Réseau Voltaire

Les groupes pro-britanniques hostiles aux négociations intra-syriennes d’Astana

+

Après que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont exprimé leurs doutes sur les négociations d’Astana (Kazakshtan), le 31 décembre 2016 au Conseil de sécurité, plusieurs groupes signataires du cessez-le-feu russo-turc menacent de ne pas y participer [1].

C’est notamment le cas de Jaysh al-Islam, le groupe de la famille Allouche, soutenu par le MI6 britannique.

Préparant leur possible retrait, ces signataires soulignent que les combats qui se déroulent actuellement à Wadi Barada (à 15 kilomètres de Damas) violeraient le cessez-le-feu. Ils opposent l’Armée arabe syrienne à Al-Qaïda, Jaysh al-Islam et des éléments se réclamant de l’Armée syrienne libre.

Ces combats visent à repousser les jihadistes qui tentent d’empêcher la réparation des installations hydrauliques polluées le 23 décembre 2016 par Jaysh al-Islam. De fait, les 5 millions d’habitants de la capitale sont privés d’eau courante depuis plus d’une semaine, contraignant les autorités à faire passer des camions citernes dans les quartiers de Damas pour approvisionner la population. Cette bataille dure depuis plusieurs semaines notamment depuis la libération du village d’Harira par la République arabe syrienne.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.