Réseau Voltaire

Pourquoi les Libéraux doutent de la culpabilité syrienne

Pour les libéraux de Lumières et Liberté, et de L’Observatoire de l’islamisation, l’affirmation des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France imputant à la Syrie le massacre chimique de la Ghoutta est tout sauf logique. Ils répertorient ici 10 raisons de douter.

| Paris
+
JPEG - 20.5 ko
Alain Madelin

Alors que la France reprend la version des médias acquis aux rebelles islamistes sur le drame du gazage de civils à Al-Ghouta, voilà dix raisons de rester très prudent :

- 1. Le régime syrien venait d’accepter l’entrée d’observateurs de l’ONU avant le massacre. Après le massacre, pourquoi de nouveau autoriser les enquêteurs à venir sur le site d’Al-Ghouta ?

- 2. Les seules armes chimiques utilisées avec certitude depuis le début du conflit l’ont été par les rebelles, Carla del Ponte de la commission d’enquête onusienne l’a confirmé en mai, et la police turque a arrêté 12 djihadistes qui transportaient 2 kilos de gaz sarin également en mai.

- 3. L’armée loyaliste gagne sur le terrain depuis des mois, elle n’a aucun besoin stratégique à user de gaz, et encore moins envers des civils.

- 4. L’Observatoire syrien des droits de l’homme, qui a accusé en premier Bachar, est notoirement lié aux rebelles, tout comme l’agence Shaam News.

- 5. Des mortiers tirant des obus avec des charges chimiques sont utilisés par les rebelles comme le montre cette vidéo (parmi d’autres éléments de preuves). Le faible niveau technique des artilleurs rebelles rend tout à fait plausible une erreur de tir...ou une attaque délibérée « sous faux drapeau ».

- 6. Ce scénario a déjà été vu en Bosnie, lorsque des obus tombés sur le marché de Markale à Sarajevo tuant des civils furent attribués aux Serbes pour légitimer le bombardement des Forces serbes en 1995. L’étude balistique prouva que les obus furent tirés depuis les positions bosno-musulmanes, sur ordre de Alija Izetbegovic qui fit sciemment tirer sur son propre peuple pour provoquer une riposte de l’Otan. Le général Morillon et François Mitterrand lui même avouèrent que l’épisode déclencheur de la riposte alliée était un montage. Bien longtemps après la guerre évidemment... En 1999 c’est un vrai-faux massacre de civils au Kosovo, dans le village de Racak, où les « victimes civiles » étaient en fait des soldats de la mafia UCK dont les cadavres furent déguisés en civils. L’enquête de l’ONU le prouva. Mais ce montage donna la « légitimité » aux Américains et Français pour bombarder Belgrade...

- 7. L’utilisation d’armes chimiques est LA ligne rouge conditionnant une riposte atlantiste, leur utilisation par le régime syrien serait, comme l’a rappelé le porte parole de la diplomatie russe « un suicide politique ».

- 8. Avant même le massacre, les communiqués de presse et les réactions des médias proches des rebelles auraient condamné « l’attaque syrienne » quelques minutes avant les faits ! (Nous n’avons pu vérifier cette information donnée par le ministre des Affaires étrangères russe)

- 9. Al-Gouhta est situé en zone rebelle, à côté d’une unité de terroristes islamistes encerclée dans un secteur de Jobar. Un « tir foireux », une bavure, n’est pas à exclure.

- 10. La Russie affirme avoir fourni aux Nations Unies les images satellites des 2 missiles chargés de produits chimiques qui se sont abattus sur Al-Ghouta faisant des centaines de morts, dont la plupart des enfants. Ils ont été lancés depuis la région de Douma, sous contrôle des rebelles ! Information relayée par d’autres médias libanais et autres (Al-Manar, As-Safir etc..).

Aussi, il est étonnant que moins de 48 heures après les faits, 20 camions chargés de 400 tonnes d’armes traversaient déjà la frontière turco-syrienne pour alimenter les rebelles en armes occidentales. La chronologie depuis la prise de décision relative à la collecte des armes jusqu’au transfert logistique parait bien brève...

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Les animateurs du réseau sont tous bénévoles.
- Auteurs : diplomates, économistes, géographes, historiens, journalistes, militaires, philosophes, sociologues... vous pouvez nous adresser vos propositions d’articles.
- Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez participer à la traduction des articles.

La « solution » pour Gaza
En 2014 comme en 1948 : une seconde nakhba ?
La « solution » pour Gaza
par Manlio Dinucci
Les fonds vautours qui dépècent l'Argentine se jettent sur l'Espagne
Les fonds vautours qui dépècent l’Argentine se jettent sur l’Espagne
par Jérome Duval,Fatima Fafatale, Réseau Voltaire
 
Gaza : de quel côté se tient l'Italie ?
Gaza : de quel côté se tient l’Italie ?
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
346. Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
« Horizons et débats », 14e année, supplément au n° 16/17, 26 juillet 2014
Hommage à Annemarie Buchholz-Kaiser
Partenaires
 
345. Conserver la souveraineté
« Horizons et débats », 14e année, n° 16/17, 26 juillet 2014
Conserver la souveraineté
Partenaires
 
Otan, offensive mondiale
« L’art de la guerre »
Otan, offensive mondiale
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire