Réseau Voltaire
Thèmes

Globalisation de la santé

 
« Horizons et débats », n°8, 18 avril 2016
Santé et économie
395. Santé et économie Zurich (Suisse) | 18 avril 2016
Sans empathie, la médecine ne peut être humaine. La suprématie de l’économie rend malade notre système de santé, par David Holzmann / Les Etats-Unis empoisonnent le climat en Europe, par Willy Wimmer / Guerre d’agression de l’OTAN – 17 ans en arrière. Forum de discussion à la mémoire des victimes, par Belgrade Forum for a World of Equals / Deux genres de politique, par Karl Müller / Les laboratoires d’idées – le pouvoir invisible. William F. Engdahl : des structures autocratiques menacent les démocraties / Armée suisse – halte stop et retour au mandat constitutionnel !, par Marianne Wüthrich / « La Suisse fait quasiment partie des grandes manoeuvres de l’OTAN », Interview du conseiller national Adrian Amstutz /Il est urgent de trouver une alternative crédible à l’UE, par Dieter Sprock / Référendum – Non à la réduction de moitié de l’armée ! / « Nous devrions avoir plus de confiance en nous ». Plaidoyer pour une politique industrielle originale qui ne lorgne pas vers l’étranger, entretien avec Nick Hayek / (...)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une catastrophe humanitaire programmée
L’impact présumé d’une guerre en Irak fait des vagues à l’OMS
par Robert-James Parsons
L'impact présumé d'une guerre en Irak fait des vagues à l'OMS Genève (Suisse) | 6 février 2003
Jeudi 6 février 2003, les États-Unis ont donné 12 millions de dollars au Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) afin qu’il gère la « crise humanitaire » que provoquera leur attaque de l’Irak. Au même moment, des remous ont lieu au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un groupe d’ONG et l’Association du personnel de l’OMS souhaitent attirer l’attention sur l’ampleur de la catastrophe humanitaire programmée. Mais l’OMS refuse de prendre part à un débat qualifié de « politique » qui, apprend-on à demi-mots, touche à des enjeux supérieurs.
Un rapport de l’ONU sur les conséquences sanitaires d’une guerre contre l’Irak, auquel ont contribué l’OMS et l’UNICEF, estime que 25 000 personnes pourraient être tuées directement ou indirectement par les bombardements, que 500 000 personnes pourraient avoir besoin d’une « assistance médicale » et que « l’état nutritionnel de plus de 3 millions de personnes nécessiterait une intervention thérapeutique (...)