Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Hong Kong, sous les parapluies

Washington a débuté le plus vaste mouvement de déstabilisation de la Chine depuis la tentative de coup d’État pro-US de Zhao Ziyang (présentée en Occident comme le « mouvement démocratique » de Tienanmen). Sa cible est Hong Kong car ce territoire est le seul de Chine populaire accessible sans visa. Manlio Dinucci revient ici sur les grosses ficelles de la NED.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 25.8 ko

Face à l’« Umbrella Revolution » (définition made in USA), le gouvernement britannique se dit « préoccupé » qu’à Hong Kong soient garantis « les droits fondamentaux et les libertés fondamentales ».

Londres à ce sujet peut donner des leçons.

Au 19ème siècle les Anglais, pour pénétrer en Chine, ont recours au commerce de l’opium qu’ils apportent de l’Inde, en provoquant d’énormes dommages économiques et sociaux. Quand les autorités chinoises confisquent et brûlent à Canton l’opium emmagasiné, les troupes anglaises interviennent en obligeant le gouvernement à signer en 1842 le Traité de Nankin, qui impose notamment la cession de Hong Kong à la Grande-Bretagne.

Depuis lors et jusqu’en 1997 Hong Kong est une colonie britannique, sous gouvernorat envoyé de Londres. Les Chinois sont exploités par les monopoles britanniques et ségrégués, exclus même des quartiers habités par des Britanniques. Des grèves et des rébellions sont durement réprimées. Après la naissance de la République populaire en 1949, Pékin, tout en revendiquant la souveraineté sur Hong Kong, l’utilise comme porte commerciale, en en favorisant le développement.

La Hong Kong re-annexée à la Chine comme région administrative spéciale, avec 7,3 millions d’habitants sur les quasiment 1,4 milliards de la Chine, a aujourd’hui un revenu par habitant de 38 420 dollars annuels, plus haut que celui italien, quasiment le sextuple de celui de la Chine. Ceci parce que Hong Kong, en tant que porte commerciale de la Chine, est le 10ème exportateur mondial de marchandises et le 11ème de services commerciaux. En outre, elle est visitée chaque année par plus de 50 millions de touristes, parmi lesquels 35 millions de Chinois. La croissance économique, bien qu’inégalement distribuée (cf. le sous-prolétariat local et étranger qui vivote grâce au « système D »), a amené une amélioration générale des conditions de vie, confirmée par le fait que l’espérance de vie est montée à 84 ans (par rapport aux 75 ans de toute la Chine).

Le mouvement étudiant né à Hong Kong pour demander que l’élection du chef de gouvernement soit directe et non conditionnée par Pékin, est formé de jeunes appartenant généralement aux couches sociales avantagées par la croissance économique.

Sur ce fond se pose la question : pourquoi, alors qu’on ignore des centaines de millions de personnes qui dans le monde entier luttent chaque jour dans des conditions bien pires pour les plus élémentaires droits humains, transforme-t-on quelques milliers d’étudiants de Hong Kong, au-delà de leurs propres revendications, en icône mondiale de lutte pour la démocratie ?

La réponse doit être cherchée à Washington.

Les inspirateurs et les chefs de ce qui est défini comme « un mouvement sans leader » – d’après une ample documentation – sont reliés au Département d’État et à ses émanations sous forme d’ « organisations non-gouvernementales », en particulier la « National Endowment for Democracy » (NED) et sa filiale le « National Democratic Institute for International Affairs » (NDI) qui, dotées de fonds très conséquents, financent des « groupes démocratiques non-gouvernementaux » dans une centaine de pays.

Deux exemples parmi tant d’autres.
• Benny Tai, l’enseignant de Hong Kong qui a lancé le mouvement « Occupy Central » (voir le South China Morning Post du 27 septembre), est devenu influent grâce à une série de forums financés par ces « ONGs ».
• Martin Lee, fondateur du « Parti démocrate » de Hong Kong, a été envoyé à Washington par la NED et, après un briefing télétransmis (le 2 avril), a été reçu à la Maison-Blanche le 7 avril par le vice-président Biden.

De ces faits et de nombreux autres émerge une stratégie, analogue à celle des « révolutions colorées » dans l’Est européen, qui, en instrumentalisant le mouvement étudiant, vise à rendre Hong Kong ingouvernable et à créer des mouvements analogues dans d’autres zones de la Chine habitées par des minorités nationales.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Diario di viaggio (en trois tomes), Zanichelli 2017 ; L’arte della guerra / Annali della strategia Usa/Nato 1990-2016, Zambon 2016.

 
Le « désarmement » nucléaire de Gentiloni
Le « désarmement » nucléaire de Gentiloni
« L’art de la guerre »
 
L
L’ « ordre » du G7 est celui de l’Otan
« L’art de la guerre »
 
Trump vers les sommets de l
Trump vers les sommets de l’Otan et du G7
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.