Réseau Voltaire

Thierry Meyssan

Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage en français : Sous nos yeux - Du 11-Septembre à Donald Trump (2017).

 
Transit en Jamaïque
Paris relâche le président haïtien
par Thierry Meyssan
 
 
Carte blanche à Washington
La France autorise l’action des services US sur son territoire
par Thierry Meyssan
 
 
 
Washington et Paris renversent Aristide
Coup d’État en Haïti
par Thierry Meyssan
 
 
 
 
 
Information made in CIA
L’intox des barils irakiens
par Thierry Meyssan
L'intox des barils irakiens Paris (France) | 30 janvier 2004
La presse occidentale a très largement repris les informations selon lesquelles 270 personnalités et sociétés opposées à la guerre contre l’Irak auraient été rémunérées par Saddam Hussein. Mais nos confrères ne se sont pas donnés la peine de vérifier leur véracité, ni même leur vraisemblance. Ils auraient pu découvrir que le journal irakien qui a publié cette accusation a été créé avec les fonds de George Soros, l’aide de la NED, un paravent de la CIA, les conseils de l’ancien patron de La Voix de l’Amérique et qu’il a bénéficié du soutien du gouverneur de l’Irak Paul Bremer lui-même. Elle a été diffusée mondialement par le MEMRI, une « agence de presse » créée par des officiers de Tsahal. Le Réseau Voltaire retrace la filière d’intoxication.
 
La Fondation états-unienne pour la démocratie
La NED, nébuleuse de l’ingérence « démocratique »
par Thierry Meyssan
 
 
 
 
 
 
 
Paris (France) | 17 novembre 2003
Le mouvement antimondialiste s’est fait connaître par sa lutte contre l’AMI, un accord économique que les États-Unis voulaient imposer à leurs « partenaires ». Cet accord leur aurait permis d’exploiter sans entraves les pays qu’ils ont libéré en 1945. Le mouvement a réussit à le mettre échec. Mais les négociations se poursuivent à nouveau au sein de l’Organisation mondiale du commerce. C’est dans cette enceinte que se joue, en ce moment même, l’acceptation ou non de la domination US. À l’heure actuelle, les États-Unis y rencontrent peu de résistance. Car le flou qui entoure le Forum social européen ne permet pas de poser la question essentielle, à savoir la domination impériale états-unienne dans son ensemble, à la fois idéologique et juridique, économique et militaire.
 
 
Première guerre du Golfe
Le double jeu de François Mitterrand
par Thierry Meyssan
Le double jeu de François Mitterrand Paris (France) | 3 novembre 2003
En 1990, après avoir incité le Koweït à ruiner l’Irak, les États-Unis laissèrent entendre à Bagdad qu’ils ne s’opposeraient pas à une réunification par la force de l’Irak et du Koweït. Mais lorsqu’en août Saddam Hussein passa à l’acte, l’administration Bush senior organisa une riposte militaire, l’opération « Tempête du désert ». Conscients du piège dans lequel était tombé l’Irak, des dirigeants arabes sollicitèrent la médiation française pour sauver la paix en permettant à Saddam Hussein de faire marche arrière sans perdre la face. Dans un livre récent, le négociateur français, Marc Boureau d’Argonne, révèle le détail de ces discussions secrètes et du protocole d’accord français qui avait été accepté par Bagdad. Pourtant, au dernier moment, le président François Mitterrand refusa de signer ce document, laissant le piège états-unien se refermer sur l’Irak. Loin d’avoir voulu empêcher la guerre du Golfe, la France a-t-elle participé à sa fabrication (...)
 
 
 
 
 
 
Les 52 plus dangereux dignitaires américains
Le jeu de cartes
du régime Bush

par Thierry Meyssan
Le jeu de cartesdu régime Bush 1er mai 2003
Le dessous des cartes de l’administration Bush révèle une équipe qui conduit une « révolution néo-conservatrice » en rupture avec l’histoire et les valeurs de son pays.
George W. Bush s’est emparé du pouvoir avec la complicité de la Cour suprême et malgré les suffrages des électeurs ; un système de surveillance de chaque citoyen a été mis en place avec l’USA Patriot Act ; les militaires ont été autorisés à intervenir dans la vie politique intérieure ; un appareil de propagande a été constitué ; le pays a renoncé au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et s’est engagé dans des campagnes coloniales en Afghanistan et en Irak.
Ce n’est plus d’un simple changement de politique dont il s’agit, mais d’un nouveau régime qui menace les libertés sur le sol américain et la paix internationale.
Reprenant les théories philosophiques de Léo Strauss, Alan Bloom et Samuel Huntigton, qui servent de références à cette administration, nous avons classé ces personnalités en quatre catégories correspondantes aux couleurs des cartes. (...)