Réseau Voltaire
« Revue de presse Syrie » #57

Une démission sans conséquence

La presse atlantiste et, dans une moindre mesure celle du Golfe, s’empare de la démission d’Abdo Hussamedine, présenté comme la première défection au sein du gouvernement syrien. Ce retournement marquerait la première fissure à haut niveau d’un régime qui, jusqu’ici, paraissait taillé d’une pièce.

La presse est cependant incapable de donner des détails sur cette personnalité. En effet, il ne s’agit pas d’un responsable politique, mais d’un haut-fonctionnaire des pétroles. Du coup, c’est le raisonnement sur le régime en train de se lézarder qui s’effondre.

La responsable des opérations humanitaires de l’ONU, Valérie Amos, a dénoncé les destructions à Baba Amr et s’est inquiétée du sort de ses anciens habitants. La presse internationale souligne que le quartier avait été déserté avant les combats principaux. Pourtant, elle prétendait il y a quelques jours que des milliers d’habitants y étaient enfermés sous les bombes.

En visite en Tunisie, le président turc, Abdullah Gül, a pour la première fois rejeté l’idée de toute intervention militaire de puissances occidentales. Dans le même temps, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague et le secrétaire US à la Défense, Léon Panetta, ont exclu tout soutien militaire direct ou indirect aux rebelles.

+

• Dans Le Monde, Christophe Ayad, Benjamon Barthe et Jacques Folliorou confirment la tentative de libération des journalistes français bloqués à Baba Amr, que Thierry Meyssan a raconté aux lecteurs du Réseau Voltaire, il y a une semaine déjà. Le quotidien indique que l’opération était conduite côté français par la DCRI. Il signale que l’Élysée avait donné son feu vert, mais évite d’aborder le conflit qui a surgi entre Claude Guéant et Alain Juppé. A partir de quoi, Le Monde s’arrête au milieu du chemin et ne parvient pas à élucider la sortie de Baba Amr qu’il persiste à attribuer à l’Armée « syrienne » libre.

• Dans Le Figaro, Georges Malbrunot assure que, de peur d’un coup d’État, « le pouvoir n’a pas hésité à désarmer la plupart des bataillons sunnites » (sic). C’est évidemment idiot : s’il y avait une crainte de coup d’État, le pouvoir n’humilierait pas certains bataillons pour pousser les autres à le renverser. Et il ne peut désarmer tous les sunnites sans se mettre à nu, 65 % des militaires étant de cette confession.

De Morgen s’interroge sur la validité des informations du Réseau Voltaire relative aux 19 prisonniers de guerre français et sur l’affirmation de Thierry Meyssan selon lequel le drame de Baba Amr serait la plus vaste fiction politique depuis le 11-Septembre. Dans une colonne séparée, le journal souligne que ce n’est pas la première fois que des images choquantes seraient utilisées de manière déformée pour justifier une guerre.

• S. B. Grégoire III, patriarche gréco-melkite, défend l’armée syrienne dans un entretien au Tagesspiegel. Le prélat déplore que les Européens voient systématiquement le président el-Assad comme le « méchant », alors qu’il n’a de cesse de protéger son peuple de bandes armées qui tuent et rançonnent. Le « printemps arabe » a encouragé des extrémistes sunnites à tenter d’accaparer le pouvoir au détriment des minorités ».

Die Presse pèse le pour et le contre en matière d’intervention militaire. En l’absence d’argument convaincant, le journal s’interroge sur le concept de « responsabilité de protéger ».

Le Temps explique doctement la dérive mafieuse de la famille el-Assad. Selon le journal suisse, le général Assef Chawkat a été écarté des responsabilités tandis que Rami Makhlouf s’est approprié le pays. En réalité, le général Chawkat était le commandant en chef des dernières opérations militaires et Rami Makhlouf est administrateur et non propriétaire de sociétés d’économie mixte.

• Le Wall Street Journal revient sur la protection des arsenaux chimiques syriens. Les États-Unis et la Jordanie sont prêts à déployer des forces pour qu’ils ne tombent pas aux mais des rebelles. Nos lecteurs se souviennent que le Pentagone a déjà mis en place une surveillance spatiale et aérienne en ce sens. L’ensemble de ce dispositif montre que Washington et Tel-Aviv, qui ont tout fait pour affaiblir la Syrie, n’entendent pas pousser le bouchon plus loin.

• Le New York Times et le Washington Post attendaient beaucoup de ce vendredi de manifestation dédié à la mobilisation des Kurdes contre Damas. Mais ceux-ci sont restés de marbre.

• Dans Gulf News, l’ex-biographe officiel de Hafez el-Assad, Patrick Seale, se fait une virginité en comparant la répression de Hama (1982) et la prise de Baba Amr (2012), toutes deux fruits de la paranoïa de la dynastie.

• Sur la base d’e-mails que Wikileaks dit avoir piratés à la société Statfor, Hassan Barari assure dans Arab News que l’Iran aurait approché Washington pour envisager une opération conjointe de renversement d’el-Assad.

La photo du jour

JPEG - 41 ko

Le désespoir d’un enfant dont le père vient d’être abattu par un sniper. Associated Press a diffusé la photo en précisant que la victime a été assassinée par un franc-tireur de l’armée nationale syrienne. Mais selon le photographe, Rodrigo Abd, Mohamed Munir Zidani a été tué par un tireur inconnu à proximité d’un poste militaire à Idlib, ce qui n’est pas du tout pareil.

Les dessins du jour

JPEG - 46.5 ko

Dans le Charlotte Observer, Bachar el-Assad est représenté présentant la nouvelle constitution syrienne. celle-ci ne débute pas par "Nous le Peuple", mais "Tuez le Peuple".
Or, la Constitution a bel et bien été approuvée par voie référendaire. En outre, elle proclame indivisibilité de la Syrie et rappelle la responsabilité du président pour garantir l’intégrité territoriale. Ses concitoyens lui ont donc donné mandat pour reprendre le territoire sécessionniste de l’Émirat islamique de Baba Amr (et aussi le Golan occupé par Israël).

JPEG - 32 ko

Dans The National, Kofi Annan tente d’éteindre le brasier syrien, mais sa lance à incendie est écrasée par un tank. Le quotidien émirati n’a pas attendu l’arrivé à Damas, samedi, de l’ex-secrétaire général de l’ONU pour dénigrer sa mission.

Documents joints

 
(PDF - 12.3 Mo)
 

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.