Communiqué joint de la Ligue des États arabes, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de l’Organisation des Nations Unies sur la Libye
Réseau Voltaire

Communiqué joint de la Ligue des États arabes, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de l’Organisation des Nations Unies sur la Libye

| Le Caire (Égypte)
+

La Ligue des États arabes, l’Union africaine, l’Union européenne et l’Organisation des Nations Unies ont tenu une réunion au siège de la Ligue des États arabes le 18 mars 2017 pour examiner la situation en Libye et pour mieux coordonner leurs efforts en vue de faire avancer le processus politique et d’aider la Libye dans sa transition démocratique.

Ont participé à la réunion le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit ; le Haut Représentant de l’Union africaine pour la Libye, l’ancien Président Jakaya Kikwete ; la Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini et le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye et Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye, Martin Kobler.

La Ligue des États arabes, l’Union africaine et l’Organisation des Nations Unies se sont félicitées de la présence de l’Union européenne à la réunion et ont décidé d’élargir la Troïka qu’elles constituaient depuis le 25 octobre 2016 pour former un Quatuor chargé de coordonner les efforts des quatre organisations et de définir une approche complémentaire sur le plan international et régional afin d’aider la Libye à résoudre les questions politiques et économiques et les difficultés en matière de sécurité auxquelles elle est confrontée.

Le Quatuor a réitéré son attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’intégrité territoriale et l’unité nationale de la Libye et à la souveraineté et à l’indépendance de ses institutions garanties dans l’Accord politique libyen. Il a souligné que la situation devait être réglée d’urgence, de manière pacifique et sous-direction libyenne et a rappelé son refus du recours à la menace ou à l’emploi de la force armée par les parties libyenne et de toute intervention militaire étrangère dans le pays.

Le Quatuor a fermement condamné toute éruption de violence, notamment les attaques armées dans le Croissant pétrolier qui ont commencé le 3 mars. Il a appelé à la cessation immédiate des opérations militaires et à la désescalade et a rappelé à toutes les parties qu’elles devaient s’abstenir de toute mesure susceptible d’aggraver encore la situation sur le terrain. Il a demandé à toutes les parties libyennes de préserver les infrastructures économiques et pétrolières du pays et a insisté sur le fait que la National Oil Corporation devait être unie, en état de fonctionnement et en mesure d’exercer pleinement son autorité sur l’ensemble des installations pétrolières du pays. Il a souligné que le pétrole et les richesses du pays devaient profiter à toute la population et transiter par des mécanismes libyens légitimes.

Le Quatuor s’est déclaré gravement préoccupé par la récente flambée de violence à Tripoli. Il a pris note du cessez-le-feu déclaré le 15 mars et a appelé le Conseil de la présidence du Gouvernement d’entente nationale à maîtriser les conditions de sécurité dans l’ensemble de la ville, conformément à l’Accord politique libyen.

Le Quatuor a souligné que ces événements ne devaient pas remettre en cause les mesures importantes prises par les parties libyennes, soutenues par des efforts internationaux et régionaux, dans le but de parvenir à un large consensus en vue de la mise en œuvre de l’Accord politique libyen.

Le Quatuor a décidé à cet égard de continuer de s’efforcer d’encourager les parties libyennes à s’acquitter de leurs responsabilités au titre de l’Accord politique libyen.

Les membres du Quatuor ont réaffirmé leur détermination à travailler ensemble de manière coordonnée et complémentaire de façon à faire avancer le processus politique mené sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies en vue de l’application de l’Accord politique libyen, qui demeure le cadre de toute solution globale, et leur soutien au Conseil de la présidence du Gouvernement d’entente nationale internationalement reconnu par la communauté internationale, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité sur cette question.

L’Organisation des Nations Unies, de même que les autres membres du Quatuor, est disposée à appuyer tout mécanisme convenu par les acteurs libyens qui soit sans exclusive, représentatif et susceptible de résoudre les questions en suspens. À cet effet, Quatuor a décidé d’appuyer conjointement ce processus et d’encourager tous les acteurs libyens à entamer de bonne foi un dialogue politique constructif et sans exclusive de manière à résoudre les questions essentielles et à mettre pleinement en œuvre l’Accord politique libyen.

Le Quatuor s’est félicité des divers efforts entrepris au niveau régional pour assurer une plus large participation des principales parties prenantes au consensus nécessaire dans le cadre général de l’Accord politique libyen et a reconnu toute l’importance du rôle accompli par le mécanisme établi par les pays voisins à l’appui du processus politique.

Le Quatuor a reconnu l’importance du rôle joué par l’Union africaine et s’est félicité de la décision de cette dernière d’élargir le Comité de haut niveau sur la Libye à l’ensemble des États membres voisins, conformément à la résolution adoptée par ce Comité lors du sommet tenu à Brazzaville le 27 janvier 2017. Il attend avec intérêt la visite des ministres des affaires étrangères des États membres du Comité, qui devraient se rendre en Libye en avril 2017.

Le Quatuor, conscient qu’il incombe à la Ligue des États arabes de promouvoir le règlement pacifique de la situation en Libye, a salué les efforts constants déployés par cette organisation pour encourager les parties libyennes à respecter sans exclusive et de manière consensuelle les engagements contractés au titre de l’Accord politique libyen.

Le Quatuor a reconnu l’importance du rôle de l’Union européenne et de sa contribution à ses efforts, a salué l’aide apportée par celle-ci pour faciliter la transition démocratique sans exclusive, la stabilisation et le relèvement de la Libye, y compris au moyen d’une assistance multisectorielle de plus de 120 millions d’euros et d’une coopération avec les autorités et institutions du pays visant à les rendre mieux à même d’affronter les difficultés liées aux migrations illégales.

Le Quatuor a souligné qu’il ne pouvait y avoir de solution militaire au conflit et que seul le dialogue entre toutes les parties libyennes et parties prenantes et la détermination de celles-ci à résoudre leurs différends par consensus dans le cadre de l’Accord politique libyen permettra de sortir de la situation actuelle et de l’impasse politique. Il a insisté sur l’importance d’une armée nationale homogène et professionnelle sous un commandement unique, conformément à l’Accord politique libyen, et que cette question devait être abordée à titre prioritaire dans le cadre d’un dialogue politique sans exclusive entre les parties concernées.

Le Quatuor s’est déclaré gravement préoccupé par la menace que le terrorisme fait peser sur la Libye, les pays voisins et la région. Il a salué la détermination du pays à combattre le terrorisme, que ce soit à Syrte, à Benghazi ou partout ailleurs, et a exprimé son plein appui à la poursuite de la lutte contre le terrorisme menée en permanence par la Libye dans l’ensemble du pays.

Les membres du Quatuor ont convenu de renforcer la coordination entre leurs initiatives respectives par lesquelles ils cherchent à garantir la sécurité des frontières, et à appuyer les mesures prises aux niveaux national et régional à cet effet, l’objectif étant de parvenir à une démarche globale tenant compte à la fois des besoins des autorités chargées du contrôle des frontières et de ceux des communautés touchées.

Source : Onu S/2017/254

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.