Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Commerce d’armes Rome-Tel Aviv

Le commerce des armes entre Etats peut être soumis à des considérations géopolitiques ou au besoin de faire tourner des chaînes de production pour disposer d’une industrie militaire indépendante. Dans le cas du dernier contrat entre l’Italie et Israël, ce sont simplement des questions économiques qui ont prévalu. Peut-on vraiment croire qu’il faut plus de morts en Palestine pour qu’il y ait moins de chômeurs en Italie ?

| Rome (Italie)
+
JPEG - 23.6 ko

Au plein de la crise arrive enfin “une puissante injection de confiance pour tous ceux qui croient en la valeur du travail” : c’est ce que déclare le député du Parti démocrate Daniele Marantelli, se félicitant du contrat de Alenia Aermacchi (Finmeccanica) pour la fourniture à Israël de 20 avions militaires d’entraînement avancé M-346.

Ainsi, dans la prochaine opération “Plomb durci”, les pilotes israéliens pourront être encore plus meurtriers.

Berlusconi avait promis de promouvoir la vente des M-346, a déclaré le parlementaire, mais “sa promesse n’a pas été tenue, comme tant d’autres”.

Puis, heureusement, est arrivé le gouvernement Monti. Ses mérites sont reconnus par Giuseppe Orsdi, président de Finmeccanica : l’accord est le produit d’”une collaboration fructueuse” entre les gouvernements italien et israélien. Il oublie cependant, injustement, les mérites du gouvernement Berlusconi, artisan de la loi-cadre (17 mai 2005) sur la coopération militaire Italie-Israël. Ce dernier accord, donc, est le fruit de la même politique bipartisane opérée par les gouvernements italiens.

Dans son annonce du succès de la vente à Israël des M-346 et de leurs systèmes opérationnels, le ministre italien de la Défense passe par contre sous silence un détail. Le ministère de la Défense israélien ne paiera qu’une partie mineure du prix total. La plus grosse partie, environ 600 millions d’euros, sera anticipée par un consortium financier formé par le groupe bancaire italien Unicredit et par un fonds de pension corrélé, qui investiront ensemble 400 millions, et par la banque israélienne Hapoalim, qui ionvestira 200 millions.

Le ministère italien de la Défense annonce ainsi que “les forces armées italiennes, de leur côté, pourront utiliser un système satellitaire optique à haute résolution pour l’observation de la Terre, dénommé Optsat-3000, réalisé en Israël”. Il donne ainsi l’impression que ce satellite a été gentiment mis à disposition de l’Italie par Israël. En réalité, celle-ci l’acquiert à travers Telespazio aux Israël Aerospace Industries, en le payant plus de 200 millions de dollars, auxquels s’ajouteront les coûts nécessaires pour la mise en orbite et le contrôle du satellite. Celui-ci, à une altitude de 600 kms, servira non pas à une générique “observation de la Terre”, mais à repérer dans des théâtres d’opérations guerrières lointains les objectifs à frapper, grâce à des images dont la précision atteint 50 cms.

Sur son habituel ton plutôt vague, le ministère de la Défense confirme enfin “la fourniture de sous-systèmes standard Otan de communication pour deux avions destinés à l’aéronautique militaire”. Il parle ainsi de la cravache et non du cheval : les avions sont deux Gulfstream 550, jets de luxe made in Usa, que les Israël Aerospaces Industries transforment en très sophistiqués avions de guerre. Dotés des appareillages électroniques les plus avancés et reliés à six stations terrestres, ces G-550 modifiés, capables de voler à 12 000 mètres d’altitude avec un rayon d’action de 7 000 kms, sont le fer de lance d’un système de commandement et de contrôle pour l’attaque sur des théâtres de guerre lointains.

L’Italie achète à Israël ce système de commandement pour les guerres d’agression au modique prix de 750 millions de dollars qui, ajoutés à celui du système satellitaire, porte la dépense à plus d’un milliard. Évidemment avec de l’argent public. “Une puissante injection de confiance” à ceux qui croient en la valeur de la guerre.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

 
Le business des armes s
Le business des armes s’envole
« L’art de la guerre »
 
Otan, la grande offensive
Otan, la grande offensive
« L’art de la guerre »
 
Hong Kong, sous les parapluies
Hong Kong, sous les parapluies
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.