Réseau Voltaire

L’Arabie saoudite a bien enlevé des collaborateurs de l’ayatollah Khamenei

+

La bousculade survenue à Mina (5 kilomètres de La Mecque) le 24 septembre 2015 était en réalité une opération secrète arabo-israélienne au cours de laquelle des collaborateurs de l’imam Ali Khamenei ont été enlevés par les services secrets saoudiens et israéliens.

Si l’Arabie saoudite a reconnu 769 morts, le décompte de l’AFP totalisant les victimes reconnues par les divers États touchés s’élève à 2 236 morts.

L’Arabie saoudite a refusé de publier les enregistrements des vidéos de surveillance relative à cette bousculade.

Il semble extraordinaire qu’une bousculade ait pu provoquer un tel nombre de victimes. Et encore plus extraordinaire que tous les témoins soient morts sans que l’on sache qui les avait écrasés.

La surveillance du pèlerinage avait été confiée à plus de 100 000 policiers. Cependant depuis 2013, la multinationale G4S, très liée aux services de sécurité et d’espionnage israéliens, était chargée de cette portion du pèlerinage [1].

De très loin le plus touché, l’Iran a perdu 464 pèlerins, dont la totalité d’une forte délégation de collaborateurs du Guide de la Révolution, l’ayatollah Ali Khamenei, et tous leurs gardes du corps.

Le 28 septembre, le président iranien cheikh Hassan Rohani avait ouvert son discours à l’Assemblée générale de l’Onu en mettant en cause la responsabilité politique de l’Arabie saoudite dans ce qui était présenté alors comme un accident [2].

Le 3 octobre, Thierry Meyssan révélait sur les ondes iraniennes le possible enlèvement des collaborateurs du Guide de la Révolution [3]. Par la suite, plusieurs journaux iraniens exploraient cette piste.

Les médias sociaux ont diffusé des photographies de tractopelles entassant les cadavres. En définitive, l’Arabie saoudite n’a toujours pas restitué 15 corps des victimes iraniennes. Les autopsies réalisées sur certains cadavres ne permettent pas de savoir s’ils sont morts dans la bousculade ou sous la torture.

Le 11 novembre, la République islamique d’Iran a déclaré avoir des informations sûres selon lesquelles l’ambassadeur Ghadanfar Rokon Abadi (photo) ne serait pas mort, mais serait détenu, et a exigé sa libération immédiate.

Ghadanfar Rokon Abadi avait été ambassadeur d’Iran à Beyrouth, de 2011 à 2014, où il avait habilement joué avec la classe dirigeante libanaise hautement corrompue. Il avait développé les relations entre la République islamique et le Hezbollah et leur implication aux côtés de la République arabe syrienne face aux jihadistes mobilisés par la France, l’Arabie saoudite et la Turquie. Il était, au moment de sa disparition, l’un des principaux conseillers du Guide de la Révolution.

[1] « Surveillance des pèlerins palestiniens à La Mecque », Réseau Voltaire, 8 octobre 2013.

[2] “Speech by Hassan Rohani at 70th UN General Assembly”, by Hassan Rohani, Voltaire Network, 28 September 2015.

[3] « Interview de Thierry Meyssan sur le drame de La Mecque », Sahar, 3 octobre 2015.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

La Chine dresse la table de l'ordre financier mondial
Sommet de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures
La Chine dresse la table de l’ordre financier mondial
par Ariel Noyola Rodríguez
Le crépuscule de l'Otan
Le crépuscule de l’Otan
par Thierry Meyssan
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
par François Hollande, Réseau Voltaire
 
Le pacte d'acier Otan-UE
« L’art de la guerre »
Le pacte d’acier Otan-UE
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Déclaration commune OTAN-UE
Déclaration commune OTAN-UE
par Donald Tusk,Jean-Claude Juncker,Jens Stoltenberg, Réseau Voltaire