Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Le Caire : qui remplit le vide de pouvoir ?

En Égypte, les régimes se succèdent et se ressemblent, note Manlio Dinucci. Hosni Moubarak, les Frères musulmans ou le Conseil militaire, tous sont plus ou moins dépendants des États-Unis. Si Washington a été surpris par les derniers revirements, il s’assure cependant que la victoire aille toujours à un de ses poulains. La vraie révolution est encore loin.

+
JPEG - 35.9 ko

Le mot commence par un « c » mais on ne peut pas le dire : ainsi décrit-on dans les couloirs washingtoniens la position de la Maison-Blanche face au coup d’État en Égypte. Celle-ci condamne génériquement les violences en se disant préoccupée par le « vide de pouvoir » et surprise par les événements.

Des fonctionnaires du Pentagone assurent, cependant, que le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a toujours été « en étroit contact » avec son collègue égyptien, le général Abdel Fattah al-Sisi. Homme de confiance du Pentagone, s’étant perfectionné au US Army War College de Carlisle (académie militaire de Pennsylvania), ancien chef des services secrets militaires, principal interlocuteur d’Israël, nommé il y a moins d’un an par le président Morsi chef d’état-major et ministre de la Défense.

Il y a cinq mois, le 11 février, il avait été convoqué par le général James Mattis, chef du CentCom, dans l’aire duquel entre l’Égypte car elle a « une influence stabilisatrice au Proche-Orient », surtout par rapport à Gaza. À l’ordre du jour (en présence de l’ambassadrice au Caire Anne Patterson), la « coopération militaire USA-Égypte » dans le contexte de l’ « instabilité politique » au Caire.

Simultanément, Washington avait annoncé la fourniture de 20 autres chasseurs F-16 et 200 chars blindés lourds M1A1 (fabriqués sous licence en Égypte). Grâce à un financement militaire de 1,5 milliards de dollars fournis annuellement par les USA depuis 1979 (inférieur seulement à celui donné à Israël), les forces armées égyptiennes possèdent la quatrième flotte mondiale de F-16 (240) et la septième de chars d’assaut (4 000).

C’est au fonctionnement de ces armes et d’autres encore (parmi lesquelles celles anti-émeutes) que les forces armées égyptiennes sont entraînées par le Pentagone, qui envoie tous les deux ans en Égypte 25 000 militaires pour la manœuvre « Bright Star ».

Ainsi a été créé le principal levier de l’influence étasunienne en Égypte : une caste militaire qui dans les hautes hiérarchies a aussi ses ramifications de pouvoir économique. Caste qui a soutenu pendant plus de trois décennies le régime de Moubarak au service des USA, qui a assuré la « transition pacifique et ordonnée » voulue par Obama quand le soulèvement populaire a renversé Moubarak ; qui a favorisé l’ascension à la présidence de Mohamed Morsi, représentant des Frères Musulmans, pour neutraliser les forces laïques protagonistes du soulèvement ; qui a déposé Mohamed Morsi quand sa gestion a provoqué le soulèvement des oppositions laïques et des jeunes rebelles du Tamarrod (mouvement Rébellion, Ndt).

L’autre levier de l’influence étasunienne en Égypte est économique. Depuis que Moubarak réalisa les mesures de privatisation et de déréglementation voulues par Washington et ouvrit largement les portes aux multinationales, l’Égypte, tout en étant un gros exportateur de pétrole, de gaz naturel et de produits finis, a accumulé une dette extérieure de plus de 35 milliards de dollars. Et, pour payer les intérêts d’un milliard de dollars annuels, elle dépend des « prêts » des USA, du FMI et des monarchies du Golfe. Une corde au cou de la majorité des 85 millions d’Égyptiens, dont la moitié environ vit dans des conditions de pauvreté. D’où les profondes poussées de rébellion et de lutte pour une réelle démocratie politique et économique. Que les hiérarchies militaires sont arrivées jusqu’ici à brider en se présentant, à chaque fois, comme garantes de la volonté populaire.

Elles restent ainsi les détentrices réelles de ce pouvoir qui sert les intérêts étasuniens et occidentaux. Le soulèvement ne deviendra une vraie révolution que quand les forces populaires, aussi bien laïques que religieuses, arriveront à trancher ce lien néocolonial, en ouvrant à l’Égypte un avenir d’indépendance et de progrès social.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

 
Le business des armes s
Le business des armes s’envole
« L’art de la guerre »
 
Otan, la grande offensive
Otan, la grande offensive
« L’art de la guerre »
 
Hong Kong, sous les parapluies
Hong Kong, sous les parapluies
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.