Réseau Voltaire

L’Amérique va-t-elle tirer la gâchette nucléaire ?

Cet article de Dimitris Konstantakopoulos récapitule des informations très importantes sur la crise nord-coréenne. L’auteur les interprète en fonction de son a priori favorable au président Obama et hostile à son successeur Trump. Bien que nous ne partageons pas son analyse de la société et de la vie politique US, nous le suivons quant à l’existence d’un groupe belliqueux qui pousse à la guerre atomique dans la péninsule coréenne. Nous publions ce point de vue car il nous paraît très utile au débat.

| Athènes (Grèce)
+
JPEG - 29.2 ko

Au cours des derniers jours, nous n’avons pas entendu les habituelles menaces horribles et sans précédent contre la Corée du Nord.

Est-ce parce que nous nous dirigeons vers un quelconque relâchement ? Ou est-ce calme avant la tempête ?

Ce mardi 10 octobre, jour de fête nationale pour la Corée du Nord, le pays célèbre l’anniversaire de la fondation du Parti travailliste au pouvoir.

Nous ne pouvons savoir comment les dirigeants nord-coréens envisagent de célébrer cette journée. Compte tenu de la nécessité pour le régime de maintenir et de renforcer le moral d’une nation face à une menace directe d’extermination par le chef de l’État le plus puissant de la terre et compte tenu également de la manière dont les symboles sont utilisés en Orient, nous ne pouvons pas exclure la possibilité que la Corée du Nord fasse une nouvelle et impressionnante démonstration de ses capacités nucléaires et / ou de ses missiles.

Nous n’avons pas non plus le moyen de savoir avec certitude ce que va faire l’autre côté, l’Amérique, pour répondre à une telle manifestation. Mais s’il y a des gens qui ont une influence sur l’environnement de Trump qui ont l’intention d’effectuer une attaque nucléaire contre la Corée, ils pourraient y voir une nouvelle démonstration de sa puissance comme une occasion en or de le faire.

Division au sein du gouvernement américain

Vous me direz que ce que nous avons mentionné ci-dessus, n’est rien de plus que de la spéculation et des hypothèses. Juste. Mais maintenant, nous avons quelques événements qui semblent indiquer l’existence, au sein de la Maison-Blanche et du gouvernement, d’un groupe qui recherche consciemment la guerre, qui ne peut être qu’une guerre nucléaire, avec la Corée du Nord.

1- Alors qu’il se trouvait en Chine, le ministre des Affaires étrangères Tilllerson a déclaré qu’un dialogue avec la Corée du Nord était en cours. Selon certains analystes, cette déclaration a été faite parce qu’il y a effectivement un dialogue, mais les déclarations continuelles de Trump ont miné la crédibilité de ceux qui semblent parler au nom du gouvernement des EU. Tillerson a donc dit qu’ils parlent afin d’assurer aux Nord-Coréens que ceux qui leurs parlent le font vraiment au nom de Washington.

2- Interférant d’une manière malsaine, le président des États-Unis a dénoncé avec un tweet son propre ministre, lui disant d’arrêter les nombreuses discussions parce qu’elles n’aboutissent nulle part. Mais qui prendra au sérieux un ministre des Affaires étrangères qui est « vidé » par son propre président ? La Maison Blanche, par l’intermédiaire de son porte-parole, confirme, un peu après, que le Président ne souhaite plus de dialogue avec la Corée pour le moment. Pour quelle raison Trump agit-il ainsi, ou le mettent à agir de cette façon les forces qui le contrôlent et le manipulent, si ce n’est pour torpiller tout effort de relâchement pacifique et pour rendre le chemin de la guerre « le seul possible » ?

3- Rentrant à Washington, Tillerson se prépare à démissionner. Finalement, on le convainc, le vice-président Pence, dit-on, de ne pas de le faire et il donne une conférence de presse extraordinaire pour annoncer qu’il restera à son poste et qu’il soutient le président.

