Réseau Voltaire

François Hollande à l’ONU : l’explication de texte

Prenons François Hollande au sérieux : écoutons et analysons son discours à la tribune des Nations Unies. Quel est donc le « message de la France » qu’il est venu proclamer devant la plus prestigieuse des assemblées ?

| Damas (Syrie)
+
JPEG - 31 ko

Le premier discours de François Hollande à l’Assemblée générale des Nations Unies était attendu par toutes les chancelleries. Le nouveau président français allait s’adresser directement à la communauté internationale pour lui présenter sa conception de la manière dont on peut prévenir des conflits.

Le discours avait été minutieusement préparé sous la houlette du conseiller diplomatique Jean-Paul Ortiz, et soigneusement répété par M. Hollande pour une lecture fluide à la tribune.

Las ! Le résultat de ce show est particulièrement décevant : le président a enfilé diverses prises de position sans être capable de les argumenter. Chacune répondait aux intérêts de lobbies particuliers ou de courants au sein du gouvernement, mais rassemblées, elles constituaient un ensemble incohérent.

Au-delà de cet amateurisme politique, le plus choquant aura été d’entendre le président de la République, gardien des institutions, mutiler la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789, pourtant placée en préambule de la Constitution. Il a abandonné l’idée que la propriété soit un « droit naturel et imprescriptible », et il a dénié au Peuple palestinien le droit de résister à l’oppression.

Écoutez, regardez :

Une version de cette vidéo a été mise en ligne, le 2 octobre 2012. Alors qu’elle avait déjà été visionnée plus de 10 000 fois, la société NextRadioTV en a exigé le retrait au motif que le logo de BFM TV apparaissait sur un écran de télévision dans un plan de coupe. Bien que la requête de NextRadioTV nous semble abusive, le plan litigieux a été retiré et une seconde version de cette vidéo a été mise en ligne.
Les images de l’intervention de François Hollande ont été aimablement fournies par le service de presse des Nations Unies.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Derrière la dette grecque
Derrière la dette grecque
par Thierry Meyssan
Les journalistes et la guerre
Les journalistes et la guerre
par Thierry Meyssan
Exclusif : Les projets secrets d'Israël et de l'Arabie saoudite
En parallèle des négociations USA-Iran
Exclusif : Les projets secrets d’Israël et de l’Arabie saoudite
par Thierry Meyssan
Les projets de réorganisation du « Moyen-Orient élargi »
Les projets de réorganisation du « Moyen-Orient élargi »
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire
 
La main longue de l'Otan
« L’art de la guerre »
La main longue de l’Otan
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
374. Grèce : survivre sous l'euro
« Horizons et débats », 15e année, n° 17, 29 juin 2015
Grèce : survivre sous l’euro
Partenaires
 
373. TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
« Horizons et débats », 15e année, n° 15-16, 22 juin 2015
TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
Partenaires
 
La Troïka tente d'asphyxier la Grèce quoi qu'il en coûte
La Troïka tente d’asphyxier la Grèce quoi qu’il en coûte
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire
 
L'Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
Les câbles saoudiens de Wikileaks
L’Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
par Elie Hanna , Réseau Voltaire