Réseau Voltaire

Les coupes budgétaires à Washington impliquent-elles la défaite US en Syrie ?

+

Comment interpréter les déclarations contradictoires de John Kerry à propos de la Syrie ? Jusqu’ici, il était admis que le secrétaire d’État négociait officiellement la paix avec la Russie, tout en organisant secrètement la guerre avec ses alliés. En bon homme d’affaires yankee, M. Kerry jouait double jeu, ce que s’interdisait son homologue russe.

Cependant, depuis l’entrée en fonction du secrétaire d’État, le 1er février, la situation sur le terrain s’est renversée : désormais l’Armée arabe syrienne a libéré la côte et est en train de reprendre le nord du pays, Alep et Idleb. Force est de constater que, si l’offensive syrienne se poursuit, Washington et ses alliés perdront.

Le souvenir de la campagne présidentielle ratée de John Kerry (2004) revient alors, avec l’accusation qui lui était alors portée de « profonde indécision » (flip-flopping).

Dans ces conditions, les faucons du Parti démocrate, sous la houlette de Bob Casey, le président de la sous-commission du Proche-Orient au Sénat, ont débuté une campagne d’appel à la guerre. Ils se sont montrés inquiets du refus du chef d’état-major, le général Martin Dempsey, de bombarder la Syrie (12 juin), suivi de la simple réponse verbale US à l’accusation d’utilisation par le « régime » d’armes chimiques (13 juin).

Le secrétaire d’État a organisé la semaine dernière à Washington une réunion à huis clos avec les parlementaires impliqués dans la question syrienne pour leur donner des détails sur l’engagement secret du pays dans le conflit. Or, il semble que cette réunion n’ait rien clarifié quant au soutien militaire effectif aux « rebelles ». L’échec de la réunion des « Amis de la Syrie », ce week-end à Doha, n’a fait qu’empirer l’impression d’amateurisme.

Tout se passe comme si Washington avait misé sur une possible intervention militaire classique en cas de problème sur le terrain, mais se trouvait incapable de faire jouer ses muscles le moment venu, faute de capacité militaire opérationnelle. D’où cette question : les coupes budgétaires à Washington impliquent-elles la défaite US en Syrie ?

La Syrie au Congrès
- « Nouvelles oppositions au Congrès contre le plan Kerry-Lavrov de paix en Syrie », Réseau Voltaire, 24 mars 2013.
- « Nouvelle proposition au Sénat US sur la Syrie », Réseau Voltaire, 20 mai 2013.
- « La Commission sénatoriale des Affaires étrangères adopte la proposition Menendez-Corker sur la Syrie », Réseau Voltaire, 22 mai 2013.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

Les Français se sabordent
Les Français se sabordent
par Thierry Meyssan
La fin du système des partis
« Il faut que tout change pour que rien ne change »
La fin du système des partis
par Jean-Claude Paye
Les chaînes d' « ancrage » aux États-Unis
« L’art de la guerre »
Les chaînes d’ « ancrage » aux États-Unis
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
423. L'analyse militaire de la guerre en Syrie
« Horizons et débats », n°9, 18 avril 2017
L’analyse militaire de la guerre en Syrie
Partenaires
 
Trump : deux pas en avant, un pas en arrière
Trump : deux pas en avant, un pas en arrière
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire
 
De la Fondation Saint-Simon à Emmanuel Macron
Comment faire du neuf avec du vieux
De la Fondation Saint-Simon à Emmanuel Macron
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire
 
12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
Journal du changement d’ordre mondial #14
12 avril 2017 : le monde bascule à nouveau dans la guerre
par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire