Réseau Voltaire

5ème veto chinois et 6ème veto russe à propos de la Syrie

+

La Chine, la Russie et le Venezuela ont réagi vivement à la proposition de résolution de la Nouvelle-Zélande, soutenue par l’Espagne et l’Égypte, à propos de la Syrie [1].

Cette proposition qui prévoyait un cessez-le-feu immédiat faisait l’impasse sur deux sujets qui monopolisent les débats du Conseil depuis cinq ans :
- le soutien de certains États (l’Arabie saoudite, les États-Unis, la France, le Qatar, le Royaume-Uni et la Turquie) aux jihadistes en violation de nombreuses résolutions du Conseil.
- le retrait des jihadistes d’Alep-Est.

La proposition a été déposée par la Nouvelle-Zélande alors que son Premier ministre démissionnait. Il semble qu’elle ait en réalité été rédigée et imposée par le Royaume-Uni, dont la reine est également souveraine de Nouvelle-Zélande. Cette situation n’est pas sans rappeler la démission du Premier ministre australien, Gough Whitlam, en 1975. Opposé à la base de l’US National Security Agency à Pine Gap, il avait projeté de la fermer. Cependant la reine Elizabeth le démit de ses fonctions afin de préserver l’accord des « Cinq yeux ».

Le représentant russe, Vitaly Churkin, a observé que chaque fois qu’un accord est sur le point d’être trouvé entre le secrétaire d’État US et son homologue russe, une manœuvre est tentée à New York pour le faire échouer ; cette remarque visait directement le numéro 2 de l’Onu, Jeffrey Feltman (ancien secrétaire d’État adjoint des États-Unis).

Le représentant du Royaume-Uni, Matthew Rycroft, a accusé la Chine de s’être ralliée à la Russie par solidarité avec le président Bachar el-Assad, « en raison de sa foi dans un despote qui s’est retourné contre son peuple », ce qui a soulevé la colère de son homologue chinois, Liu Jieyi. Celui-ci a dénoncé l’« empoisonnement » systématique des débats par le Royaume-Uni et la volonté de sabotage des accords Kerry-Lavrov.

La Chine a opposé son 5ème veto sur la question syrienne et la Russie son 6ème veto. Le Venezuela a également voté contre. Pour la première fois au Conseil, la Russie et la Chine ont accusé à mots couverts le Royaume-Uni et le numéro 2 de l’Onu, Jeffrey Feltman, de saboter de longue date le travail du département d’État US [2].

[1] “Egypt, Spain, New Zealand draft resolution on Syria, Aleppo (vetoed)”, Voltaire Network, 5 December 2016.

[2] « Deux épines dans le pied d’Obama », « L’Allemagne et l’Onu contre la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 31 août 2015 et 28 janvier 2016.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.