4- Le ministre de la Défense Matis, également connu sous le nom de « Chien Fou, Crazy Dog », s’est jusqu’à présent distingué, en compétition avec son président, dans la formulation de menaces de génocide de la Corée. Soudain, il se montre et déclare qu’il appuie une solution par le dialogue et qu’il soutient Tillerson. De toute évidence, ces déclarations n’étaient pas adressées à la Corée du Nord, mais au « Parti de la Guerre » au sein même ou à proximité de la Maison Blanche

5- L’ancien « Général » de Trump, idéologue de droite nationaliste Steve Banon, quittant l’équipe du président et en controverse avec le gendre du président Jared Kushner, dit qu’aucune solution militaire avec la Corée n’a de sens parce que Pyongyang a déjà les moyens de répondre. De toute évidence, il n’aurait pas fait une telle déclaration si la question n’avait pas été discutée dans l’étroite équipe au pouvoir.

6- La CIA organise un ... séminaire public sur la Corée, où elle explique pourquoi le leader nord-coréen n’est pas fou, contrairement à ce que dit le président.

Tout cela n’a qu’une seule explication. Il existe un centre de pouvoir ayant une grande influence sur le président des ÉU qui planifie une guerre nucléaire. Il semblerait que s’y opposent le Pentagone, le ministère des Affaires Étrangères et la CIA.

Soit dit en passant, si tout cela s’était passé dans la période d’avant le Totalitarisme, ces choses seraient en manchette de tous les journaux partout dans le monde. Mais si vous regardez vos journaux dominicaux d’aujourd’hui, vous constaterez qu’ils n’écrivent absolument rien. Maintenant, l’information de la planète entière semble dépendre d’un très petit groupe qui est en mesure de déterminer quand et comment parler de la Grèce et quand l’oublier, ou quand nous parlerons de l’Espagne et quand nous l’oublierons, quand et comment nous parlerons du Venezuela et ainsi de suite. Toute l’humanité parle aujourd’hui - et ce n’est pas étonnant – de la violence qu’ont subit les Catalans. Mais personne ne sait du tout que l’été dernier, lors de l’un des plus grands crimes de guerre de l’histoire de l’humanité, a été enterré vivant sous les ruines de Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak, un pourcentage considérable de sa population.

À l’ère de l’Internet, des télévisions satellites et tout ce que vous pouvez imaginer, l’ignorance commence à atteindre le niveau du Moyen Age, jetant les bases de l’abrutissement de toute l’humanité avant qu’il lui arrive ce qui lui arrivera.

Guerres par erreur et guerres intentionnées

Le journal chinois Global Times (qui appartient au People’s Daily, voix officielle du parti communiste au pouvoir) a publié le 10 août un éditorial expliquant comment la crise coréenne pourrait devenir un « Jeu de Poulets, Chicken Game », plus exigeant que la capacité des deux parties à lui faire face et peut donc conduire, le cas échéant, à une catastrophe.

Ce que l’article ne considérait pas, c’était la possibilité qu’il existe un "Alcibiade dissimulé" dans le camp occidental, qui essaie de créer les conditions telles qu’une guerre nucléaire soit inévitable.

Dans la guerre du Péloponnèse, Thucydide décrit comment les Athéniens ont été menés à prendre la décision désastreuse de faire campagne en Sicile.

La proposition d’organiser une campagne en Sicile venait de l’ambitieux général Alcibiade et ses amis. La plupart des vénérables généraux Athéniens et des politiciens les plus respectés s’opposèrent à cette idée. Lorsque commença l’assemblée qui pendrait la décision, Alcibiade était en minorité. Mais c’était une minorité déterminée, comme celles qui ont écrit l’histoire, d’Alexandre le Grand à Lénine. Les autres étaient plus nombreux, mais moins déterminés. Ils ne s’opposèrent pas directement aux plans d’Alcibiade. Ils se plaignaient du grand nombre de navires et d’hommes requis, ou à propos de l’argent que nécessiterait l’expédition. En fin de compte, les Athéniens, fatigués des plaintes et de l’obstruction du débat, décidèrent de donner aux généraux, les hommes, les navires et l’argent qu’ils jugeaient nécessaires. Les Athéniens se rendirent en Sicile, et la campagne mettra fin à la gloire d’Athènes.

