Réseau Voltaire

Déclaration de Federica Mogherini au nom de l’UE sur la Crimée

| Bruxelles (Belgique)
+
JPEG - 32 ko

Deux ans après l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol par la Fédération de Russie, l’Union européenne demeure fermement attachée à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

L’Union européenne réaffirme qu’elle ne reconnaît pas cette violation du droit international et continue à la condamner. Celle-ci constitue toujours une menace directe pour la sécurité internationale et a de graves répercussions sur l’ordre juridique international, qui protège l’unité et la souveraineté de tous les États.

L’Union européenne demeure fermement déterminée à mettre intégralement en oeuvre sa politique de non-reconnaissance, y compris au moyen de mesures restrictives. Elle demande une fois encore aux États membres des Nations unies d’envisager des mesures de non-reconnaissance similaires, conformément à la résolution 68/262 de l’Assemblée générale.

L’Union se déclare une nouvelle fois vivement préoccupée par le renforcement du dispositif militaire et la détérioration de la situation des droits de l’Homme dans la péninsule de Crimée, notamment par l’impossibilité d’exercer la liberté d’expression, la liberté de réunion pacifique, la liberté de religion et de conviction et par les persécutions que subissent les personnes appartenant à des minorités, en particulier les Tatars de Crimée. Le dépôt d’une demande visant à interdire les activités de la Mejlis, un organe autonome des Tatars de Crimée, en tant qu’organisation extrémiste, constitue un développement particulièrement préoccupant. L’Union appelle à respecter pleinement les normes internationales en matière de droits de l’Homme et les autres obligations découlant du droit international. Toutes les affaires de violations des droits de l’Homme actuellement en cours, telles que les disparitions forcées, les actes de torture et les meurtres, devraient faire l’objet d’enquêtes approfondies.

Oleg Sentsov et Aleksandr Koltchenko, détenus et condamnés en violation du droit international, devraient être libérés immédiatement et leur retour en Ukraine être assuré en toute sécurité. Il est toujours primordial que les acteurs internationaux des droits de l’Homme puissent accéder librement et sans restriction à l’ensemble du territoire ukrainien, y compris la Crimée et Sébastopol.

Federica Mogherini

Federica Mogherini Ministre italienne des Affaires étrangères (2014). Haute Représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité (depuis 2014).

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.