Réseau Voltaire

L’extrême-droite turque se réveille en Suède

+

De gauche à droite, le ministre (Vert) du Logement Mehmet Kaplan, le vice-président de la Fédération des Turcs de Suède, Barbaros Leylani. Au bout de la table, Ilhan Senturk, le président des Loups gris en Suède.

Le vice-président de la Fédération des trente associations turques de Suède, Barbaros Leylani, a appelé ses adhérents à massacrer les Arméniens lors d’une manifestation publique, au centre de Stockholm, le 9 avril 2016, en soutien aux Azéris après les affrontements du Haut-Karabagh.

Sur cette vidéo (en turc), il appelle les Turcs à se réveiller et fait scander par les manifestants : « Mort ! Mort ! à ces chiens d’Arméniens ».

La vidéo, rendue publique par la quatrième chaine, TV4 Nyheterna, a soulevé de vives protestations et poussé M. Leylani à démissionner.

Par ailleurs, le 13 avril, a été diffusée une photographie du ministre (Vert) du Logement, Mehmet Kaplan, participant à un dîner aux côtés de Barbaros Leylani et d’Ilhan Senturk, un leader des Loups gris (voir ci-dessus).

Interrogé par la presse, le ministre a répondu avoir représenté les Verts à une fête de la communauté turque en ignorant la présence d’Ilhan Senturk et son rôle au sein des Loups gris. Cependant, infirmant cette déclaration, l’Aftonbladet a établi que MM. Kaplan et Senturk se connaissaient de longue date.

En mai 2010, M. Kaplan avait participé à l’opération de l’IHH « Flotille de la Liberté », en soutien aux Gazaouites. L’IHH est une association humanitaire turque, contrôlée par les Frères musulmans. Deux rapports de renseignement russes, remis au Conseil de sécurité de l’Onu, attestent que l’IHH sert de couverture à un vaste trafic d’armes pour les jihadistes d’Al-Qaïda et de Daesh en Syrie et en Irak.

Les « Loups gris » sont une organisation suprémaciste laïque turque, liée à l’Otan. En 1981, le numéro 2 de cette organisation, Mehmet Ali Ağca, avait tenté d’assassiner le pape Jean-Paul II pour mettre fin à l’Ostpolitik du cardinal Casaroli.

Le président Recep Tayyip Erdoğan, ancien dirigeant de la Millî Görüş, une organisation suprémaciste turque et islamique, multiplie depuis plusieurs mois les déclarations enflammées sur la supériorité de l’ethnie turque, et niant le génocide des chrétiens pontiques et arméniens. Il a annoncé, en avril 2016, son intention de priver de leur nationalité 5 millions de Turcs qui soutiennent le HDP (parti des minorités) et 1 million d’opposants sunnites qui soutiennent son ancien allié, Fethullah Gülen.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.