Alcibiade moderne se dissimule et doit rester caché. Il représente une petite minorité. Ses idées sont extrêmement dangereuses et repoussantes. Impossible de les afficher comme un programme politique. Il est obligé d’utiliser systématiquement des mensonges, la tromperie et des conspirations. Il doit créer une énorme confusion. Il l’a déjà fait pour provoquer une douzaine de guerres dévastatrices au Moyen-Orient et en Afrique. Il est très probable que c’est lui qui a orchestré tout ce « super-spectacle Trump » et convaincu beaucoup de gens en Amérique et à l’étranger qu’un tel clown, peut être un « combattant contre la mondialisation et l’établissement » !!!

« Alcibiade » nous a déjà dit ce qu’il veut, depuis deux décennies, avec les néo-conservateurs et des groupes de réflexion tels que le « Nouveau Siècle Américain », etc. et est devenu la doctrine américaine officielle dans le discours du Président Bush contre l’Axe du Mal. Le programme consiste à détruire les régimes arabes de base, l’Iran et la Corée du Nord. (En ce qui concerne l’Iran et la Corée du Nord, il est à noter que le plan ne peut être mis en œuvre qu’avec l’utilisation d’armes nucléaires. Les armes conventionnelles semblent ne pas être suffisantes).

Derrière les Arabes, les Iraniens et la Corée du Nord se trouvent, évidemment, la Russie et la Chine. En attaquant au Moyen-Orient et dans la péninsule coréenne, l’Empire encercle et menace ces deux puissances. Dans l’ensemble, cette idée est simplement un plan pour la conquête du monde entier, neutralisant, d’une manière ou d’une autre, toute entité suffisamment indépendante et forte pour résister.

(Ceci est une des raisons principales pour laquelle Mme Nuland s’est enragée l’année dernière pour résoudre la question chypriote avec d’autres représentants de l’Empire, en raison de la guerre qu’ils préparent contre l’Iran pour laquelle il est indispensable d’avoir le contrôle complet de Chypre, et obligèrent Anastasiadis et Kotzias d’aller courir en Suisse. Et heureusement qu’Allah a sauvé Erdogan du coup d’État de l’an dernier, ce dernier épargna Chypre, pour le moment, de par ses conditions. Sauf bien sûr si vous appartenez à ceux qui ont convaincu les médias et les réseaux sociaux que c’est... Kotzias qui l’a sauvée !)

Obama n’a pas renversé ce plan, mais a essayé de s’opposer à certaines de ses manifestations les plus dangereuses, comme une guerre contre la Syrie et l’Iran. Après son éloignement, et sous la présidence Trump, le projet est revenu en prenant des formes plus dangereuses et extrémistes.

Les façons qu’emploie le camp de la guerre pour contrôler et manipuler Trump constituent une question intéressante, mais nous ne considérons pas qu’il soit nécessaire de l’analyser dans cet l’article. Compte tenu de tout ce qu’a dit Bannon sur la Corée du Nord et de son retrait du cercle de Trump, compte tenu des positions de Tillerson et Mattis, Jared Kushner et ses amis semblent être, utilisant la méthode de résolution par l’absurde, les personnages principaux qui font la promotion de l’ordre du jour de la guerre et sont peut-être employés pour manipuler Trump pour le compte du « Parti de la Guerre », alors que le rôle de Stephen Miller est également important. Il n’y a pas, à l’évidence, d’autre candidat. L’épouse de Jared et fille de Donald Trump, Ivanka, était, nous le rappelons, celle qui a poussé à l’attaque de missiles de l’an dernier contre Assad,

Mais même si vous n’êtes pas d’accord avec tout cela, ce qui importe vraiment, ce sont les faits et pas notre opinion pour Trump et son environnement. Les faits mêmes fournissent des preuves suffisantes qu’une nouvelle forme plus large, nucléaire, extrémiste et plus dangereuse du même programme néoconservateur post-guerre froide pour la conquête du monde a été mise en œuvre par le gouvernement actuel des États-Unis.

