Réseau Voltaire

Thierry Meyssan – Syrie : marche arrière de Paris ?

IRIB- Entretien avec M.Thierry Meyssan

| Damas (Syrie)
+
JPEG - 95.7 ko

IribLe ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius compte parmi les fervents partisans de la levée d’embargo pour fournir des armes aux rebelles syriens. Mais, tout récemment, il a dit que son pays n’a pas encore décidé la levée de cet embargo d’armes parce que la France craint que ces armes tombent entre les mains des extrémistes. Comment expliquez-vous cette récente prise de position de Monsieur Fabius ?

T.M. – Alors d’abord une remarque sémantique. Quand M. Fabius parle des « rebelles syriens », il semble ne pas s’être informé du fait attesté par l’ensemble de la presse, qui lui est favorable à lui, que la majorité des personnes qu’il appelle rebelles ne sont pas syriens du tout. Seconde remarque : lorsque M. Fabius dit qu’il veut lever l’embargo sur les armes pour pouvoir en envoyer en Syrie, il masque le fait que c’est déjà le cas : la France a acheminé un grand nombre d’armes en Syrie au cours des deux dernières années, mais l’a fait secrètement et illégalement. Quand il dit qu’il veut « lever l’embargo », ça veut dire qu’il veut rendre légale et probablement développer, intensifier, une pratique illégale de la France qui a précédé.

Alors pourquoi aujourd’hui, après s’être beaucoup engagé à Bruxelles (et à l’ONU également) pour faire avancer son point de vue il fait machine arrière ? Je pense qu’il y a plusieurs raisons. La première, c’est que la France a atteint dans les enceintes internationales un certain degré de ridicule. En proposant au même moment de faire voter à New York une nouvelle convention pour réprimer le trafic d’armes international, et alors que la France déployait un certain nombre d’arguments à New York, sur le terrain en Syrie elle faisait exactement le contraire de ce qu’elle prétendait combattre en droit international.

Ensuite, il y a certainement une pression extérieure. La France fait partie, avec le Royaume-Uni, la Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite, du carré d’enragés qui veulent absolument attaquer la Syrie et poursuivre la destruction systématique de ses infrastructures. Mais les États-Unis, quant à eux, qui ont largement participé à alimenter ce trafic d’armes au cours des deux dernières années, comme ils le revendiquent eux-mêmes à travers des fuites qu’ils ont organisées, d’abord dans le New York Times, puis dans plusieurs autres journaux au cours des trois dernières semaines... donc, les États-Unis essayent au contraire de changer de politique et de montrer que tout ça n’a abouti qu’à des désastres, que si on continue ça sera pire encore. Donc, selon toute vraisemblance, c’est Washington qui a demandé à la fois à Londres et à Paris d’abandonner ce projet de légaliser les transferts d’armes vers la Syrie.

IribLe ministre français des Affaires étrangères prétend que s’il n’y a pas une décision là-dessus, s’il n’y a pas une transition politique dans le pays, la Syrie se divisera en deux camps : l’arc syro-iranien d’un côté et Al-Qaïda de l’autre côté. Vous pensez que là aussi en fait Fabius cherche à brandir la menace d’al-Qaïda pour justifier l’acharnement de Paris à l’égard de la Syrie ?

T.M. – Donc, apparemment, Monsieur Fabius est toujours aussi désordonné quand il parle, parce que dire que la Syrie sera divisée avec d’un côté la Syrie et de l’autre côté al-Qaïda, ça n’a pas grand sens. En fait, quand il évoque aujourd’hui le Front al-Nousra (c’est-à-dire la branche levantine d’al-Qaïda) comme étant un « danger », il oublie ses propres paroles dans les mois qui ont précédé. Je vous rappelle que quand le Front al-Nousra a été classé comme étant une organisation terroriste par les États-Unis, c’est Laurent Fabius, au cours de la conférence des « Amis de la Syrie » au Maroc, qui a défendu le Front al-Nousra en disant que « les gens d’al-Qaïda font du bon boulot », je cite.

Aujourd’hui, s’étant fait taper sur les doigts par les États-Unis, il commence à changer son braquet, à dire que, effectivement, les gens d’al-Nousra ce sont des gens dangereux. Il fait bien d’en prendre conscience puisque que s’il continue à les alimenter en armes, et bien ces gens continueront à tuer des soldats français au Mali. Il est désormais attesté que des armes livrées par la France en Syrie ont été utilisées au Mali contre des soldats français. Le problème [que nous posent] des déclarations et des actions de Monsieur Fabius, ce n’est pas trop de comprendre ce qu’il veut faire et pourquoi il change d’avis un jour sur l’autre, mais c’est de chercher la cohérence de ce qu’il fait, et comment lui-même va en assumer les conséquences.

IribS’agissant de la pression extérieure dont vous venez de parler, la France se heurte également à cette intransigeance de la Russie et de la Chine, aussi.

T.M. Le terme « intransigeance » lorsqu’il s’agit de respecter le droit international est là encore... bon, c’est le terme qu’emploient Monsieur Fabius et son ambassadeur Monsieur Araud aux Nations Unies... bon, c’est un terme un peu ridicule, hein, jusqu’à présent on ne se montre pas « intransigeant » quand il s’agit de respecter le droit, simplement on le respecte. Monsieur Fabius, pour justifier ses agissements, nous explique qu’ « il faudrait rétablir un équilibre » puisque la Russie, l’Iran (et d’autres encore) livrent des armes à l’Etat syrien, pour qu’il se défende face à son agresseur israélien, et que, à cause de cela, il faudrait donner des armes à des groupes armés étrangers implantés en Syrie. Certainement, pour qu’ils continuent à détruire l’Etat syrien dans l’intérêt d’Israël. Jusqu’à preuve du contraire, on ne peut pas mettre sur le même plan d’égalité des armes de défense de la Nation, livrées à un Etat, avec des armes destinées à des combats plus légers, que l’on donnerait à un groupe non étatique. Monsieur Fabius n’a pas là un raisonnement convaincant, d’aucune manière. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a jamais pu apporter le moindre élément montrant que la Russie, l’Iran ou d’autres auraient apporté à l’Etat syrien des moyens pour assassiner, détruire son opposition intérieure. Jamais cela n’a été démontré. Il me semble que des armes comme les SS 300 ne risquent absolument pas d’être utilisées contre l’opposition intérieure, puisque cela ne sert qu’à abattre des avions ennemis qui viennent bombarder (… interruption).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

Alarme Chine aux USA
« L’art de la guerre »
Alarme Chine aux USA
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International
 
358. Renforcer la souveraineté !
« Horizons et débats », 14e année, n° 28, 24 novembre 2014
Renforcer la souveraineté !
Partenaires
 
357. Les réserves d'or de la Suisse
« Horizons et débats », 14e année, n° 27, 10 novembre 2014
Les réserves d’or de la Suisse
Partenaires
 
Poutine quitte le G20
Poutine quitte le G20
par Andreï Sorokin, Réseau Voltaire International
 
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
L’expansionnisme israélien et la balkanisation du Levant
Du « plan Yinon » à la « stratégie Yaalon »
par Alfredo Jalife-Rahme, Réseau Voltaire International
 
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Le Pentagone met au point des lasers contre les drones
Réseau Voltaire International
 
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
« L’art de la guerre »
Asian Games : Poutine-Obama 2-0
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire International