Réseau Voltaire

Réponse de la Syrie à la France

| New York (États-Unis)
+
JPEG - 21.9 ko

D’ordre de mon gouvernement et en réponse à la lettre du Représentant permanent de la France datée du 7 février 2018 (S/2018/104), je vous informe de ce qui suit :

La France n’a de cesse de véhiculer au Conseil de sécurité des mensonges et des allégations peu fiables par l’intermédiaire de lettres visant à déformer la réalité et à protéger l’organisation terroriste Front el-Nosra, branche d’Al-Qaida en Syrie inscrite sur la liste des organisations terroristes tenue par le Conseil de sécurité, ainsi que les entités et individus qui lui sont associés. Cela s’inscrit dans le cadre de la politique adoptée par la France depuis le début de la crise en Syrie, puisqu’elle joue un rôle de chef de file dans l’apport de diverses formes d’appui aux organisations terroristes opérant en Syrie, au premier rang desquelles le Front el-Nosra et les groupes terroristes qui lui sont affiliés. Les médias ont prouvé, par l’image et le son, que le Gouvernement français finançait ces organisations, sans parler de la position scandaleuse adoptée par les gouvernements successifs français dans les instances internationales.

La lettre susmentionnée adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant permanent de la France le 7 février 2018 montre indéniablement que le Gouvernement en place n’a aucune intention de changer de ligne politique par rapport aux gouvernements précédents et continue de soutenir le terrorisme et de protéger les organisations terroristes. Ce comportement a nui à la réputation de la France dans la région et dans le monde entier et l’a classée parmi les pays qui troquent la vie et la dignité des Syriens contre une poignée de pétrodollars et quelques barils de pétrole.

La République arabe syrienne rejette les positions hostiles de la France, qui visent à exercer une plus grande pression politique et à menacer la souveraineté syrienne de façon agressive. En outre, tant qu’elle soutiendra le terrorisme et que ses mains tremperont dans le sang syrien, la France ne sera pas en mesure de jouer le moindre rôle dans l’instauration de la paix en Syrie et n’aura pas son mot à dire sur les affaires intérieures de ce pays.

La République arabe syrienne engage le Conseil de sécurité à mettre fin aux agissements de la France, qui entament la crédibilité du Conseil, contreviennent à ses résolutions, bafouent la Charte des Nations Unies et permettent aux terroristes d’être entendus, représentés et protégés au sein même du Conseil. En outre, par ces pratiques, la France ne se conforme pas au rôle qui devrait être celui d’un membre permanent du Conseil de sécurité.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre comme document du Conseil de sécurité.

Référence : UN S/2018/155

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.