Réseau Voltaire

La Chine débordée par ses missionnaires évangéliques

+

La République populaire de Chine, qui s’est longuement affrontée à la secte du Falun Gong [1], découvre avec stupeur la résurgence du « Mouvement du retour à Jérusalem ».

Cette secte évangélique était puissante dans les années 1920 dans la province de Shandong (au Nord-Est de la Chine), une région avec une tradition religieuse syncrétiste. Elle disparut avec la révolution nationaliste, et ressurgit aujourd’hui, particulièrement parmi la diaspora chinoise en Afrique.

La secte est dirigée depuis le Royaume-Uni par le Frère Yun (photo), de son vrai nom Liu Zhenying. Ce pasteur, qui fut emprisonné en Chine, se serait évadé d’une prison à haute sécurité grâce à son pouvoir d’invisibilité. Il aurait également jeûné durant 80 jours, manifestant des capacités doubles de celles du Christ.

Les missionnaires de la secte se déplacent le long des chantiers de la route de la soie. Ils véhiculent parmi la diaspora une idéologie anti-communiste et présentent le président Xi Jinping comme un faux dieu.

Depuis peu, le mouvement tente de prendre racine en Chine populaire à l’occasion du retour de Chinois de la diaspora. Beijing semble prendre désormais très au sérieux le danger qu’il représente.

[1] « Le Falun Gong, arme de la CIA contre le "Grand dragon rouge" », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 20 août 2008.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.