Réseau Voltaire

Quels pays de l’Otan pourraient abriter les missiles nucléaires états-uniens ?

L’Otan, qui dispose déjà d’un dispositif nucléaire en Méditerranée avec des dépôts en Italie et en Turquie —bien qu’ils violent le Traité de non-prolifération—, prépare un déploiement identique dans l’Arctique. Valentin Vasilescu analyse comment l’Alliance devrait exploiter les faiblesses actuelles de la Russie.

| Bucarest (Roumanie)
+
JPEG - 73 ko
Les bases russes de l’Arctique

Les exercices Trident Junction 2018 de l’Otan, qui ont eu lieu en Norvège à la fin octobre et début novembre, ont été les plus importants exercices occidentaux depuis 1980. Leur première planification, dans les conditions hivernales dans la zone arctique, porte sur l’intention des États-Unis de se retirer du traité INF.

Il est probable qu’en plus de la région balte, l’Otan voudrait ouvrir un deuxième front contre la Russie dans l’Arctique. Le but de ce corridor balistique arctique est de faciliter l’offensive navale et aéroterrestre contre Moscou. Ainsi, une fois retirés du traité INF, les États-Unis pourraient placer des missiles balistiques nucléaires, à moyenne portée et de portée intermédiaire, sur le territoire de certains États membres de l’Otan dans l’Arctique, tirant ainsi parti d’un nombre moins élevé des systèmes de détection à la frontière nord de la Russie.

Dans le nord de la Norvège, pays membre de l’Otan, la distance est de 1 500 km avec Moscou, et de 1 000 km avec Saint-Pétersbourg. La distance entre l’archipel du Svalbard, administré par la Norvège, et Moscou est de 2 000 km. Le Groenland qui appartient au Danemark, autre pays membre de l’Otan, se situe à une distance de 1 500 km de la frontière russe et à 3 000 km de Moscou. Le nord du Canada, encore un pays membre de l’Otan, est distant de 2 300 km de la côte arctique russe, et de 3 900 km de Moscou avec des trajectoires passant par le Pôle Nord. Rappelons que le traité INF, signé en 1987, interdit la fabrication de systèmes de missiles balistiques au sol d’une portée comprise entre 1 000 et 5 500 km.

Tout cela a conduit la Russie à adopter des mesures pour protéger l’Arctique.

1 – Les brigades motorisées indépendantes 80 et 200 appartenant au 14ème Corps d’Armée-Arctique de la Russie en coopération avec la Flotte du Nord et la VIème Armée de l’air ont pour mission de défendre les régions de Mourmansk, Arkhangelsk et Nenets. Elles ont été dotées de chars T-80, de BTR-82A blindés, d’obusiers automoteurs 2S19 Msta, et de véhicules amphibies Trekol-39294 qui sont équipés de grands pneus tubeless spéciaux qui permettent de se déplacer sur du sable, la glace, la neige et les marécages, sans s’enliser ou s’embourber.

Les véhicules de transport de troupes ont été remplacés par des véhicules DT-30 Vityaz articulés à chenilles et avec remorque, pouvant atteindre une vitesse de 60 km/h. Ces véhicules DT-10 et 30 sont des plates-formes pour les systèmes AA mobiles, adaptés aux conditions arctiques, de type Tor-M2DT, Pantsir-S1 (photo), et les systèmes antichars 9K114-Shturm. Les unités de reconnaissance et des opérations spéciales des deux brigades opèrent sur des motoneiges disposant de climatiseurs dans l’habitacle, des appareils GPS de type TTM-1901 et As-1. Les motoneiges peuvent être transportées dans la soute d’un l’hélicoptère Mi-8/17.

JPEG - 47.4 ko

2 – L’Armée de l’Air russe a commencé la restauration et la modernisation de sept terrains d’aviation près du cercle polaire arctique, abandonnés après 1990. Cinq escadrons de chasse équipés principalement de MiG-31l y ont été redéployés.

3 – Les radars antibalistiques Voronej-DM et M de Dunayevka (enclave de Kaliningrad) et Lekhtusi (Saint-Pétersbourg) ont été réactualisés pour compenser la désactivation du radar de Skrunda (Lettonie). Ces radars russes ont un rayon d’action de 6 000 km.

Le radar antibalistique de la Volga a également été modernisé, ainsi que celui d’Hantsavitchy (Bélarus), qui a une portée de 2 000 km. Un autre radar russe antibalistique Voronezh-VP opère à Olenegorsk, sur la péninsule de Kola (limitrophe de la Finlande). Un autre radar de nouvelle génération de type Daryal a été placé à Pechora dans le cercle polaire arctique. Enfin, en 2018, un radar a été rendu opérationnel dans l’île de Nouvelle-Zemble.

JPEG - 55.6 ko

Tous ces radars fonctionnent au sein d’un réseau d’alerte (code 590), contrôlé par le 29B6-Container situé à Nijni Novgorod (250 km à l’est de Moscou). Bien que sa portée de détection ne soit que de 3 000 km, il dispose d’installations de mémoire de stockage et de serveurs dédiés, avec une puissance de traitement de la dernière génération, utilisant des microprocesseurs et des équipements de communication par satellite. Tous ces radars antibalistiques sont de type OTHR (Over The Horizon Radar) et, pour les détections sur de très grandes distances, ils utilisent la réflexion ionosphérique des ondes électromagnétiques.

Traduction
Avic
Réseau International

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.