Réseau Voltaire

L’Arabie saoudite annule son don de 3 milliards au Liban

+

Le 29 décembre 2013, l’Arabie saoudite annonçait un « don » de 3 milliards de dollars à l’armée libanaise, lors d’un sommet réunissant à Riyad autour du roi Abdallah les présidents François Hollande et Michel Sleiman, ainsi que l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri et le président de la Coalition nationale syrienne Ahmad Assi Jarba. Le roi précisait que ce « don » devait être consacré à de l’achat de matériel français.

Contrairement aux médias saoudiens, français et libanais, nous avions expliqué que le « don » saoudien était en réalité la rétribution de la destruction du témoignage de Majed al-Majed, arrêté par l’armée libanaise [1]. Majed al-Majed était le représentant spécial du prince Bandar ben Sultan et le chef opérationnel des diverses organisations jihadistes au Liban. Il avait révélé aux enquêteurs militaires l’ensemble de ses contacts, notamment dans les milieux politiques. Ses aveux étaient de nature à compromettre très gravement le Royaume.

Dans un premier temps, le 6 janvier 2014, le chef d’état-major des armées libanaises, le général Jean Kahwaji, déclarait avoir renoncé à ce somptueux don. Mais par l’odeur des commissions alléché, le président Michel Sleiman —qui avait déjà reçu 50 millions de dollars de « don personnel » du roi d’Arabie— s’opposait à cette décision et exigeait que l’on poursuive le deal. Paris, impatient de vendre ses armes, poursuivit les négociations. Cependant les choses allaient de mal en pis. En définitive, seuls 48 missiles antichars Milan (de fabrication allemande) ont été livrés par la France.

En définitive, Riyad a annoncé le 19 février 2016 l’annulation de ce don. La décision du roi Salmane est motivée par l’absence de condamnation par le Liban des agressions contre les représentations diplomatiques saoudiennes en Iran ; une manière de rejeter la responsabilité sur le ministre aouniste des Affaires étrangères, Gibran Bassil. Majed al-Majed est mort. Deux ans ont passé et ses aveux ne sont plus valides juridiquement. Le terrorisme wahhabite peut continuer.

[1] « Le silence et la trahison qui valaient 3 milliards de dollars », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 15 janvier 2014.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

La Chine dresse la table de l'ordre financier mondial
Sommet de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures
La Chine dresse la table de l’ordre financier mondial
par Ariel Noyola Rodríguez
Le crépuscule de l'Otan
Le crépuscule de l’Otan
par Thierry Meyssan
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
Entretien télévisé du 14 juillet 2016
par François Hollande, Réseau Voltaire
 
Le pacte d'acier Otan-UE
« L’art de la guerre »
Le pacte d’acier Otan-UE
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
Déclaration commune OTAN-UE
Déclaration commune OTAN-UE
par Donald Tusk,Jean-Claude Juncker,Jens Stoltenberg, Réseau Voltaire