Réseau Voltaire

Le Congrès US vote secrètement l’envoi d’armes en Syrie

+

Selon l’agence de presse britannique Reuters, le Congrès des États-Unis a voté secrètement le financement d’une aide militaire aux « rebelles syriens » jusqu’à la fin de l’année fiscale (c’est-à-dire jusqu’au 30 septembre 2014) [1].

Il ne semble pas qu’il s’agisse d’une session secrète du Congrès, mais plutôt d’une séance secrète au cours de la session normale.

L’agence précise que cette aide comprend des armes légères, ainsi que des roquettes anti-tanks, mais pas de matériel anti-aérien.

Réagissant immédiatement, la délégation de la République arabe syrienne à la Conférence de Genève 2 a soumis à signature, le 28 janvier, un communiqué reprenant plusieurs points du texte final de la conférence de Genève 1 [2], notamment la condamnation du soutien militaire étranger au terrorisme (donc du double-jeu US).

Cependant, la délégation de l’« Opposition syrienne » a rejeté la proposition de la République arabe syrienne, bien que celle-ci ne contienne aucun élément rhétorique nouveau.

Le président Barack Obama, qui prononçait hier soir son discours 2014 sur l’état de l’Union a tenté de minimiser les contradictions états-uniennes. Il a déclaré, dans un passage consacré à la lutte contre Al-Qaïda : « En Syrie, nous soutiendrons l’opposition qui rejette le programme des réseaux terroristes » [3]. Le président n’a pas précisé quelle était cette opposition « qui rejette le programme des réseaux terroristes », ni qui la représente.

Reuters, qui cite un conseiller du président, Bruce Riedel, assure que ces armes ne sont pas susceptibles de modifier le sort de la guerre, mais au contraire de la faire durer. Selon lui : « La guerre syrienne est une impasse. Les rebelles n’ont pas l’organisation et les armes pour vaincre Assad, tandis que le régime n’a pas la main-d’œuvre fidèle pour réprimer la rébellion ». Pourtant, sur place, les groupes armés, principalement composés d’étrangers, ne cessent de reculer depuis quatre mois.

Ancien de la CIA, Bruce Riedel, a conseillé quatre présidents états-uniens. il travaille aujourd’hui à l’Albright Group et au Saban Center de la Brookings Institution. Il n’a pas jugé utile de préciser que son pays ne livrerait pas d’armes anti-aérienne de manière à maintenir la supériorité aérienne d’Israël.

L’information de Reuters n’a pas été reprise par les grands médias états-uniens qui ne sont pas autorisés à mentionner l’existence des séances secrètes du Congrès. Hier, la plupart des médias des États membres de l’Otan respectaient cette censure.

[1] “Congress secretly approves U.S. weapons flow to ’moderate’ Syrian rebels”, par Mark Hosenball, Reuters, 27 janvier 2014.

[2] « Communiqué final du Groupe d’action pour la Syrie », Réseau Voltaire, 30 juin 2012.

[3] « Extraits du discours 2014 de Barack Obama sur l’état de l’Union », par Barack Obama, Réseau Voltaire, 29 janvier 2014.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

La Chine dresse la table de l'ordre financier mondial
Sommet de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures
La Chine dresse la table de l’ordre financier mondial
par Ariel Noyola Rodríguez
Le crépuscule de l'Otan
Le crépuscule de l’Otan
par Thierry Meyssan
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
par François Hollande, Réseau Voltaire
 
Le pacte d'acier Otan-UE
« L’art de la guerre »
Le pacte d’acier Otan-UE
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Déclaration commune OTAN-UE
Déclaration commune OTAN-UE
par Donald Tusk,Jean-Claude Juncker,Jens Stoltenberg, Réseau Voltaire