Réseau Voltaire

Washington coordonne la guerre secrète contre la Syrie

+

Le Conseil de sécurité nationale des États-Unis a réuni les dirigeants des services secrets des principaux États participants à la guerre secrète contre la Syrie, révèle le Washington Post [1]. Le séminaire de deux jours s’est tenu pendant la conférence de paix de Genève 2 bien qu’elle stipule dans son invitation que toutes les parties s’engagent à faire cesser la violence.

Étaient au moins présents l’Arabie saoudite, la Jordanie, le Qatar et la Turquie.

La secrétaire nationale de sécurité, Susan Rice, a reçu le ministre saoudien de l’Intérieur, le prince Mohammed ben Nayef, qui remplace le prince Bandar ben Sultan hospitalisé. Elle s’est félicité de ce que Ryad finance désormais à la fois l’opposition politique en Occident et les Contras en Syrie.

Les États-Unis supervisent la constitution d’une armée de Contras en Jordanie. Elle dispose des blindés acheminés par les Saoudiens au printemps 2013 et, actuellement de 13 000 combattants. Cependant, elle ne peut envahir la Syrie sans soutien aérien. Les discussions portaient sur le type de matériel anti-aérien qui pourrait lui être confié sans menacer pour autant la domination aérienne israélienne du Proche-Orient.

[1] “Spymasters gather to discuss Syria”, par David Ignatius, Washington Post, 19 février 2014.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.