Naturellement, une attaque nucléaire contre la Corée du Nord sera une catastrophe écologique et économique mondiale et pourrait conduire à une guerre nucléaire mondiale entre les États-Unis et la Chine, comme l’a souligné l’éditorial du Global Times le 10 août. Une nouvelle guerre et plus grande contre l’Iran serait aussi une aventure terrible. D’autre part, si l’Empire hésite en face à ces difficultés, alors il sera probablement obligé d’accepter une sorte de « monde multipolaire » et de démissionner, passivement, face à l’émergence de la Chine. Sont-ils prêts à accepter cela ?

Les petites minorités ne réussissent pas seulement en raison d’un meilleur talent stratégique, en raison d’une plus grande résolution, grâce aux conspirations, etc. En général, elles représentent aussi une grande vision, une grande idée. Cela peut être une idée progressive et positive, mais peut aussi être réactionnaire et dévastatrice, comme c’est le cas en ce moment.

La tragédie est que l’humanité aujourd’hui manque de grandes visions, à l’exception de ces plans qui vont la détruire.

Nous espérons que rien de ce qui est décrit ci-dessus n’arrivera, ni le 10 octobre ni après. Le fait que de tels projets connaissent une opposition au sein du gouvernement des États-Unis est assez positif. Mais cette résistance à elle seule n’est pas en position de mettre un terme définitif à la marche vers la guerre.

Pour que de tels scénarios ne se matérialisent, les peuples doivent être mobilisés à travers tout le monde, la Chine et la Russie doivent envoyer les messages nécessaires et fermes à Washington, plutôt que d’essayer de l’apaiser en imposant des sanctions contre la Corée. L’unité des victimes potentielles de l’agression américaine doit être maintenue à tout prix.

Malheureusement, les conditions politiques actuelles facilitent grandement le lancement d’une guerre nucléaire. De 1945 à 2003, nous avons connu d’énormes mouvements anti-guerre, anti-nucléaires et pacifistes contre l’impérialisme. Aujourd’hui, il n’existe plus rien. De Charles De Gaulle à Villepin, de Willy Brandt au chancelier Schroeder, d’importantes personnalités publiques ont pu exprimer et façonner la conscience de l’humanité. Maintenant, nous n’avons rien. Même les menaces incroyables de génocide que le président des États-Unis lui-même a énoncées de la tribune de l’ONU n’ont pas provoqué de réaction notable.

Si cette situation se poursuit, si la politique n’arrête pas la guerre, la destruction sera inévitable, d’une manière ou d’une autre, à un moment ou un autre.

Traduction
Christian

Cet article était déjà publié lorsque le fameux journaliste américain Robert Perry, l’ homme ayant révélé le scandale Iran-Contra, a souligné dans un article l’influence très importante exercée sur le président Trump par Benjamin Netanyahu. L’article de Robert Perry se trouve ici.

Dimitris Konstantakopoulos

Dimitris Konstantakopoulos Journaliste et écrivain, ancien Secrétaire du Mouvement des Citoyens Indépendants, ancien membre du Comite Central de SYRIZA, membre du comité de rédaction de la revue internationale Utopie Critique, ancien directeur du bureau de l’Agence de presse grecque a Moscou, ancien conseiller au bureau du Premier ministre Andreas Papandreou dans les relations Est-Ouest et pour le contrôle des armements.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.