Réseau Voltaire

L’ÉIIL venge le président Saddam Hussein

+

Le juge Raouf Abdul Rahman, qui avait jugé et condamné à mort le président Saddam Hussein, a été enlevé et exécuté par d’anciens membres de la Garde présidentielle ayant rejoint l’Émirat islamique en Irak et au Levant (ÉIIL).

Originaire d’Halabja, le juge Abdul Rahman a popularisé l’accusation selon laquelle le président Hussein y aurait massacré son propre peuple avec des armes chimiques, en 1988. Cette intoxication avait été largement utilisée par les États-Unis et le Royaume-Uni pour justifier le renversement du président Hussein [1]. En réalité, durant la guerre de l’Irak contre l’Iran, les deux camps utilisèrent des armes chimiques. Un coup de vent, lors de la bataille des deux sources déplaça des gaz iraniens vers Halabja, tuant au moins 5 000 personnes [2].

Cette vengeance confirme que les officiers restants de l’ancienne garde présidentielle ont rejoint les jihadistes pour combattre ensemble le gouvernement al-Maliki.

[1] « Apparatus of Lies » de la Maison-Blanche, « Iraq’s massive destruction weapons » du 10, Downing Street ou le discours sur l’État de l’Union prononcé par George W. Bush le 28 janvier 2003.

[2] “A War Crime or an Act of War ?”, par Stephen C. Pelletière, The New York Times, 31 janvier 2003.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.