avenir et a brisé le dos du régime.

Aujourd’hui est une journée historique pour la Libye. L’ombre de la tyrannie s’est levée, et de pair avec cette promesse énorme, le peuple libyen a maintenant une responsabilité considérable, celle de bâtir une Libye participative, tolérante et démocratique qui sera l’ultime réquisitoire contre la dictature de Kadhafi. Nous attendons avec impatience l’annonce de la libération du pays, la formation rapide d’un gouvernement intérimaire et une transition stable vers la tenue des premières élections libres et honnêtes de la Libye. Nous appelons nos amis libyens à continuer à œuvrer de concert avec la communauté internationale pour sécuriser le matériel dangereux ainsi qu’à respecter les droits de l’homme de tous les Libyens, y compris ceux qui sont emprisonnés.

Toutefois, nous ne nous berçons pas d’illusion. La Libye aura un chemin long et tortueux à suivre pour réaliser pleinement la démocratie. Des jours difficiles attendent les Libyens. Mais les États-Unis, de concert avec la communauté internationale, sont déterminés à aider le peuple libyen. Vous avez gagné votre révolution, et maintenant, nous serons vos partenaires alors que vous forgez un avenir qui vous offrira la dignité, la liberté et des possibilités.

Pour la région, les événements d’aujourd’hui prouvent une fois de plus que les régimes à poigne finissent toujours par disparaître. Dans tout le monde arabe, des habitants se sont levés pour réclamer leurs droits. Les jeunes rejettent avec force la dictature. Et ces dirigeants qui essaient de leur refuser leur dignité n’y parviendront pas.

Ici aux États-Unis, nous nous souvenons aujourd’hui de tous les Américains qui ont perdu la vie aux mains du terrorisme de Kadhafi. Leurs familles et leurs amis sont dans nos pensées et nos prières. Nous nous souvenons de leurs sourires éclatants, de leur vie extraordinaire et de leur mort tragique. Nous savons que rien ne guérira la blessure de leur perte, mais nous nous tenons tous en tant que nation à leurs côtés.

Pendant près de huit mois, de nombreux Américains ont fourni des services extraordinaires à l’appui de nos efforts visant à protéger le peuple libyen et à lui offrir la chance d’être l’artisan de son destin. Nos diplomates talentueux ont aidé à diriger une intervention mondiale sans précédent, nos pilotes courageux ont effectué des sorties dans le ciel libyen, nos marins ont apporté leur soutien au large des côtes libyennes, et notre rôle de chef de file à l’OTAN a contribué à guider notre coalition. Sans mettre sur le terrain ne serait-ce qu’un seul membre des forces armées des États-Unis, nous avons été au rendez-vous de nos objectifs, et notre mission de l’OTAN prendra bientôt fin.

Ces événements coïncident avec la force du leadership américain qui est manifeste de par le monde. Nous avons éliminé des responsables d’Al-Qaïda, et nous avons placé ce groupe sur la voie de la défaite. Nous concluons la guerre en Irak et avons entamé la transition en Afghanistan. Et aujourd’hui, en Libye, en collaboration avec nos amis et nos alliés, nous avons montré ce qu’une action commune peut accomplir au XXIe siècle.

Bien sûr, ce jour appartient surtout au peuple libyen. C’est l’occasion pour les Libyens de se souvenir de tous ceux qui ont souffert et qui ont perdu la vie sous le régime Kadhafi, et nous attendons avec espoir la promesse d’un jour nouveau. Je sais que le peuple américain offre au peuple libyen ses meilleurs souhaits pour les jours, les semaines, les mois et les années à venir, qui seront difficiles mais remplis d’espoir.

Je vous remercie.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.