Réseau Voltaire
« Revue de presse Syrie » #43

Il est urgent d’attendre

La presse occidentale et du Golfe maintient le cap que la Maison-Blanche lui a fixé depuis l’affrontement qui a opposé les membres de l’OTAN à la Chine et à la Russie au Conseil de sécurité. Chacun attendu la réunion suivante en se ménageant une porte de sortie. Contrairement à l’habitude, lorsque le Bureau des communications globales tente de créer un consensus autour d’un argumentaire, les éditorialistes ont une conclusion qu’ils doivent démontrer par eux-mêmes.

Le ton est donné par un éditorial du conservateur Charles Krauthammer du Washington Post, largement reproduit aussi bien par la presse US que par des journaux européens et du Golfe. Après avoir comparé en importance la chute possible de Bachar el-Assad à celle du Mur de Berlin –la première ouvrant la voie à la fin de l’Iran comme la seconde avait scellé le sort de l’URSS–, et avoir tenu un discours martial, l’auteur préconise… de renforcer les sanctions. Les grandes victoires viendraient d’elles-mêmes à qui sait attendre.

+

• Dans Le Figaro, Georges Malbrunot dresse un portrait élogieux de Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien, et de Haytham Manna, président du Comité national de coordination, mais c’est pour mieux souligner leur division et leur absence de représentativité populaire.

• De nombreux quotidiens reproduisent une dépêche de l’AFP écrite à l’occasion du 30e anniversaire du massacre de Hama. Ce qui caractérise ce texte, c’est l’absence de contextualisation (il ne s’agissait pas de la répression d’un parti politique, mais du rétablissement de l’ordre durant une tentative avortée de coup d’État des Frères musulmans, ce sont donc ces derniers qui ont provoqué les violences), et l’amalgame avec la situation actuelle (cette fois les putschistes sont appuyés financièrement et militairement par les monarchies absolues du Golfe).

La Tribune de Genève reprend à son compte les commentaires de Foreign Policy sur le rapport des observateurs. Ils ignorent le contenu des observations et se concentrent sur les remarques relatives aux observateurs démissionnaires qu’ils extrapolent abusivement à leurs collègues. Il s’agit de faire accroire que l’ensemble des observateurs seraient incompétents et que, par conséquent, le contenu de leurs observations ne mériterait aucune attention.

• Le Diario de Noticias compare Asma el-Assad à Lady Macbeth. Comme le personnage shakespearien qui sombre dans la folie après avoir commis un meurtre, l’épouse du président serait emportée par le flot des crimes imputés à son époux.

• Divers journaux dénoncent les ventes d’armes russes à la Syrie. Defence Technology International indique que Moscou a livré à Damas deux ensembles Yakhonts de 18 camions lanceurs, équipés chacun de deux missiles supersoniques capables de couler des navires jusque dans le port d’Haifa.

• Le directeur adjoint des pages éditoriales du Washington Post, le belliciste Jackson Diehl, met en garde contre le bluff de Mme Clinton : les déclarations sur la chute imminente du régime syrien ne convainquent pas les Russes et, au contraire, les renforcent dans leur analyse que les Occidentaux n’ont pas de stratégie.

• Le Jerusalem Post et quelques autres se donnent du courage en annonçant que l’Armée syrienne libre se renforce en nombre et en armement. Mais ces articles ne peuvent être illustrés que par des photos montrant tout au plus quelques combattants.

• L’universitaire syrien Marwan Kabalan attire l’attention des lecteurs de Gulf News sur l’inquiétude russe face au rôle que les USA font jouer à la Turquie. Moscou ne veut pas qu’Ankara devienne le gendarme du Moyen-Orient ce qui raviverait ses ambitions dans le Caucase et en Asie centrale.

The Saudi Gazette reproduit le script de l’entretien accordé par le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi, à CNN. Al-Arabi ne croit pas à une intervention militaire internationale dans la mesure où la Syrie a une armée forte et où son territoire ne recèle pas d’hydrocarbures. Personne ne prendra le risque d’un conflit coûteux sans perspective de retour sur investissement.

Documents joints

 
(PDF - 6.5 Mo)
 

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.