Réseau Voltaire

Barack : Israël pourrait définir unilatéralement les frontières de l’État palestinien

+

Le Congrès 2013 de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) s’est ouvert, dimanche 3 mars, à Washington. Plus de 12 000 délégués y participent dans une ambiance morose : de lourdes incertitudes planent sur la composition des nouveaux gouvernements israélien et états-unien, alors même que le lobby s’est montré incapable d’empêcher la nomination de Chuck Hagel.

Au cours de la première journée de travail, les organisateurs ont tenu à souligner que la question palestinienne n’était plus la priorité, eu égard aux autres problèmes que traverse le Proche-Orient, notamment le développement de l’Iran. À ce sujet, le lobby cherche toujours à faire passer une loi reconnaissant le droit à Israël de conduire une action militaire préventive contre Téhéran.

Surtout, le lobby a décidé de tout faire pour empêcher que les coupes budgétaires US affectent l’aide à Israël (300 millions de dollars pourraient être retirés des 3 milliards habituels). Pour cela, il est envisagé de soumettre une loi au Congrès élevant l’État juif au statut particulier d’« allié stratégique majeur » et précisant que le budget de l’aide échappe au séquestre.

Enfin, dans son discours, le général Ehud Barack, ministre israélien de la Défense, a insisté sur la nécessité de défendre « la solution à deux États » comme unique moyen d’empêcher la création d’un État binational (seul conforme au plan initial des Nations Unies). Il a indiqué qu’en cas de problème, Tel-Aviv se réservait la possibilité de définir unilatéralement les frontières de l’État palestinien [probablement en faisant fusionner la Jordanie et les Territoires], en conservant le contrôle de la vallée du Jourdain.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Les journalistes et la guerre
Les journalistes et la guerre
par Thierry Meyssan
Exclusif : Les projets secrets d'Israël et de l'Arabie saoudite
En parallèle des négociations USA-Iran
Exclusif : Les projets secrets d’Israël et de l’Arabie saoudite
par Thierry Meyssan
Madame Bokova, Palmyre, Sana'a et Ninive exigent votre démission
Lettre ouverte à la directrice générale de l’Unesco
Madame Bokova, Palmyre, Sana’a et Ninive exigent votre démission
par Hassan Hamadé
374. Grèce : survivre sous l'euro
« Horizons et débats », 15e année, n° 17, 29 juin 2015
Grèce : survivre sous l’euro
Partenaires
 
373. TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
« Horizons et débats », 15e année, n° 15-16, 22 juin 2015
TTIP et TiSA / Supplément Éducation aux médias
Partenaires
 
La Troïka tente d'asphyxier la Grèce quoi qu'il en coûte
La Troïka tente d’asphyxier la Grèce quoi qu’il en coûte
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire
 
L'Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
Les câbles saoudiens de Wikileaks
L’Arabie saoudite soutient le terrorisme en Syrie depuis 2012
par Elie Hanna , Réseau Voltaire
 
En Italie, une école de Prédateurs
« L’art de la guerre »
En Italie, une école de Prédateurs
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
La Grèce est-elle sur le point d'abandonner l'euro ?
La Grèce est-elle sur le point d’abandonner l’euro ?
par Ariel Noyola Rodríguez, Réseau Voltaire
 
Vers la paix au Proche-Orient
Vers la paix au Proche-Orient
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire