Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

L’Italie en armes, de la Baltique à l’Afrique

Les États membres de l’Otan ont toujours de bonnes raisons d’occuper militairement des pays étrangers. C’est pour les « soutenir ». L’Italie ne déroge pas à la règle. Elle est militairement présente un peu partout de la Baltique à l’Afrique.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 25.4 ko

Qu’arriverait-il si des avions de chasse russes Soukhoï Su-35, basés à l’aéroport de Zurich à une dizaine de minutes de vol de Milan, patrouillaient à la frontière italienne sous prétexte de protéger la Suisse de l’agression italienne ? À Rome le parlement au grand complet s’insurgerait, en demandant immédiatement des contre-mesures diplomatiques et militaires. Ce même parlement, par contre, accepte substantiellement et passe sous silence la décision de l’Otan de déployer 8 avions de chasse italiens Eurofighter Typhoon dans la base d’Amari en Estonie, à une dizaine de minutes de vol de Saint-Petersbourg, pour patrouiller à la frontière de la Russie avec le motif de protéger les pays baltes de l’« agression russe ». Fake news avec laquelle l’Otan sous commandement US justifie l’escalade militaire de plus en plus dangereuse contre la Russie en Europe.

Pour déployer en Estonie les 8 chasseurs bombardiers, avec un personnel de 250 hommes, on dépense (avec de l’argent provenant des caisses publiques italiennes) 12,5 millions d’euros de janvier à septembre, auxquels s’ajoutent les dépenses opérationnelles : une heure de vol d’un Eurofighter coûte 40 000 euros, l’équivalent du salaire brut annuel d’un travailleur.

Ceci n’est qu’une des 33 missions militaires internationales dans lesquelles l’Italie est engagée dans 22 pays. À celles conduites depuis longtemps dans les Balkans, au Liban et en Afghanistan, s’ajoutent les nouvelles missions qui —souligne la Délibération du gouvernement— « se concentrent dans une aire géographique, l’Afrique, jugée d’intérêt stratégique prioritaire par rapport aux exigences de sécurité et défense nationales ».

En Libye, jetée dans le chaos par la guerre de l’Otan de 2011 avec la participation de l’Italie, l’Italie aujourd’hui « soutient les autorités dans l’action de pacification et de stabilisation du pays et dans le renforcement du contrôle et de la répression de l’immigration illégale ». L’opération, avec la mobilisation de 400 hommes et 130 véhicules, suppose une dépense annuelle de 50 millions d’euros, comprenant une indemnité moyenne de mission de 5 000 euros mensuels pour (en plus de leur paye) chacun des participants à la mission.

En Tunisie l’Italie participe à la Mission Otan de soutien aux « forces de sécurité » gouvernementales, engagées à réprimer les manifestations populaires contre l’aggravation des conditions de vie.

Au Niger l’Italie commence en 2018 la mission de soutien aux « forces de sécurité » gouvernementales, « dans le cadre d’un effort conjoint européen et états-unien pour la stabilisation de l’aire », comprenant aussi le Mali, le Burkina Faso, le Bénin, la Mauritanie, le Tchad, le Nigeria et la République centrafricaine (où l’Italie participe à une mission UE de « soutien »). C’est une des aires les plus riches en matières premières stratégiques —pétrole, gaz naturel, uranium, coltan, or, diamants, manganèse, phosphates et autres— exploitées par des multinationales états-uniennes et européennes, dont l’oligopole est cependant à présent mis en danger par la présence économique croissante de la Chine. D’où la « stabilisation » militaire de l’aire, à laquelle participe l’Italie.

À ces engagements s’ajoute celui que l’Italie a pris le 10 janvier : le commandement de la composante terrestre de l’Otan Response Force, rapidement projetable dans n’importe quelle partie du monde. En 2018 elle est sous les ordres du Commandement multinational de Solbiate Olona (Province de Varese), dont l’Italie est « la nation guide ». Mais —précise le ministère de la Défense— ce commandement est « sous la dépendance du Commandant suprême des Forces alliées en Europe », toujours désigné par le président des États-Unis. L’Italie est ainsi certes la « nation guide », mais toujours subordonnée à la chaîne de commandement du Pentagone.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Manlio Dinucci

Manlio Dinucci Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Laboratorio di geografia, Zanichelli 2014 ; Diario di viaggio (en trois tomes), Zanichelli 2017 ; L’arte della guerra / Annali della strategia Usa/Nato 1990-2016, Zambon 2016.

 
L
L’armée d’insectes du Pentagone
« L’Art de la guerre »
 
Le pouvoir politique des armes
Le pouvoir politique des armes
« L’Art de la guerre »
 
La stratégie de diabolisation de la Russie
La stratégie de diabolisation de la Russie
« L’art de la guerre »
 
Arbres massacrés, Camp Darby monte en puissance
Arbres massacrés, Camp Darby monte en puissance
« L’Art de la guerre »
 
Le nouveau rideau de fer
Le nouveau rideau de fer
« L’art de la guerre »
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.