Réseau Voltaire
États

Fédération de Russie

 
 
 
 
« La Russie se recueille »
Le rôle de la Russie dans le nouvel ordre mondial
par Wolfgang Seiffert
01. Le rôle de la Russie dans le nouvel ordre mondial Moscou (Russie) | 30 septembre 2007
Au cours de ses deux mandats, Vladimir V. Poutine a redressé la Russie avec succès, tout en évitant soigneusement un affrontement direct avec les États-Unis. Cette politique d’affirmation sans confrontation correspond, au plan intérieur, à la construction d’un État fort, stigmatisé par les « Occidentaux », mais apprécié par les Russes eux-mêmes. Ce système autoritaire tire sa légitimité tout autant de son efficacité que de sa soumission scrupuleuse aux régles formelles de la légalité. Pour le professeur Wolfgang Seiffert, Moscou, qui a retrouvé une position d’acteur incontournable sur la scène internationale, ne s’opposera pas à une nouvelle aventure militaire du Pentagone, mais mise sur le déclin rapide des États-Unis, voire sur leur effondrement interne.
 
01. La thèse états-unienne très répandue du « retour » de la Russie à la Guerre froide est destinée aux naïfs 27 juillet 2007
Le 14 juillet, le président russe Vladimir Poutine a suspendu par décret la participation de la Russie au Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE). Cette suspension entrera en vigueur dans 150 jours. Le président russe avait annoncé cette mesure en février déjà et l’a justifiée en déclarant que la Russie avait procédé à un désarmement unilatéral vis-à-vis des Etats-Unis et de l’OTAN alors que les membres de l’Alliance n’avaient même pas signé le Traité FCE révisé en 1999. En outre, l’OTAN, contrairement à ses promesses, s’est avancée jusqu’aux frontières de la Russie, le gouvernement américain a l’intention d’établir des bases militaires en Bulgarie et en Roumanie et le projet de bouclier antimissile menace avant tout la Russie. Le gouvernement Bush et les Etats membres de l’OTAN n’ont pas accepté au cours des derniers mois les demandes de la Russie, ce qui a amené Poutine à déclarer qu’« une situation extraordinaire concernant la sécurité de la Russie nécessitait des mesures urgentes ». En même temps, (...)
 
 
En 1992, les États-Unis tentèrent d'écraser militairement la Transnistrie Tiraspol (Transnistrie) | 17 juillet 2007
Dans la confusion de l’explosion de l’URSS et des proclamations d’indépendance des États soviétiques, celle de la Transnistrie fut si peu médiatisée que les États-Unis, pressés d’asseoir leur influence, firent opposition à sa reconnaissance par l’ONU et tentèrent de l’écraser en soutenant une invasion Roumano-Moldave au-delà du Dniestr. Mais ils sous-estimèrent gravement les généraux de Moscou opposés à Boris Eltsine, qui par les moyens de la 14e armée stationnée sur place permirent la victoire de la résistance populaire emmenée par l’actuel président de la Transnistrie (Pridnestrovie), Igor Smirnov. Récit des événements méconnus qui aboutirent à un statu quo remis en débat par les discussions sur le statut du Kosovo et le retrait russe du CFE.
 
 
 
 
 
 
 
La Russie rompt avec l’ultra-libéralisme
Evgueni Primakov : la seconde phase du redressement russe a commencé
par Evgueni Primakov
Evgueni Primakov : la seconde phase du redressement russe a commencé Moscou (Russie) | 9 février 2007
Au cours de l’année 2006, la Russie est entrée dans la seconde phase de son redressement, indique l’ancien Premier ministre Evgueni Primakov. Après s’être attaché à reprendre le contrôle des richesses naturelles et à restaurer la puissance militaire, Vladimir V. Poutine a rompu avec les théories ultra-libérales. Désormais, l’État s’ingére à nouveau dans l’économie pour organiser le développement du territoire, y compris de la partie asiatique de la Fédération. Les recettes provenant de l’exportation des hydrocarbures sont injectées dans l’économie intérieure pour lutter contre la pauvreté, sans crainte de relancer l’inflation. Cependant, cette politique doit faire face à de nouveaux dangers : la montée du chauvinisme à l’intérieur et l’aventurisme militaire états-unien à (...)
 
 
La nouvelle doctrine militaire russe
Général Gareev : « la Russie sera l’arbitre géopolitique des conflits à venir »
par Viktor Litovkine