Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Le nouveau QG du Renseignement de l’Otan

Sous la belle appellation de « Hub de direction stratégique de l’Otan pour le Sud », l’Otan vient de se doter d’un gigantesque centre de Renseignement chargé de coordonner l’ensemble des actions secrètes du Pentagone. Manlio Dinucci en analyse la structure. Il montre que ce centre couvrira pour commencer toute l’Afrique (sauf l’Afrique du Sud) et tout le Moyen-Orient élargi (sauf Israël). Partiellement financé par les Européens, il rendra prioritairement compte aux États-Unis.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 28.8 ko

Coupé de ruban le 5 septembre 2017, à Lago Patria (Naples), où se trouve le siège du Commandement de la force conjointe de l’Otan (JFC Naples) : dans son quartier général (85 000 mètres carrés, avec un personnel de 2 500 militaires et civils en augmentation) est inauguré le « Hub de direction stratégique de l’Otan pour le Sud » (Nsd-S Hub). Fortement soutenu par la ministre Roberta Pinotti, il a la mission de « recueillir des informations et d’analyser une variété de questions relatives à la déstabilisation, au terrorisme, à la radicalisation et aux migrations ». C’est en d’autres termes un centre de Renseignement, c’est-à-dire d’espionnage, dont l’activité « se concentre sur les régions méridionales, comprenant le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le Sahel, l’Afrique sub-saharienne et les aires adjacentes ».

Le Commandement de la force conjointe de l’Otan, dont vient faire partie le nouveau centre de Renseignement, est aux ordres d’un amiral états-unien nommé par le Pentagone —actuellement Michelle Howard de l’U.S. Navy— qui commande en même temps les Forces navales US en Europe (dont le quartier général se situe à Naples-Capodichino et la Sixième Flotte est basée à Gaeta) et les Forces navales US pour l’Afrique. La mission du JFC Naples est de « planifier et de conduire des opérations militaires dans l’aire de responsabilité du Commandant suprême allié en Europe et au-delà de cette aire ». Le Commandant suprême allié en Europe —actuellement Curtis Scaparrotti— est toujours un général états-unien nommé par le président des États-Unis. Ce général est en même temps à la tête du Commandement européen des États-Unis, dont l’air opérationnelle comprend toute la région européenne et toute la Russie (partie asiatique incluse), plus certains pays de l’Asie occidentale et centrale : la Turquie, Israël, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Comme le nouveau « Hub de direction stratégique de l’Otan pour le Sud » est sous le commandement de l’amirale Howard et celle-ci, à son tour, est sous le commandement du général Scaparrotti, il est de fait inséré dans la chaîne de commandement du Pentagone et il est fonctionnel en priorité à la stratégie états-unienne. Sur la base des informations recueillies (ou fabriquées) par le Nsd-S Hub, l’Otan décidera de ses interventions militaires au Moyen-Orient, en Afrique et dans les autres aires adjacentes.

Le centre de Renseignement de l’Otan profite en outre de la collaboration d’universités et de think tank (comme l’University College London et l’Overseas Development Institute), d’organisations des Nations Unies (parmi lesquelles l’Unicef), d’organisations intergouvernementales (comme l’Organisation internationale pour les migrations) et non-gouvernementales (dont Oxfam et Save the Children). Ces dernières, en plus d’être instrumentalisées comme visage « humanitaire » du Nsd-S Hub, risquent d’être impliquées, à travers des agents infiltrés, dans des actions d’espionnage et d’autres opérations secrètes conduites par le centre de Renseignement de l’Otan dans des pays moyen-orientaux et africains.

Les questions dont s’occupera le nouveau centre de Renseignement —déstabilisation, terrorisme, radicalisation, migration— sont bien connues au quartier général de Lago Patria. C’est en effet l’Otan qui a déstabilisé la Libye en alimentant à l’intérieur le terrorisme et la radicalisation, pour ensuite démolir l’État libyen par la guerre en provoquant une migration forcée aux conséquences désastreuses. Dans cette guerre et dans celle secrète menée en Syrie, a joué et joue un rôle premier le Commandement de l’Otan de Naples. Celui qui, en 2011, a dirigé l’attaque aéro-navale qui a martelé la Libye avec plus de 40 000 bombes et missiles, et qui maintenant est défini par Pinotti comme « Hub pour le Sud » avec la mission de « reconstruire des États faillis ».

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Diario di viaggio (en trois tomes), Zanichelli 2017 ; L’arte della guerra / Annali della strategia Usa/Nato 1990-2016, Zambon 2016.

 
Le mythe de l
Le mythe de l’Otan dénucléarisée
« L’art de la guerre »
 
Le véritable impact du Pentagone italien
Le véritable impact du Pentagone italien
« L’art de la guerre »
 
Le réarmement US anti-russe est bipartisan
Le réarmement US anti-russe est bipartisan
“L’art de la guerre”
 
L
L’Otan rejette le désarmement nucléaire
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.