Réseau Voltaire

L’Iran a désormais un 3e ennemi : la France

| Téhéran (Iran)
+

L’ayatollah Ali Khameinei, guide suprême de la Révolution islamique, a prononcé un important discours à Mashad, à l’occasion de la fête de Nouvel an (Noruz).

Le leader iranien a dressé un bilan de l’année écoulé et les perspectives de la prochaine élection présidentielle.

Au cours de son intervention, il a rappelé que l’Iran doit affronter depuis des décennies le Royaume-Uni et les États-Unis. Il a précisé que, depuis 2007, la République compte un ennemi de plus : la France. On peut bien sûr ajouter Israël, mais il s’agit d’un État artificiel qui n’existe pas par lui-même.

Le leader a déclaré : « En dehors des États-Unis qui sont le principal ennemi de l’Iran et le centre de toutes ces machinations, il existe d’autres ennemis y compris le mauvais gouvernement anglais qui ne fait que suivre le gouvernement états-unien. La République islamique d’Iran n’a pas de problèmes avec le gouvernement et le peuple français, mais le gouvernement français a adopté une politique hostile contre la nation iranienne ces dernières années, notamment après l’élection de Nicolas Sarkozy, et cette politique erronée et insensée continue. Le régime sioniste quant à lui, est trop petit pour faire partie des ennemis de la nation iranienne ».

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.