Réseau Voltaire

Le FMI ferme la télévision publique grecque

+

Pour satisfaire les exigences du Fonds monétaire international, le gouvernement grec a décidé la fermeture du groupe d’audiovisuel public comprenant 19 chaînes régionales, quatre chaînes nationales dont une émettant à l’internationale, six radios, un magazine de programmes télévisés, des sites Internet et l’intégralité des archives nationales audiovisuelles.

Mardi 11 juin 2013 à minuit, les chaînes d’État ont cessé d’émettre et 2950 employés se sont retrouvés sans emploi.

Il s’agit là d’un cas d’école : les chaînes grecques étaient mal gérées et avaient peu d’audience, mais elles jouaient un rôle politique central. Elles ont été censurées pour cause économique et non directement politique.

La Grèce est le seul État développé à ne plus avoir d’audiovisuel public.

Il se pourrait que le gouvernement prépare une refonte de l’audiovisuel public, en relançant certaines chaînes, avec une meilleure gestion, dans plusieurs mois.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.