Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Derrière l’attaque US contre les smartphones chinois

La tentative de rééquilibrage des flux commerciaux sino-US de Donald Trump ne correspond pas uniquement à sa volonté de faire revenir aux États-Unis les emplois délocalisés. En effet, le déploiement de nouvelles infrastructures de transport et de communication menace rapidement la position de leader des États-Unis dans le monde. Le bras de fer autour Huawei illustre la manière dont les préoccupations économiques et militaires se rejoignent. Déjà plusieurs États ont observé que Washington ne peut pas les décrypter pour le moment. Comme en Syrie, ils ont entièrement rééquipé leurs services de Renseignement de matériels Huawei et interdit à leurs fonctionnaires d’en utiliser d’autres.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 16.3 ko

Après avoir imposé de lourdes taxes sur des marchandises chinoises pour 250 milliards de dollars, le président Trump au G-20 a accepté une « trêve » en reportant d’ultérieures mesures, surtout parce que l’économie US est frappée par la rétorsion chinoise.

Mais outre les raisons commerciales il y a les stratégiques. Sous pression du Pentagone et des agences de Renseignement, les USA ont interdit les smartphones et les infrastructures de télécommunications de la société chinoise Huawei, en les accusant de pouvoir être utilisés pour espionner, et font pression sur leurs alliés pour qu’ils en fassent autant.

L’avertissement, surtout envers l’Italie, l’Allemagne et le Japon, pays ayant les plus importantes bases militaires US, concernant le danger d’espionnage chinois est venu de ces mêmes agences états-uniennes de Renseignement qui ont espionné pendant des années les communications téléphoniques de leurs alliés, en particulier en Allemagne et en Italie.

La société états-unienne Apple, à une époque leader absolu du secteur, a été doublée dans ses ventes par Huawei (société propriété de ses salariés en tant qu’actionnaires), qui est venue se placer au second rang mondial derrière la sud-coréenne Samsung. Ceci est emblématique d’une tendance générale.

Les États-Unis —dont la suprématie économique se fonde artificiellement sur le dollar, principale devise jusqu’ici des réserves monétaires et des commerces mondiaux— se trouvent de plus en plus dépassés par la Chine à la fois en capacité et en qualité productrice. « L’Occident —écrit le New York Times— était sûr que l’approche chinoise n’allait pas fonctionner. Il lui suffisait d’attendre. Il attend encore. La Chine projette un vaste réseau global de commerces, investissements et infrastructures qui remodèleront les liens financiers et géopolitiques ».

Ceci advient surtout mais pas seulement le long de la Nouvelle Route de la Soie, que la Chine est en train de réaliser à travers 70 pays d’Asie, Europe et Afrique.

Le New York Times a examiné 600 projets réalisés par la Chine dans 112 pays, dont :41 oléoducs et gazoducs ; 199 centrales surtout hydroélectriques (dont sept digues au Cambodge qui fournissent la moitié des besoins en électricité du pays) ; 203 ponts, routes et voies ferrées, plus divers grands ports au Pakistan, Sri Lanka, Malaisie et autres pays.

Tout cela est considéré à Washington comme « une agression contre nos intérêts vitaux », comme souligne le Pentagone dans la Stratégie de Défense nationale des États-Unis d’Amérique 2018. Le Pentagone définit la Chine comme un « compétiteur stratégique qui utilise une économie prédatrice pour intimider ses voisins », oubliant la série de guerres menées par les États-Unis, y compris contre la Chine jusqu’en 1949, pour dépouiller les pays de leurs ressources.

Tandis que la Chine construit des digues, voies ferrées et ponts utiles non seule-ment à son réseau commercial mais aussi au développement des pays dans lesquels ils sont réalisés, dans les guerres US, digues, voies ferrées et ponts sont les premiers objectifs à être détruits. La Chine est accusée par le Pentagone de « vouloir imposer à brève échéance son hégémonie dans la région indo-pacifique et de vouloir prendre de court les États-Unis afin de remporter dans l’avenir la pré-éminence globale », de concert avec la Russie accusée de vouloir « broyer l’Otan » et « subvertir les processus démocratiques en Crimée et Ukraine orientale ».

D’où l’« incident » dans le détroit de Kertch, provoqué par Kiev sous la direction du Pentagone pour faire sauter la rencontre Trump-Poutine au G-20 (comme il est advenu) et faire entrer l’Ukraine dans l’Otan, dont elle est déjà membre de fait.

La « compétition stratégique à long terme avec la Chine et la Russie » est considérée par le Pentagone comme une « priorité principale ». À cet effet « il modernisera ses forces nucléaires et renforcera l’Alliance transatlantique de l’Otan ».

Derrière la guerre commerciale se prépare la guerre nucléaire.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.