Réseau Voltaire

Moins d’un électeur sur deux a voté au Liban

+

Le Liban a tenu des élections législatives, le 6 mai 2018, après neuf ans sans aucune consultation nationale au suffrage universel.

Chaque électeur est assigné à une communauté religieuse enregistrée. L’appartenance à une communauté est héréditaire et n’a aucun rapport avec la foi ou l’absence de foi des électeurs.

Une nouvelle loi électorale garantissait l’immobilisme : le nombre de députés par communauté religieuse était préalablement fixé. De même, les fonctions du président de l’Assemblée et du Premier ministre étaient également attribuées à l’avance par communauté religieuse.

Le mode de scrutin était proportionnel, mais dans le cadre rigide des communautés religieuses, ce qui bloquait de fait l’émergence de nouveaux partis politiques.

Aucune règle ne fixait les conditions de financement de la campagne.

Durant toute la journée, les partis politiques sponsorisés par l’Iran ont appelé les électeurs à voter. Ils ont également demandé que les horaires des bureaux de vote soient prolongés. Au contraire, les partis politiques sponsorisés par l’Arabie saoudite s’y sont opposés.

En définitive, moins de la moitié des électeurs s’est déplacée aux urnes.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.